Parquet de Bruxelles - Communiqués de presse

Le Parquet de Bruxelles peut confirmer que, dans le cadre des incidents dans le centre de Bruxelles la nuit du 11 au 12 novembre dernier, le suspect M.T., né en 1983 a été interpellé par les services de police.

Après son audition par ces derniers, il a été mis à disposition du Procureur du roi, qui compte tenu de la gravité de faits et des nombreux antécédents judiciaires de l’intéressé pour des faits de même nature, a saisi le juge d’instruction afin d’obtenir un mandat d’arrêt à charge du suspect.

Ce lundi soir, à l’issue de l’audition de M.T. par le juge d’instruction, celui-ci l’a inculpé du chef de vol à l’aide d’effraction et destruction de construction et a placé l’intéressé sous mandat d’arrêt.

La chambre du conseil de Bruxelles statuera sur la détention préventive de M.T. dans les cinq jours.

Denis GOEMAN – Porte-parole

21/11/17

Suite aux diverses questions posées dans le cadre des événements survenus Place de la Monnaie à Bruxelles le  mercredi 15 novembre dernier.

Le Parquet de Bruxelles peut dresser le bilan judiciaire provisoire suivant :

4 mineurs d’âge avaient été interpellés en flagrant délit et font l’objet de mesures protectionnelles (cfr communiqué du parquet de Bruxelles du 16/11/17).

Un cinquième suspect mineur d’âge, G.D. F., né en 2001, déjà connu du tribunal de la jeunesse, a été interpellé ce 21 novembre 2017 pour les faits suivants :

- Vol à l’aide de violences ou menaces, avec effraction, en bande (magasin Galler)

- Destruction totale ou partielle de magasin

- Destructions de véhicules avec violences ou menaces, en bande

- rébellion armée, à plusieurs

- port d’arme prohibée par destination

Le parquet de Bruxelles a demandé la placement du suspect en IPPJ fermée.

Le juge de la jeunesse prendra une décision relative à ce dossier dans le courant de l’après-midi.

Par ailleurs, deux autres suspects, mineurs d’âge, ont été également identifiés par la zone de police de Bruxelles-Capitales-Ixelles et doivent encore être interpellés.

Enfin, la zone de police de Bruxelles-Capitale-Ixelles a pu isoler 5 autres portraits de suspects dont l’identification est actuellement en cours.

Denis GOEMAN – Porte-parole

 

21/11/17

Suite aux émeutes et saccages de cette nuit, la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles a mis un taskforce judiciaire en place. Cette initiative a été prise en étroite collaboration avec le parquet, dans le but d’identifier au plus vite les auteurs des faits de hier soir.

Le parquet de Bruxelles s’engage à poursuivre les suspects identifiés qui peuvent être liés aux émeutes ou saccages.

Toutes les images (photos et vidéos) concernant les émeutes et saccages peuvent être transférées via l’adresse suivante zpz.polbru.info@police.belgium.eu à la taskforce judiciaire afin d’identifier les auteurs de hier soir.

La police locale Bruxelles CAPITALE Ixelles a également ouvert une ligne téléphonique, joignable 24h/24 jusque vendredi. Toutes personnes avec des informations sur les auteurs potentiels des émeutes et saccages, peuvent contacter le numéro suivant : 02/279.79.09.

Chaque personne qui a été victime ou qui a subi des dommages peut se rendre à l’accueil du commissariat principale de la zone de police Bruxelles CAPITALE Ixelles, situé rue Marché au Charbon n°30 à 1000 Bruxelles, ouvert 24h/24 et joignable au 02/279.77.11.

Pour la presse le porte-parole de service de la zone de police reste joignable au 02/279.85.85 et celui du parquet au 02/508.71.67.

Jusqu’à présent une personne a fait l’objet d’une arrestation judiciaire et a été mise à disposition du parquet. Après audition cette personne a été relaxée, puisque au stade actuel de l’enquête le parquet ne dispose pas d’assez d’éléments pour poursuivre cette personne tout de suite ou pour justifier la demande d’un mandat d’arrêt éventuel.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

12/11/17

Le parquet de Bruxelles confirme que la date de la chambre du conseil est le 17/11/2017 à 14h. L’audience se tient à huis clos. Dès que la décision est connue, le parquet communiquera d’initiative.

Aucun autre commentaire ne sera fait dans l’immédiat. 

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

 

06/11/17

Apres information dans divers media le parquet de Bruxelles peut confirmer ce qui suit.

Une enquête est en cours concernant une agression sur une étudiante de la VUB qui s’est produit la nuit du 23 au 24octobre 2017.

Les services de secours ont été appelle par l’ami de la victime, qui n’aurait pas été présent au moments des faits. La victime a été transféré vers l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires.

La victime n’a pas encore pu être auditionné par la police vu son état de santé.

Vu le doirt au respect de la vie privée de la victime et les divers devoirs d’enquête qui sont en cours on ne peut pas fournir plus d’éléments sur le déroulement  ni sur la nature des faits.

Spéculations peuvent nuire l’enquête.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

25/10/17

Une jeune fille F (14 ans), domiciliée à Uccle qui avait disparu fin mai 2017 est à nouveau sur le territoire belge depuis samedi matin. La fille a été arrêtée le 10 octobre 2017 en Turquie. F. a accouché en Turquie et revient avec son jeune enfant de quelques jours.

Pour le nourrisson, des mesures protectionnelles ont été requises auprès du juge de la jeunesse. Le bébé est en bonne santé, mais restera, sur décision du juge de la jeunesse, néanmoins à l’hôpital dans l’attente d’une solution structurelle.

L’état de santé de F. a permis aux enquêteurs d’encore l’entendre samedi soir. Pour des raisons évidentes nous ne pouvons communiquer aucun détail sur le contenu de son audition, ni sur son attitude (collaborant ou pas). la jeune fille a été déféré devant le juge de la jeunesse et le parquet a requis un placement en institution (régime fermé), vue qu’elle est suspectée de participation à l’activité d’un groupe terroriste.

Le du juge de la jeunesse de Bruxelles a ordonné aujourd’hui le placement en institution (régime fermée).

Aujourd’hui le parquet ne communiquera plus sur ce dossier.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

 

22/10/17

Faits : un ou plusieurs coups de couteaux
Date et lieu : le 17 octobre 2017 vers 6h du matin
Suspect : X
Victime : X

Le corps d’un homme âgé d’une trentaine d’années a été retrouvé ce matin peu avant 06h00 sur le Boulevard Lemonnier, au croisement avec la rue de Tournai sur la commune de Bruxelles.

Le décès est causé par un ou plusieurs coups de couteaux donnés par un tiers au niveau du thorax. Le corps sera autopsié.

La victime n’est pas identifiée et aucun suspect n’a été interpellé.

Le parquet a requis un juge d’instruction du chef de meurtre à charge de X.

Le juge d’instruction, le parquet et le médecin légiste sont descendus sur place.

Aucun autre commentaire ne sera fait dans le souci de préserver l’instruction.

 

Pour votre information, à titre confidentiel : BR30.LL.101929/17

 

Gilles DEJEMEPPE

Substitut du procureur du Roi – Porte-parole

17/10/17

A l’initiative du Procureur du Roi du Parquet de Bruxelles un PV a été rédigé, hier, à charge de « X » pour « incitation à la débauche d’une personne majeure dans un lieu public » (art. 380 Bis CP). Une enquête est ouverte afin de déterminer si la campagne publicitaire « Rich meet beautiful », est constitutive d’une infraction pénale.

Dans le cadre de cette enquête les services de police de la zone Bruxelles CAPITALE Ixelles ont recherché activement la voiture et la remorque sur laquelle la publicité est affichée.

Au courant de la soirée et de la nuit le véhicule et la remorque ont été interceptée par la police Bruxelles CAPITALE Ixelles. Le chauffeur et son compagnon ont été identifiés. Ils ne sont pas connus de la justice et ont collaboré avec les services de police. L’enquête se poursuit afin de déterminer qui est exactement responsable de la campagne publicitaire concernée.

La bâche publicitaire a été saisie et sera déposée au greffe correctionnel.

Pour toutes les initiatives au niveau administratif, nous vous renvoyons aux autorités administratives compétentes.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

27/09/17

Dans le cadre d’une instruction ouverte au Parquet de Bruxelles en 2014, une perquisition a eu lieu ce matin dans les locaux du secrétariat d’état à la lutte contre la Pauvreté, à l’Egalité des chances et à la Politique scientifique. Les documents recherchés ont été saisis par les enquêteurs, ce qui a justifié la perquisition. Par l’intermédiaire de son avocat, Madame la secrétaire d’Etat estimait que les documents saisis étaient frappés par la confidentialité qui n’est pourtant pas opposable au juge d’instruction.

Il importe de rappeler que Madame la Secrétaire d’Etat n’est pas visée dans le cadre de la procédure en cours.

Aucune autre information ne sera communiquée ultérieurement. 

Gilles DEJEMEPPE – Porte-parole

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

26/09/17

Parc Maximilien

Début septembre la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles a appris, via les bénévoles actifs dans le Parc Maximilien, qu’un homme aurait un comportement sexuel inadéquat au Parc Maximilien. Il s’agirait d’un homme qui se présenterait comme bénévole.

La police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles a informé le parquet et une enquête a tout de suite débuté.

Assez rapidement la police a pu procéder à l’identification du suspect.  Il s’agit de M.D., °1953, de nationalité belge. Cet homme est déjà connu pour des faits similaires et il a déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles en 2000 pour des faits de même nature. 

Dans cette enquête la grande difficulté se posait au niveau de l'identification d’une ou plusieurs victimes. Ces victimes se trouvent dans une situation extrêmement précaire, non seulement par le fait qu’elles se trouvent en séjour illégal sur notre territoire. Le lien de confiance entre les bénévoles et les victimes et entre les bénévoles et la police, a finalement permis l’identification d’au moins une victime. 

Le 14 septembre 2017 le parquet a saisi le juge d’instruction pour la prévention d'“attentat à la pudeur avec violence ou menace sur mineurs âgés entre 16 et 18 ans », à charge de D.M.

Aujourd’hui une perquisition a eu lieu au domicile du suspect, il a été privé de sa liberté et entendu comme suspect. L’homme nie les faits.

Après audition il a été mis à disposition du juge d’instruction. Le juge d’instruction l’a inculpé du chef d'« attentat à la pudeur avec violence ou menace sur mineurs âgés entre 16 et 18 ans » et l’a placé sous mandat d’arrêt.

Il comparaitra devant la chambre du conseil dans les 5 jours.  

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

20/09/17

Le 19 septembre 2017 un homme s’est immolé sur la passerelle qui va de la Place Poelaert vers l’ascenseur, rue des Minimes.

Les images montrent un homme arriver sur la passerelle. Il est tout seul et porte un sac à dos. De celui-ci, il sort une bouteille en plastique et s’asperge avec le liquide. Au moment où des piétons passent à côté de lui, il se retourne de façon à ce qu’on ne puisse pas voir la bouteille. Peu après 21h, l’homme s’est immolé et a sauté au-dessus de la balustrade. Son corps a été retrouvé en bas de l’ascenseur. L’homme est  décédé sur place, suite à ses blessures. 

La police (Bruxelles CAPITALE Ixelles) est immédiatement arrivée sur les lieux. Deux  périmètres ont été mis en place, un en haut et un en bas de l’ascenseur. Le laboratoire (police fédérale) et le médecin légiste ont été requis.

Il ressort de l’enquête que l’homme a agi tout seul. Aucun témoin n'a fait part du fait que la victime aurait dit ou crié quelque chose.  Il est plus que probable qu’il s’agit d’un suicide. Le parquet a, aux alentours de minuit , libéré les lieux et le corps.

L’homme, R, né en 1985, de nationalité belge, avait probablement des problèmes psychologiques depuis un certain temps.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

20/09/17

Victime : K, °1986 (31 ans), masculin

Auteur(s) : inconnu(s)

Lieu des faits : Place Saint-Denis à Forest

Peu après minuit, le 6 septembre 2017, la victime et un témoin sortent d’un café place Saint-Denis et se rendent vers le parking de l'abbaye à pied pour récupérer la voiture. La victime rentre dans le véhicule et est abattue par deux hommes.

Les auteurs prennent ensuite la fuite par le parc de l’abbaye suivant les propos donnés par la témoin.

La victime est décédée sur place, suite au deux coups de feu qu’elle a reçu.

Le juge d’instruction a été saisi pour assassinat et est descendu sur les lieux avec le parquet, le labo de la police fédérale, le médecin légiste et l’expert balistique.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

 

06/09/17

Faits : tentative d’assassinat       

Date et lieu : 03/08/2017 vers minuit, rue Bara (1070 Anderlecht)

Suspects : W.Z.M., ♂, °1997 – J.R., ♂, °1996

Victime : M.S., ♂, °1997

Ce 03/08/2017 vers minuit, une tentative d’assassinat a eu lieu rue Bara à Anderlecht. D’après les premières informations, W.Z.M. se serait présenté en compagnie d’un groupe de sept ou huit personnes  au domicile de son ex-copine, qui s’y trouvait avec son nouveau compagnon, M.S. Ce dernier aurait été emmené par le groupe hors du bâtiment. Les membres du groupe auraient sorti des couteaux. W.Z.M. aurait ensuite porté plusieurs coups de couteau à la victime. Le groupe aurait ensuite pris la fuite.

La compagne de la victime a immédiatement emmené cette dernière, grièvement blessée à l’abdomen, à l’hôpital. La victime a été prise en charge : son état est stable, mais elle n’est pas audible pour l’instant.

L’auteur principal et un des membres du groupe ont pu être arrêtés et privés de liberté. Les autres membres du groupe sont activement recherchés.

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits et a requis divers devoirs d’enquête, parmi lesquels la saisine d’un médecin légiste et du laboratoire scientifique de la police fédérale.

Gilles DEJEMEPPE – Porte-parole

03/08/17

Faits : vente ou présentation à la vente de stupéfiants sans autorisation

Date et lieu : 01/08/2017  vers 21h30, rue Léopold De Swaef (1070 Anderlecht)

Suspect : S.S., ♂, °1994, connu

Le 01/08/2017 vers 21h20, une patrouille de la zone de police locale Bruxelles-Ouest a repéré un véhicule suspect circulant sur la chaussée de Ninove à Molenbeek-Saint-Jean et a décidé de le suivre afin de procéder à un contrôle. Un des passagers dudit véhicule a jeté un objet par la fenêtre, que les policiers identifient comme étant susceptible de contenir des stupéfiants.

Une fois à l’arrêt rue Léopold De Swaef à Anderlecht, un des passagers a pris la fuite à pieds tandis que le véhicule repartait. Le piéton, porteur d'un pistolet d'alarme,  a pu être arrêté.  Une perquisition à son domicile a permis de découvrir environ 550 grammes de cannabis ainsi que du matériel laissant supposer qu'il vend des stupéfiants. L’objet lancé par la fenêtre de la voiture a lui aussi été retrouvé : il contenait 3,4 grammes de cocaïne. Le véhicule et ses occupants sont activement recherchés.

S.S. a été privé de liberté et mis à disposition du parquet de Bruxelles. Le parquet a saisi un juge d’instruction. Aucun mandat d’arrêt n’a été délivré. L’intéressé a été inculpé et s’est vu imposer des conditions. L’instruction est en cours.

Gilles DEJEMEPPE – Porte-parole

03/08/17

Faits : Accident avec mort d’homme

Date et lieu : 22/07/2017 vers 16h, rue du Progrès (1030 Schaerbeek)

Conducteur : M.M., ♂, °1958

Victime : M., ♂, °1999

Le 22/07/2017, la police locale de Bruxelles-Nord a été appelée pour une personne écrasée par un bus. D’après les premières constatations, il s’agirait d’un jeune homme qui était caché sous un bus à destination de l’étranger. Au démarrage du bus, il aurait été traîné par terre sur une centaine de mètres avant de tomber à hauteur du boulevard Simon Bolivar. Le bus a continué sa route.

La victime a été transférée à l’hôpital dans un état grave. Elle y est décédée en fin d’après-midi. Il s’agit d’un jeune homme non inscrit en Belgique, qui serait originaire du Soudan.

Le bus concerné par l’accident a été identifié. Contacté par la police, son chauffeur s’est arrêté sur une aire d’autoroute à Middelkerke. Il n’était pas sous l’influence d’alcool ni de stupéfiants. Un expert automobile et le laboratoire scientifique de la police fédérale sont descendus sur les lieux. Plusieurs devoirs d’enquête ont été effectués sur réquisition du parquet.

Le chauffeur du bus a été auditionné puis relaxé. Il semblerait qu’il ne se soit pas rendu compte de la présence d’une personne sous son bus.

Une enquête est en cours afin de préciser les circonstances de cet accident.

Denis GOEMAN – Porte-parole

25/07/17

Faits : tentative de meurtre

Date et lieu : 10/07/2017 vers 16h à Molenbeek-Saint-Jean

Suspect : X

Victime :

Suite à plusieurs questions de journalistes, nous vous communiquons que lundi soir, un bébé de 10 mois a été transféré à l’hôpital en état critique. Les services de secours trouvaient la situation inquiétante et ont averti la police. Le parquet est descendu sur les lieux et a requis un juge d’instruction contre X pour tentative de meurtre. Hier, le juge d’instruction a placé un homme sous mandat d’arrêt. Le juge d’instruction demande explicitement de ne pas communiquer sur l’état du bébé, s’il est en vie ou non. Les faits se sont déroulés dans un domicile à Molenbeek.

Vu l’information limitée fournie par le juge d’instruction, j’estime qu’il n’est pas opportun de donner des citations ou des interviews concernant ce communiqué de presse.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

12/07/17

Faits : coups de couteau

Date et lieu : Place du Jeu de Balle, 08/07/2017, 10h30

Suspect : femme, M.D., °1959 (Belge)

Victime : homme, T.J., °1950 (Belge)

Ce samedi 8 juillet, vers 10h35, les inspecteurs de la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles, ont été avertis par les services de secours présents du fait qu’un homme a été victime de coups de couteau.

L’auteur et la victime habiteraient ensemble dans un appartement au premier étage à la Place du Jeu de Balle. L’homme, la victime, aurait reçu les coups de couteau dans l’appartement et aurait appelé à l’aide.

Les services de secours ont transféré l’homme à l’hôpital pour y être soigné. Les jours de la victime sont en danger. La femme a été arrêtée sur place et le couteau ensanglanté a été retrouvé dans l’appartement.

La police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles établit un périmètre de sécurité et avertit le parquet. Le parquet requiert entre autres l’intervention du labo judiciaire, l’analyse des images de caméra de surveillance et une enquête de voisinage.

La femme, suspecte, est privée de sa liberté et a été mise à disposition du parquet. Un juge d’instruction a été requis pour tentative de meurtre. La suspecte, qui conteste les faits, a été placée sous mandat d’arrêt. L’instruction suit son cours d’autre devoir ayant été demandé par le juge.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

10/07/17

Faits : Tentative de meurtre et vol avec violences ou menaces

Date et lieu : 04/07/2017, Rue de Tournai à 1000 Bruxelles

Suspect : X

Victime : G.B., 7.10.1965, américain

Ce 4 juillet 2017, vers 4h45, les policiers sont appelés dans un débit de boissons, Rue de Tournai à 1000 Bruxelles, une personne ayant été violemment frappée.

G.M., 7/10/1965, de nationalité américaine, a été transporté à l’hôpital, ses jours considérés comme en danger (ce qui n’est plus le cas à l’heure actuelle), ayant encouru de graves blessures sur tout le corps et notamment à la tête. 

Le parquet de Bruxelles a ordonné plusieurs devoirs d’enquête notamment le passage du laboratoire de la police fédérale, une enquête de téléphonie et l’analyse des images de caméras de surveillance ainsi que l’audition de plusieurs témoins. 

Un juge d’instruction a été requis du chef de tentative de meurtre et de vol à l’aide de violences ou menaces, en bande, la nuit, avec arme et est descendu sur le lieu des faits.  

A ce stade, aucun suspect n’a été placé sous mandat d’arrêt et l’enquête suit activement son cours raison pour laquelle, dans l’intérêt de celle-ci, aucun autre commentaire ne sera effectué.

Denis GOEMAN – Porte-parole

07/07/17

Date et lieu : 27/06/2017 vers 23h30, station de métro Aumale (Anderlecht)

Hier soir vers 23h30, deux policiers de la police des chemins de fer ont voulu procéder au contrôle d’individus dans la station de métro Aumale à Anderlecht. Lors de la discussion, un des chiens appartenant aux personnes contrôlées s’est jeté sur les policiers. Pour empêcher l’attaque de son collègue, le policier a tiré un coup de feu sur le chien. Aucun policier n’a été blessé. Le chien, toujours en vie, a été emmené à l’hôpital vétérinaire pour y être opéré. 

D’après les premiers éléments de l’enquête, la propriétaire du chien a tenté sans succès d’empêcher le chien de se jeter sur les policiers. Afin de procéder aux devoirs d’enquête, la circulation du métro a été arrêtée et la station de métro a été fermée durant quelques heures. Le parquet de Bruxelles est descendu sur les lieux en compagnie d’un expert en balistique et du labo. Une enquête est ouverte.

Gilles DEJEMEPPE – Porte-parole

 

28/06/17

Faits : coups et blessures volontaires    

Date et lieu : 19/06/2017 vers 21h40, boulevard Maurice Lemonnier (1000 Bruxelles)

Suspect : un homme non identifié

Victime : M.S., ‰, °1992, fonctionnaire de police, blessé

Lundi 19 juin 2017 vers 21h30, deux inspecteurs de la zone de police locale Bruxelles CAPITALE Ixelles sont intervenus boulevard Lemonnier suite à la présence de vendeurs à la sauvette. Ils ont procédé à l’arrestation de deux particuliers.

À cette occasion, une personne présente aux alentours a lancé une pierre en direction des policiers avant de prendre la fuite. L’un d’entre eux a été touché au front. Une ambulance appelée par son collègue est arrivée rapidement afin de l’emmener à l’hôpital. Lors de la prise en charge du policier, des pierres ont également été jetées sur l’ambulance.

La victime subit une incapacité de travail de sept jours. Une des personnes ayant lancé des pierres sur l’ambulance a pu être arrêtée. Elle a été auditionnée puis relaxée.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

20/06/17

Faits : détention arbitraire, enlèvement

Date et lieu : 11/06/2017, Anderlecht/Bruxelles

Suspect : A.C., ‰, °1972

Victime : J., Š, °2010

Le suspect a été auditionné dans l’après-midi du lundi 12/06/2017 par les services de police. Selon ses déclarations, il aurait voulu venir en aide à la petite fille. Il aurait décidé de se rendre au commissariat après avoir appris l’existence d’un avis de recherche. Il a été arrêté par la police au moment où il sortait de chez lui avec l’enfant.

La petite fille a été auditionnée par la police. Le contenu de cette audition relève du secret de l’instruction. Un mineur étant concerné, aucun commentaire ne sera fait à propos de celle-ci.

A.C. a été déféré devant le juge d’instruction le 13/06/2017. Il a été auditionné par le juge d’instruction et placé sous mandat d’arrêt du chef de détention arbitraire et enlèvement. Il comparaîtra dans les cinq jours devant la Chambre du conseil qui statuera sur son éventuel maintien en détention préventive.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

13/06/17

À ce stade de l’enquête relative à l’enlèvement de la petite Jihane El Oizi hier après-midi à Anderlecht, le parquet de Bruxelles peut confirmer ceci :

Jihane a été examinée à l’hôpital et son état de santé ne semble pas inspirer de crainte.

Le suspect arrêté et privé de liberté aujourd’hui vers 11h45 (A.C., ‰, °1972) n’a pas d’antécédent judiciaire en Belgique. Il est actuellement auditionné par la police. Son domicile a en outre été perquisitionné.

Un juge d’instruction a été saisi du dossier. Le juge d’instruction dispose d’un délai de 24h à partir de l’heure de privation de liberté pour décider de l’opportunité de placer le suspect sous mandat d’arrêt.

Le point sur l’avancement de l’enquête sera fait demain lors du point presse de 11h.

Gilles DEJEMEPPE – Porte-parole

12/06/17

Suite à plusieurs questions de journalistes reçues aujourd’hui, le parquet de Bruxelles peut confirmer que des perquisitions ont eu lieu cette après-midi dans les locaux du CPAS de Bruxelles dans le cadre de l’enquête relative à l’asbl Samusocial.

Le parquet de Bruxelles a saisi un juge d’instruction dans le cadre d’une mini-instruction afin de faire procéder aux perquisitions. Le résultat des opérations relève du secret de l’instruction.

À ce stade, aucun autre commentaire ne sera fait à propos de ce dossier.

Gilles DEJEMEPPE – Porte-parole

12/06/17

Suite à plusieurs questions de journalistes reçues aujourd’hui, le parquet de Bruxelles peut confirmer que des perquisitions ont eu lieu cette après-midi dans les locaux du CPAS de Bruxelles dans le cadre de l’enquête relative à l’asbl Samusocial.

Le parquet de Bruxelles a saisi un juge d’instruction dans le cadre d’une mini-instruction afin de faire procéder aux perquisitions. Le résultat des opérations relève du secret de l’instruction.

À ce stade, aucun autre commentaire ne sera fait à propos de ce dossier.

Gilles DEJEMEPPE – Porte-parole

12/06/17

Suite aux divers articles parus ces derniers jours, le parquet de Bruxelles a ouvert une information judiciaire concernant l’asbl Samusocial afin d’examiner l’éventuelle existence d’infractions pénales. Aucun autre commentaire ne sera effectué à ce stade de l’enquête.

Denis GOEMAN – Porte-parole

09/06/17

Date et lieu : 01/06/2017 vers 2h40, chaussée de Haecht (1030 Schaerbeek)

Victime : S.S., ‰, °1961

Ce matin, la police locale de Bruxelles Nord a été appelée pour une personne qui était inerte sur le parking d’un home. Sur place, le décès de la victime a été constaté par un médecin, vraisemblablement dû à une chute des étages supérieurs.

D’après les premières constatations, S. S. est résident du home et avait l’habitude de se rendre sur le toit-terrasse pour y fumer. Les premiers éléments de l’enquête écartent une éventuelle intervention de tiers.

L’enquête est en cours.

Gilles DEJEMEPPE – Porte-parole

01/06/17

Suite aux informations diffusées aujourd’hui dans la presse, nous pouvons vous confirmer que la sœur de Firdaous Bouhaltite Soulaimane, jeune fille faisant l’objet d’un avis de disparition publié le 27/05/2017, a été arrêtée le 24/05/2017 et placée sous mandat d’arrêt dans le cadre d’un dossier de terrorisme, ainsi qu’une autre personne.

Y.B.S. (Š, °1993) et S.D. (‰, °1995) ont comparu le 29/05/2017 devant la Chambre du conseil de Bruxelles, qui a confirmé leurs mandats d’arrêt.

Aucun autre commentaire ne sera fait à propos de ce dossier, dans l’intérêt de l’instruction en cours.

En ce qui concerne la disparition de Firdaous : elle n’a pour l’instant pas encore été retrouvée. L’enquête relative à sa disparition se poursuit.

Gilles DEJEMEPPE – Porte-parole

30/05/17

Suite aux nombreuses questions reçues sur l’avis de recherche publié le samedi 27/05/2017 à propos de la disparition inquiétante de Firdaous BOUHALTITE SOULAÏMANE, 14 ans, les éléments de contexte suivants peuvent être donnés.

La disparition est inquiétante car il s’agit d’une jeune fille qui fréquente normalement régulièrement l’école mais qui ne s’y est pas présentée le 24/05/2017.

Le parquet et la police ne savent pas où la jeune fille se trouve, son intégrité physique est peut-être sérieusement en danger.

Deux photos ont été diffusées : une en habits traditionnels et une en habits occidentaux, ceci parce que Firdaous s’habille de ces deux manières. Différents médias avancent la piste de la radicalisation et un possible départ vers la Syrie. Cette hypothèse n’est pas exclue et est activement examinée. Il n’est toutefois pas possible, sur base des éléments de l’enquête, de confirmer un départ (imminent). Des éléments de l’enquête il apparaît en tous cas que Firdaous ne s’est encore jamais rendue en Syrie.

Nous invitons toute personne en possession d’informations sur Firdaous à prendre contact avec la police fédérale.

Ine VAN WYMERSCH et Pierre GEERINCKX – Porte-paroles

29/05/17

Faits : tentative de meurtre, coups et blessures volontaires, port d’armes prohibées

Date et lieu : 27/05/2017 vers 13h, rue de la Ferme (Saint-Josse-ten-Noode)

Suspects : N., ‰, °2001 – M.I., ‰, °1968 – A.K., ‰, °1980 – S.I., ‰, °1964 – E.K., ‰, °1982

Ce samedi 27/05/2017 vers 13h, une querelle de voisinage a éclaté entre des membres de deux familles rue de la Ferme à Saint-Josse-ten-Noode. Cette querelle s’inscrit dans un contexte de tensions récurrentes entre ces personnes. Une bagarre a éclaté, au cours de laquelle des coups de feu ont été échangés. Trois personnes ont été blessées, dont une grièvement. Ses jours ne sont plus en danger.

Cinq personnes ont été privées de liberté et mises à disposition du parquet de Bruxelles. Un mineur a été déféré devant le juge de la jeunesse. Un juge d’instruction a été saisi du chef de tentative de meurtre,  coups et blessures volontaires et port d’armes prohibées. S.I. a été placé sous mandat d’arrêt. D’autres personnes actuellement hospitalisées doivent encore être entendues.

L’instruction se poursuit.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

29/05/17

Suite au communiqué de presse d’hier concernant des agissements suspects aux alentours de l’Ecole 8 à Ixelles :

Le suspect a été inculpé de consultation d’images à caractère pédopornographique et libéré sous conditions, en particulier celle de ne plus fréquenter d’école (ni intérieur ni abords) ni de mineurs d’âge.

L’instruction est en cours.

Denis GOEMAN – Porte-parole

17/05/17

Faits : rébellion

Date et lieu : 14/05/2017 vers 16h, rue René Reniers (1090 Jette)

Suspect : S.H., ‰, °1986

Victime : C.S., Š, °1952

Faisant suite au communiqué de presse du 15/05/2017 relatif à un incident de tir à Jette :

L’autopsie a démontré que, bien que le suspect se soit porté plusieurs coups de couteau, le coup de feu tiré par la police a bien causé son décès.

Le parquet mène une enquête afin de déterminer si l’usage de l’arme à feu par la police était adapté aux circonstances et si la police a bien fait usage de la force de manière graduelle. D’après les différentes déclarations, il semblerait que ce soit le cas. Le parquet de Bruxelles a encore requis plusieurs devoirs d’enquête afin de clarifier totalement la situation. Il ressort des premiers éléments de l’enquête que les inspecteurs de police intervenants auraient agi en état de légitime défense.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

16/05/17

Le 15/05/2017 le parquet a été avisé de faits d’agissements suspect dans et aux abords de « l’école 8 » à Ixelles. A ce sujet divers articles de presse ont déjà été publiés.

Bien que  circulent déjà des informations quant à  une « tentative d’enlèvement », à ce stade et à notre connaissance, aucun enfant n’a concrètement fait l’objet d’une telle tentative d’enlèvement. L’enquête se poursuit afin de déterminer en quoi consistent réellement les agissements suspects.   

Dans ce cadre un suspect, B, un jeune homme né en 1998, a été arrêté par les services de police. Après son audition il a été mis à disposition du parquet. Le suspect a été déféré devant le juge d’instruction pour des faits de consultation d’images à caractère pédopornographique. Le parquet a demandé une expertise psychiatrique et une libération sous conditions de l’intéressé.

La décision du juge d’instruction n’est pas encore connue et pourra seulement être communiquée demain au point presse de 11h.

Vu l’instruction en cours et vu le principe de présomption d’innocence, aucun autre commentaire ne sera fait, à ce stade, sur ce dossier. 

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

16/05/17

Faits : rébellion, menaces

Date et lieu : 14/05/2017 vers 16h, rue René Reniers (1090 Jette)

Suspect : S.H., ‰, °1986

Victime : C.S., Š, °1952

Le 14 mai 2017 vers 16h, les services de secours ont été appelés à propos d’un homme qui menaçait sa mère avec un couteau. L’intéressé souffrirait de problèmes psychiatriques.

À son arrivée sur les lieux, la police trouva la mère du suspect dans l’appartement, blessée aux mains suite à des coups de couteau. Elle a été amenée à l’hôpital pour y être soignée. Elle a pu quitter l’hôpital dans la soirée.

Les inspecteurs de police intervenant sont enjoint le suspect à laisser tomber son couteau. Il n’a pas obtempéré et se serait montré menaçant envers la police. Il a également blessé avec son couteau un chien policier qui tentait de le neutraliser. Le chien a lui aussi dû être emmené pour être soigné. La police a tiré un coup de feu sur le suspect, l’atteignant ainsi au tronc.

Le suspect est décédé suite à l’incident. Une autopsie sera réalisée aujourd’hui afin de déterminer la cause précise de sa mort. Le suspect n’a pas uniquement été atteint par la balle tirée par la police : il s’était porté lui-même plusieurs coups de couteau, notamment à hauteur de la gorge.

Le parquet est descendu hier sur les lieux et a ordonné deux enquêtes parallèles : la première relative à la violence intrafamiliale entre le suspect et sa mère, et la seconde relative à l’incident de tir proprement dit. 

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

15/05/17

Faits : coups et blessures volontaires

Date et lieu : 14/05/2017 vers 19h20, rue Kinet (1070 Anderlecht)

Suspect : inconnu       

Victime : C., ‰, °1990 (blessé)

Suite à un article paru aujourd’hui dans la presse, le parquet de Bruxelles peut confirmer ce qui suit :

Le 14/05/2017 vers 19h20, la police locale de Bruxelles Midi a été appelée pour des coups de feu entendus par un témoin à Anderlecht. Peu après, la police a été appelée par un hôpital aux urgences duquel un homme blessé par balles, C., s’était présenté.

Des premières constatations, il ressort que C. aurait été abordé en rue par un homme cagoulé et armé d’une arme lourde qui l’aurait insulté et menacé. C. aurait alors frappé le suspect. Celui-ci aurait alors fait feu en direction du sol. C. aurait été touché à la jambe par un éclat. Ses jours ne sont pas en danger. Le suspect aurait alors pris la fuite sur un scooter.

Le parquet a été avisé des faits. Divers devoirs d’enquête ont été requis afin d’éclaircir les circonstances de cette agression.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

15/05/17

Le 9 mai 2017 vers 17h une quarantaine d’individus pénètre, tous déguisés en animaux, arbres et légumes, dans les locaux de l’association  European Crop Protection Association”, via l’entrée, ou monte sur le toit via une échelle.

Plusieurs individus vandalisent les lieux en répandant de la peinture sur les vitres, sur les sols et en déversant des déchets verts ainsi que du compost.

Finalement 9 personnes ont fait l’objet d’une arrestation judiciaire et ont été mis à disposition du parquet de Bruxelles. Dans le courant de l’après-midi tout le monde  a été remis en liberté. Les 9 personnes devront comparaitre devant le tribunal correctionnel à Bruxelles, le 15 juin 2017, pour des faits de :

Réalisation des graffitis sur des biens mobiliers ou immobiliers (art. 534 bis §1 code pénal)

Dégradations volontaires des propriétés immobilières d’autrui (art. 534 ter du code pénale)

Les prévenus encourent une peine de prison de 1 à 6 mois d’emprisonnement et une amende de maximum 200 euro (à multiplier par 8).

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

10/05/17

Le 9 mai 2017 vers 21h30, la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles a pris en chasse place Poelaert un motocycliste qui roulait dangereusement.

D’après les premières auditions et constatations, notamment celles de l’expert roulage désigné par le parquet, l’accident se serait produit de la manière suivante :

Une patrouille de la brigade canine de la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles qui roulait sur la bande de droite de l’avenue Louise a entendu via la radio de la police qu’une course-poursuite était en cours sur l’avenue Louise. Le véhicule de la brigade canine a alors ostensiblement ralenti pour freiner le trafic, afin que la course-poursuite sur la bande de gauche puisse continuer sans mettre en danger les autres usagers. Quasi instantanément, la moto a percuté par l’arrière gauche le véhicule de la brigade canine. Suite à l’impact, le véhicule de police s’est mis en travers de la route. La patrouille de police qui poursuivait la moto roulait à une certaine distance de celle-ci.

Le conducteur de la moto, un homme né en 1993, est décédé sur le coup. La passagère, une jeune femme née en 1996, a été grièvement blessée et transportée à l’hôpital. Elle est décédé suite à ses blessures dans le courant de la nuit.

Le conducteur de la voiture de patrouille de la brigade canine est en incapacité de travail pour cinq jours et est fortement choqué par les faits.

L’enquête sur les circonstances précises de cet accident mortel a été confiée à la zone de police locale Marlow afin qu’elle puisse se dérouler avec sérénité, comme le veut la procédure en pareil cas.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

 

10/05/17

Faits : tentative de meurtre  

Date et lieu : 03/05/2017 vers 12h15, rue de la Madeleine (Bruxelles)

Suspect : A.B., ‰, °1985

Victime : K.Y., ‰, °1996 (blessé)

Le 03/05/2017 vers 12h15, la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles a été appelée pour une agression avec coups de couteau rue de la Madeleine. D’après les premières informations, une dispute aurait éclaté entre les deux hommes devant l’immeuble de A.B pour un motif encore à préciser. Ce dernier aurait donné plusieurs coups de couteau à la victime. Celle-ci prenant la fuite en direction de la rue Marché aux poulets, A.B. l’aurait poursuivie avant de rentrer dans son immeuble, où il a été arrêté par la police.

Le blessé a été retrouvé peu après et a été emmené à l’hôpital pour y être soigné. Ses jours ne sont plus en danger.

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits et a requis divers devoirs d’enquête, parmi lesquels la descente sur les lieux du laboratoire de la police fédérale. Un juge d’instruction a été saisi du chef de tentative de meurtre.

L’instruction est en cours.

Gilles DEJEMEPPE – Porte-parole

04/05/17

Faits : coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner 

Date et lieu : 09/04/2017, Avenue Théo Verbeeck, 1070 Anderlecht

Suspect : J-M.B., ‰, °1977

Victime : G.M., ‰, °1961

En raison des articles parus aujourd’hui dans la presse, le parquet de Bruxelles peut confirmer ceci :

Le 24 avril 2017, un suspect  a été interpellé suite aux faits survenus au stade d’Anderlecht pendant une rencontre de football le 9 avril dernier (voir communiqué de presse du 27/04/2017) et inculpé de coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Le juge d’instruction a libéré l’intéressé moyennant plusieurs conditions dont notamment celle de ne plus fréquenter les événements sportifs.

L’instruction suit son cours. 

Denis GOEMAN – Porte-parole

02/05/17

Faits : coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner  

Date et lieu : 09/04/2017, Avenue Théo Verbeeck, 1070 Anderlecht

Victime : G.M., ‰, °1961

En raison des articles parus aujourd’hui dans la presse, le parquet de Bruxelles peut confirmer ceci :

Lors du match à domicile du club de football d’Anderlecht contre le AA Gent le 9 avril 2017, un homme (G.M., °1961) a été emmené à l’hôpital pour y être soigné. Il s’est par la suite avéré que ses blessures résultaient de faits de coups et blessures. La victime est décédée à la suite de ses blessures le 20 avril 2017.

Le parquet de Bruxelles est compétent et a requis un juge d’instruction pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Le juge d’instruction ne souhaite faire aucun commentaire à propos de cette enquête dans la mesure où celle-ci est en cours.

Plusieurs suspects et témoins sont activement recherchés et auditionnés. Personne n’a été placé sous mandat d’arrêt dans ce dossier. Les conclusions de l’autopsie ne sont pas arrêtées : diverses analyses doivent encore être réalisées.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

09/04/17

Faits : trafic d’êtres humains, entrave méchante à la circulation

Date et lieu : 04/04/2017 vers 3h, Ring de Bruxelles – viaduc de Vilvorde

Suspect : ‰, pas encore identifié

Victime : 12 majeurs et 2 mineurs (blessés)

Aujourd’hui vers 3h du matin, la police de la route a repéré une camionnette roulant à contre-sens sur l’autoroute à hauteur de Nivelles. Le conducteur de la camionnette a alors fait demi-tour en direction du Ring de Bruxelles. Il a été pris en chasse par plusieurs voitures de police. À hauteur de Neder-over-Hembeek, le conducteur a tenté de percuter les voitures de police. Il a alors perdu le contrôle de son véhicule et percuté la berme centrale du viaduc de Vilvorde.

À l’arrière du véhicule se trouvaient quatorze personnes en situation illégale sur le territoire, parmi lesquelles deux mineurs. Tous ont été blessés lors de l’accident et ont été emmenés à l’hôpital pour y être soignés. Les jours des deux mineurs et de trois majeurs sont en danger. L’identification de ces personnes est en cours. L’Office des Étrangers a été avisé.

Le conducteur de la camionnette n’avait aucun document d’identité sur lui : son identification est en cours. Il a été privé de sa liberté et sera auditionné dans la journée.

Le parquet de Bruxelles a ouvert une information judiciaire du chef de trafic des êtres humains et d’entrave méchante à la circulation.

Denis GOEMAN – Porte-parole

04/04/17

Faits : coups et blessures volontaires

Date et lieu : 30/03/2017 vers 16h, rue Montoyer à Bruxelles

Suspect : M.G., ‰, °1979, blessé – S.H., ‰, °1987, blessé – H.D., ‰, °1971, blessé – Y.M., ‰, °1969, blessé – A.K., ‰, °1988, blessé

Victime : S.O., Š, °1948, blessée

Ce jeudi vers 16h, une bagarre a éclaté devant l’ambassade de Turquie entre partisans et opposants au président turc, dans le cadre d’un référendum portant sur une réforme constitutionnelle en Turquie.

Des coups ont été échangés entre plusieurs personnes, y compris au moyen d’un couteau et d’une barre de fer. On dénombre cinq blessés parmi les auteurs présumés de coups. Une dame qui s’interposait entre des protagonistes de la bagarre a également été blessée : elle est pour l’instant toujours à l’hôpital. La police locale de Bruxelles-Capitale -  Ixelles est intervenue sur les lieux pour rétablir l’ordre.

Un attroupement d’environ cent cinquante à deux cent personnes s’est formé devant l’ambassade. Des pavés ont été jetés sur des véhicules aux alentours.

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits, a ouvert une enquête et a requis les mesures nécessaires à l’identification des protagonistes.

Quatre personnes ont été privées de liberté et mises à disposition du parquet. Elles seront auditionnées aujourd’hui. Une cinquième personne a été privée de liberté mais a dû rester à l’hôpital en raison de ses blessures. Elle sera auditionnée lorsque son état de santé le permettra. Une barre de fer que l’on suspecte d’avoir été utilisée pour porter des coups a été retrouvée et saisie afin d’être analysée.

L’enquête est en cours.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

30/03/17

Ce jeudi 23/03/2017 en milieu de journée, une bagarre entre deux jeunes a éclaté dans une école de la rue du Canal à Bruxelles pour un motif encore à préciser. L’un d’eux (‰, °2001) a donné un coup de couteau à l’autre (‰, °1999).

La victime a été emmenée à l’hôpital. Ses jours ne sont pas en danger.

L’auteur du coup a été arrêté et mis à disposition du parquet. S’agissant de mineurs, le parquet ne fera pas d’autre commentaire pour l’instant.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

23/03/17

Après analyse, le parquet de Bruxelles a décidé de ne pas interjeter appel de la décision prise le 17 mars 2017 par laquelle  la chambre du conseil a estimé que les conditions légales requises pour placer une personne en détention préventive sont réunies et par conséquent de maintenir la détention préventive de O.M. sous la modalité de la surveillance électronique.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

20/03/17

Les premières conclusions de l’expert visent un problème avec les canalisations de gaz. La fuite de gaz n’a pas été retrouvée, vu l’état dans lequel les bâtiments se trouvent. Aucun élément confirme une intention criminelle / intervention de tiers.

L’identification de la victime décédée n’est pas attendue avant lundi après-midi.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

19/03/17

Cet après-midi les habitants de deux maisons, situées à Saint-Gilles, chaussée de Waterloo, ont été victime d’une explosion, suivie par un incendie.

7 personnes ont été transférées vers deux hôpitaux dans la région Bruxelloise. Parmi ces 7 personnes, 3 personnes sont gravement blessées, dont un enfant de deux ans et un enfant de 15 ans.

Plus tard dans la soirée (vers 22h), le corps d’un homme, a été retrouvé dans les décombres. L’identification formelle n’a pas encore eu lieu, nous ne pouvons donc pas donner des informations concernant son identité.

Le parquet s’est rendu sur place et a désigné un expert incendie et explosion afin de déterminer la cause de l’explosion. Vu le risque d’effondrement, l’expert pourra seulement entamer son examen des lieux demain. La cause de l’explosion n’est donc pas encore connue.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

18/03/17

Suite aux différentes questions que nous avons reçues de divers médias, le parquet de Bruxelles peut confirmer ce qui suit :

Ce matin, des perquisitions ont été effectuées au domicile et au cabinet de O.M., avocat au barreau de Bruxelles, et ce dans le cadre de la tentative d’évasion de la prison de Saint-Gilles le 13 avril 2014de BENABDELHAK M.

Pour rappel : BENABDELHAK M. était incarcéré à la prison de Saint-Gilles depuis janvier 2014. Il attendait son extradition pour la France dans le cadre d’un dossier de trafic de stupéfiants.

Depuis cette tentative d’évasion, une vaste enquête est menée par la DR1 (criminalité grave envers des personnes et des biens) de la police judiciaire fédérale de Bruxelles. Au stade actuel de l’instruction, divers éléments ont mené le juge d’instruction à procéder à ces perquisitions et à la privation de liberté de O.M., qui sera auditionné dans le courant de la journée.

Au stade actuel de l’enquête, nous ne pouvons révéler la teneur de ces « divers éléments » afin d’une part, de ne pas nuire à l’enquête en cours et d’autre part, de ne pas violer les principes du secret de l’instruction et de présomption d’innocence.

Le juge d’instruction dispose d’un délai de 24h afin de statuer sur la privation de liberté de l’intéressé ainsi qu’une éventuelle inculpation.

Dès que cette décision sera connue par nos services, le Parquet de Bruxelles la communiquera d’initiative.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

14/03/17

Faits : Meurtre

Date et lieu : 11/03/2017, Laeken       

Victime : S.H., ‰, °1987

Suite au communiqué de presse de samedi 11/03/2017 relatif à la découverte d’un corps dans la rue à Laeken :

La victime a pu être identifiée.

L’autopsie réalisée confirme une mort particulièrement violente suite à des coups.

L’instruction est en cours. Il n’a pour l’instant encore été procédé à aucune arrestation.

 Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

13/03/17

Peu avant 19 heures, un passant a découvert le corps d’un homme sur la voie publique, dans les environs de la Place Bockstael à Laeken. Le passant a immédiatement averti les services de secours et la police. Le décès de la victime a été constaté. La police a mis un périmètre en place. Le parquet a désigné un médecin légiste et a requis le labo de la police fédérale sur place. Il s’est avéré des premières constatations de l’expert qu’il s’agit d’un décès suspect. Le parquet a saisi un juge d’instruction pour meurtre. Le parquet et le juge d’instruction sont descendus sur les lieux plus tard dans la soirée. Une autopsie est demandée afin d’établir la cause du décès. La victime n’est actuellement pas identifiée.

L’instruction est en cours. le parquet ne communiquera a priori plus sur ce dossier, certainement pas avant le point presse de 11 h lundi 13 mars 2017.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

11/03/17

Faits : Agissements suspects

Date et lieu : 02/03/2017 vers 14h, Porte de Hal, Saint-Gilles

Suspect : M.A., ‰, °1989, connu

Jeudi 02/03/2017 vers 14h, la police locale de la zone Bruxelles Midi a procédé au contrôle d’un véhicule qui venait de brûler un feu rouge au niveau de la Porte de Hal. Les policiers ont alors constaté la présence de deux bombonnes de gaz dans le véhicule. Ils ont procédé à la privation de liberté du conducteur.

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits. Afin de ne prendre aucun risque, la mise en place d’un périmètre de sécurité et l’intervention du SEDEE (Service d’Enlèvement et de Destruction d’engins Explosifs) de l’armée ont été requis. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’une bombonne  de gaz remplie et d’une bombonne vide. Aucun détonateur n’a été retrouvé dans le véhicule.

Le conducteur du véhicule, M.A., est connu de la Justice pour avoir été condamné en 2016 par la Cour d’appel de Bruxelles à cinq ans d’emprisonnement pour avoir participé à l’activité d’un groupe terroriste. Compte tenu du profil de l’intéressé ainsi que du contexte de son arrestation, le parquet de Bruxelles a ouvert une information judiciaire et procède actuellement à toutes les vérifications et devoirs utiles afin d’être rassuré quant à son mobile. Ce dernier explique que les bombonnes de gaz étaient destinées à un usage domestique. Les premiers éléments d’enquête confirment cette explication. D’autres vérifications sont par contre toujours en cours.

M.A. est pour l’instant toujours privé de liberté. Une décision sera prise dans le courant de l’après-midi à ce sujet. Un communiqué de presse sera envoyé dès que cette décision aura été prise.

Denis GOEMAN, Ine VAN WYMERSCH – Porte-paroles

03/03/17

Le parquet de Bruxelles confirme que le périmètre à la porte de Hal a été levé.

Les explosions qui ont été entendues, proviennent des manipulations effectuées par le service de déminage de l’armée.

Le service de déminage de l’armée a constaté qu’il s’agit d’une bonbonne remplie de gaz et une autre bonbonne vide. Aucun mécanisme de détonation n’a été retrouvé dans la voiture, ni d’autres explosifs. 

À ce stade, dans l’intérêt de l’enquête, nous ne communiquons pas sur l’identité de la personne arrêtée. 

Il n’y aura pas d’autres communications au sujet de cette affaire avant le point presse de 11h00 organisé ce vendredi matin au bâtiment Portalis, lors duquel un état des lieux du dossier sera effectué.

Ine VAN WYMERSCH, Denis GOEMAN - Porte-paroles

02/03/17

Porte de Hal : la police locale de la zone midi a procédé à un contrôle d’un véhicule qui a brulé un feu rouge dans les environs de la porte de Hal sur le territoire de la commune de Saint-Gilles. Lors de ce contrôle les policiers ont constaté qu’il y avait deux bonbonnes de gaz dans le véhicule.

Dans la mesure où le conducteur était connu des services de police et que la destination des bonbonnes de gaz n’était pas très claire, les services de police n’ont pris aucun risque. un périmètre a été mis en place et le service de déminage de l'armée a été requis sur les lieux.

Le conducteur du véhicule a été privé de sa liberté et sera auditionné.

Une enquête est en cours afin de déterminer la destination des bonbonnes de gaz et le mobile éventuel du conducteur.

Il est absolument prématuré de confirmer que le conducteur aurait une intention criminelle. Toute spéculation dans ce sens est prématurée. Pour des raisons évidentes liées à l’intérêt de l’enquête, nous ne pouvons pas communiquer sur l’identité du conducteur arrêté.

Les porte-paroles du Parquet de Bruxelles, Ine Van Wymersch et Denis Goeman sont disponibles au bâtiment Portalis pour des éventuelles interviews.

Un « update » n’est pas attendu avant 21h00.

Si l’enquête nous le permet, une autre communication sera effectuée au plus tôt après 21h00.

Ine VAN WYMERSCH, Denis GOEMAN - Porte-paroles

02/03/17

Faits : tentative de meurtre

Date et lieu : 28/2/2017 Schaerbeek

Suspect : D.R né le 01/06/1949

Victime : K.N né le 01/01/1955

Le mardi 28 février  à 15 h 09  la zone de police Bruxelles Nord est appelée  Rue L’Olivier où des  coups de couteau auraient été portés. Arrivée sur place, la police a constaté qu’ une dame était blessée au ventre, ayant reçu deux coups de couteau. Elle sera transférée vers l’hôpital. Ses  jour sont  en danger, mais son état est stable. 

D’après les premiers éléments de l’enquête une dispute familiale entre la victime et le suspect aurait été à l’origine des faits.

Le parquet de Bruxelles a été avisé et a requis plusieurs  devoirs d’enquête dont la descente sur les lieux du laboratoire scientifique de la police fédérale.

Le suspect s’est rendu de lui-même à la police où il a été privé de liberté et mis à la disposition du parquet.

Le juge d’instruction a été saisi du chef de tentative de meurtre à charge du mari de la victime. Le suspect a été placé sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction

Pour votre information, à titre confidentiel : BR30.L6.10333/17

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

01/03/17

Faits : tentative d’assassinat

Date et lieu : 28/2/2017, Saint Gilles

Suspect : X

Victime : B.M né le 10.3.1978

Le mardi 28 février  à 18h45  la zone de police Bruxelles MIDI est appelée pour se rendre à la rue Merode suite à des coups de feu. 

Sur place la police apprend que plusieurs coups de feu ont été tirés en direction d’une camionnette.

Le passager de la camionnette a été touché par 3 balles, 2 dans le coude et 1 dans l’estomac. Ses  jours sont en danger.

Le parquet de Bruxelles, le juge d’instruction  et le laboratoire scientifique de la police fédérale sont descendus sur les lieux. Divers devoirs d’enquête ont été requis.

L’enquête est menée par la PJF de Bruxelles. Un dossier a été ouvert pour tentative d’assassinat à charge de X.

L’instruction est en cours, plusieurs pistes sont envisagées.

Pour votre information, à titre confidentiel : BR.30.L3.010929/2017

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

 

28/02/17

Faits : violence intra familiale

Date et lieu : 26/02/2016 à Anderlecht

Suspect : C.F. °22/02/1973

Victime : F.G. °03/05/1962

Le dimanche midi vers 14h46 les service de secours ont été appelé par la voisine qui indique qu’un homme est tombé par la fenêtre.

L’homme a fait une chute du 2ème étage, d’environ 6 mètres de haut, il  a traversé le toit du garage de la voisine.

La victime est un homme de nationalité suisse né en 1962. Il est décédé sur les lieux suite à ses blessures. Sur place le copain de la victime a été arrêté et entendu comme suspect pendant la journée.  Le juge d’instruction a décidé de ne pas décerner de mandat d’arrêt.

Le médecin légiste et le parquet sont descendus sur les lieux avec le labo de la police fédérale. Selon les premières constatations du médecin, l’intervention d’un tiers ne peut pas être exclue. Le corps a été transféré vers l’institut médico-légal en vue d’organiser une autopsie.

Un juge d’instruction a été saisi pour meurtre à charge du copain de la victime.

Pour votre information, à titre confidentiel : BR30.L3.10462/17

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

28/02/17

Le vendredi 24 février 2017, le tribunal d’application des peines de Bruxelles a décidé de remettre L. Storme en liberté sous conditions.

Le ministère public a la possibilité d’introduire un pourvoi en cassation, et ce dans un délai de 24 heures après le prononcé du tribunal d’application des peines.

La Cour de cassation est le juge de la légalité des jugements et n’annulera donc une décision qu’en cas de violation d’une loi ou en cas de non-respect d’une règle de droit.

En l’espèce, le parquet de Bruxelles a décidé, après une analyse profonde du jugement, de ne PAS introduire de pourvoi en cassation.

Le parquet de Bruxelles ne fournira pas d’informations sur l’heure de la libération.

Ine Van Wymersch - Porte-parole

 

27/02/17

Faits : Fausses alertes à la bombe

Date et lieu : 05 et 10/10/2016 à Bruxelles, Charleroi et Gosselies

Suspect : H.G., ‰, °1998, domicilié en province de Namur (Belgique)

Le 05/10/2016, plusieurs alertes à la bombe ont entraîné l’évacuation du Palais de Justice de Bruxelles, du bâtiment Montesquieu à Bruxelles et de la Gare de Bruxelles-Nord. La gare de Charleroi-Sud et l’aéroport de Gosselies ont également fait l’objet de fausses alertes à la bombe. Outre un important déploiement des forces de l’ordre, la circulation ferroviaire a été fortement perturbée durant plus de quatre heures, prenant de nombreux voyageurs en otage. Une nouvelle alerte visant le bâtiment Portalis à Bruxelles s’est produite le 10/10/2016. Des enquêtes judiciaires ont été ouvertes pour chacun de ces faits.

La zone de police Bruxelles CAPITALE Ixelles, la SNCB et Infrabel se sont en outre constituées partie civile dans les mains d’un juge d’instruction suite aux fausses alertes.

L’enquête diligentée a permis de constater que l’auteur de ces faits était une seule et même personne. Les devoirs d’enquête classiques n’aboutissant à aucun résultat concret, les différents enquêteurs et juges d’instruction ont alors décidé de centraliser les dossier entre les mains d’un juge d’instruction de Bruxelles. D’un commun accord, il a été décidé qu’une analyse criminelle soit réalisée par les enquêteurs de la recherche locale de la zone de police locale Bruxelles CAPITALE Ixelles. L’enquête a rapidement permis d’identifier un compte Facebook donnant une adresse IP en Belgique. Cette adresse IP a permis l’identification d’un jeune homme habitant en province de Namur.

En date du 20/02/2017, la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles a procédé à la privation de liberté et à l’audition du suspect. Celui-ci a été déféré devant le juge d’instruction qui l’a inculpé de comme auteur ou coauteur, fausses informations d’attentat terroriste. Il a été placé sous mandat d’arrêt.

L’instruction est en cours.

Le parquet du procureur du Roi de Bruxelles rappelle que l’auteur d’une fausse alerte à la bombe ou d’une fausse information d’attentat s’expose à une peine d’emprisonnement de trois mois à deux ans et à une amende de cinquante à trois cents euros. 

Denis GOEMAN – Porte-parole

Ilse VAN DE KEERE - Commissaire de police – Porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale Ixelles

22/02/17

Faits : Accident de roulage avec mort d’homme

Date et lieu : 21/02/2017 vers 01h, Bruxelles, Avenue de Vilvorde

Conducteur : homme encore non-identifié, décédé

Ce mardi 21/02/2017 vers 2h du matin, la police locale de Bruxelles-Capitale Ixelles a été appelée pour un accident de roulage au cours duquel une personne est décédée.

D’après les premières constatations, le conducteur d’une Mercedes roulant sur l’avenue de Vilvorde en direction de Vilvorde aurait perdu le contrôle de son véhicule, traversé le terre-plein central puis se serait encastré sous un camion qui était en stationnement. Le conducteur est décédé sur le coup. Il n’y aurait eu aucune intervention de tiers. Aucune autre victime n’est à déplorer.

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits. Divers devoirs d’enquête ont été requis, parmi lesquels la descente sur les lieux du laboratoire scientifique de la police fédérale, d’un médecin légiste et d’un expert automobile.

L’enquête est en cours.

Pierre GEERINCKX, Porte-parole

21/02/17

Un avis a récemment été publié sur le site internet de la police fédérale, en vue de rechercher d’éventuelles victimes de vols avec violences ou avec effraction.

Cet avis est en lien avec plusieurs informations judiciaires ouvertes dans lesquelles des bijoutiers d’un même quartier de Bruxelles sont suspectés d’avoir acheté, en vue de la revente, des bijoux issus de vols avec violences (type arrachage de chaîne en rue) ou avec effraction (cambriolage). Rappelons à cet égard que la connaissance de l’origine délictueuse d’un objet, comme élément constitutif de l’infraction de recel, peut être déduite de toutes les circonstances de fait qui doivent nécessairement éveiller la méfiance de ce lui qui en prend possession, en l’espèce, un bijoutier qui se voit proposer l’achat de bijoux.

Le Parquet de Bruxelles entend, par ce genre d’enquêtes, lutter contre les arrachages de bijoux en rue et les cambriolages, en tarissant les circuits d’écoulement des objets volés.

Les personnes reconnaissant un bijou dont la photo se trouve dans l’avis de recherche sont invités à prendre contact avec le service VIRTUS de la police locale de la Zone Midi (ZP Midi) via l'adresse mail virtus@polbrumidi.be ou via le numéro de téléphone 02/559.80.96 entre 08h00 et 21h00.

L’objectif est de restituer les bijoux à leurs propriétaires et de poursuivre les receleurs en justice.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

14/02/17

Suite à l’article paru dans La Capitale ce jeudi 09/02/2017, le parquet de Bruxelles tient à préciser ce qui suit :

En ce qui concerne l’implantation à Bruxelles de l’application Weeder, le parquet de Bruxelles envisage diverses réponses spécifiques et adaptées à cette problématique dans le cadre de sa mission quotidienne de lutte contre le trafic de stupéfiants, et notamment contre le trafic de rue.

Le parquet de Bruxelles tient à rappeler que la détention de stupéfiants, y compris le cannabis et ses dérivés, reste interdite par la loi. Le terme « dépannage » fréquemment utilisé tant par l’application que par nombre d’utilisateurs est assimilé à l’offre en vente ou à la facilitation de l’usage de stupéfiants en vertu de la loi du 24 février 1921 relative aux stupéfiants.

La loi prévoit des peines d’emprisonnement de trois mois à cinq ans et des amendes de mille à cent mille euro.

Denis GOEMAN – Porte-parole

09/02/17

Date et lieu : 17/01/2017, Rue Fernand Séverin, Schaerbeek

Le parquet de Bruxelles confirme qu’un juge d’instruction a été saisi du chef d’Homicide involontaire par défaut de prévoyance ou de précaution à charge du Foyer Schaerbeekois afin de mener une enquête sur l’incendie du 17/01/2017.

Divers devoirs d’enquête ont déjà été effectués : le détail de ceux-ci relève du secret de l’instruction. L’instruction est en cours.

A ce stade et dans l’intérêt de l’enquête, aucun autre commentaire ne sera fait à propos de ce dossier. 

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

06/02/17

Faits : coups et blessures volontaires ayant entraîné une incapacité de travail, prémédités, envers un enseignant + port d’arme prohibé par destination
Date et lieu : 31/01/2017, Etterbeek
Suspect : C., ‰, °2001
Victime : A.C., ‰, °1958

Suite à la parution dans La DH d’aujourd’hui d’un article relatif à une agression dans une école secondaire d’Etterbeek, le parquet peut confirmer les informations suivantes :

Dans l’après-midi du 31 janvier 2017, une grave agression a eu lieu dans une école secondaire à Etterbeek. Lors d’un cours, un jeune garçon âgé de 15 ans a jeté une pièce de métal à l’arrière de la tête de son professeur, qui tournait le dos à la classe. Le professeur est tombé et a perdu connaissance. Il a été emmené à l’hôpital avec une grave blessure à la tête. Les jours de la victime ne sont pas en danger.

La police locale s’est immédiatement rendue sur place et a commencé à chercher l’auteur. Finalement, un suspect a pu être arrêté dans l’après-midi. Il s’agit d’un jeune garçon âgé de 15 ans. Il a été mis à disposition du parquet de Bruxelles en vue d’être déféré devant le juge de la jeunesse. Le parquet a requis le placement du suspect dans le régime fermé d’une institution communautaire. Le juge de la jeunesse a décidé de confier le jeune à son milieu familial sous de strictes conditions.

Pour rappel : le juge de la jeunesse prend une décision tenant compte de la gravité des faits, de la personnalité du mineur en cause et du contexte dans lequel il évolue. Il s’agit d’une mesure provisoire en attente d’un jugement sur le fond de l’affaire.

Aucun autre commentaire ne sera fait à propos du suspect mineur.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

02/02/17

Le parquet souhaite communiquer les résultats suivants, relatifs à l’année 2016 pour la section Ecofin, laquelle travaille sur les dossiers de fraude économique, financière et fiscale, dans lesquels les enjeux financiers peuvent être très importants.

  1. Condamnations correctionnelles

    Premièrement, au niveau des condamnations par le Tribunal correctionnel (néerlandophone + francophone), les confiscations prononcées représentent un montant total de 28.427.910,98 EUR.

    D’autre part, des amendes ont été prononcées à hauteur de la somme totale de 9.024.440 EUR.

    L’argent récolté suite à ces condamnations (souvent avec saisies préalables) sert soit à indemniser les victimes soit à alimenter le budget de l’Etat.

  2. Transactions

    Deuxièmement, des transactions pénales simples ont été payées pour un montant total de 906.866 EUR. Le législateur a donné la possibilité au parquet de privilégier la voie de la transaction par rapport à des poursuites pénales. Ceci a comme avantage, d’une part, que la victime a des garanties maximales d’indemnisation, d’autre part, de gagner du temps ; enfin, cela limite les frais de procédure.

    Les montants précités constituent déjà un succès en rapport avec le nombre et la nature des dossiers traités en 2015. Le parquet continue à prendre des initiatives en vue de sensibiliser le monde des affaires  pour optimaliser la coopération, entre autres dans le cadre de la lutte contre le blanchiment.

    Il s’agit de chiffres internes au parquet de Bruxelles, réalisés sur la base d’un examen systématique de tous les jugements prononcés et les transactions.

  3. Mission plus large du parquet

    D’une manière plus générale, il est important de savoir que les missions du parquet ne se limitent pas à poursuivre, transiger ou classer sans suite.

    Par exemple, quand un dossier est classé sans suite alors que des montants ont été saisis et transférés à l’Organe Central pour la Saisie et la Confiscation, celui-ci ne restituera ces montants qu’après avoir payé les impôts, amendes et cotisations sociales dont le justiciable est le cas échéant débiteur, ce qui arrive régulièrement.

    Par ailleurs, le procureur du Roi dénonce au SPF Finances les dossiers dont l’examen révèle des indices de fraude fiscale. Ces dossiers permettent ainsi au SPF Finances de récupérer les impôts dus.

    Enfin, des saisies sont régulièrement effectuées par le procureur du Roi au profit d’autorités étrangères, soit sur commissions rogatoires internationales, soit de sa propre initiative (dénonciations aux fins de poursuites ou échanges spontanés d’information).

27/01/17

Le parquet de Bruxelles a été questionné à de nombreuses reprises au cours de ces dernières semaines et derniers mois au sujet du dossier en cause de Monsieur A. DE DECKER.  Le Parquet de Bruxelles avait indiqué qu’il communiquerait activement dans le cadre de ce dossier une fois qu’une décision d’orientation serait prise et que les parties concernées auraient pu en prendre connaissance.

Après  une analyse approfondie du dossier et la prise de connaissance de celui-ci par les conseils de Monsieur A. DE DECKER, le parquet de Bruxelles a appris récemment un  nouvel élément qui doit, à son tour, faire l’objet d’investigations.

Cette nouvelle information provient d’un autre dossier judiciaire toujours en cours et une enquête doit être diligentée afin d’en confirmer à la fois le contenu et la véracité.

Dans la mesure où ce complément d’enquête concerne un magistrat, la réalisation des devoirs d’information relève donc de la compétence exclusive du parquet général, qui traitera désormais de l’ensemble du dossier.

Le Parquet de Bruxelles tient à préciser que peu importe la portée de ce nouveau  devoir d’enquête, le principe de privilège de juridiction impose qu’il soit diligenté par le Parquet général.

Le Parquet de Bruxelles ne pourra plus prendre de décision dans le cadre de ce dossier n’étant légalement  plus compétent pour ce faire.

Afin de respecter  le principe de présomption d’innocence et également dans le but de ne pas nuire à l’enquête, il n’y pas lieu à ce stade de préciser la teneur exacte de ce nouvel élément ni l’identité dudit magistrat.

En ce qui concerne d’éventuelles communications ultérieures, il y a désormais lieu de s’adresser au Parquet général de Bruxelles

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

26/01/17

Ce mardi 17 janvier 2017, aux environs de 6h15, un incendie s’est déclaré à l’adresse suivante : 1030 Schaerbeek, Rue Fernand Séverin 82.

Les pompiers ainsi que les services de police et de secours sont immédiatement intervenus afin de porter assistance aux habitants de l’immeuble concerné.

Il ressort des éléments de l’enquête, à ce stade, que l’incendie se serait déclarée dans un appartement du troisième étage.

L’expert incendie désigné par le parquet de Bruxelles a conclu à un incendie accidentel d’origine électrique, sans plus de précisions à ce stade.

Le père de famille M.F.,né en 1959, et sa fille M.G., née en 2011, ont été évacué de l’appartement sous le choc et légèrement blessés.  Actuellement, ils sont toujours soignés à l’hôpital (contrairement à ce qui a pu être déclaré antérieurement). La mère de famille U.A, née en 1979, qui était par ailleurs, enceinte, a été retrouvée défenestrée à l’arrière du bâtiment par les services de secours.

La mère et l’enfant dont elle était porteuse n’ont pas survécu à leurs blessures.

Par ailleurs, deux autres enfants de la famille, un garçon R.J., né en 2002 et une fille, M.J., née en 2009, ont été transférée à l’hôpital militaire de Neder Over Heembeek, leur état critique est stabilisé mais leurs jours sont toujours en danger, à l’heure actuelle.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

17/01/17

Une opérations antiterrorisme a eu lieu hier à BRUXELLES. Quatre  perquisitions ont été menées dans des immeubles situés à de diverses endroit à Molenbeek à la demande du parquet de Bruxelles. Le résultat de toutes ces perquisitions s’est avéré négatif. 

3 personnes (des hommes) ont été interpellés et auditionnés cette nuit par la police judiciaire fédérale de Bruxelles. Les trois personnes ont été relaxé après audition.

La communication sur cette action se limitera au contenu de ce communiqué de presse.

Il n’y pas de conférence de presse au parquet de Bruxelles.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

15/01/17

Faits : association de malfaiteurs

Date et lieu : 2016, Bruxelles

Suite à la parution aujourd’hui d’un article relatif à un éventuel trafic de faux passeports à la Ville de Bruxelles, nous pouvons vous confirmer qu’une instruction est en cours à ce sujet.

Dans ce cadre, le parquet peut confirmer que deux personnes ont été arrêtées le 27/12/2016, inculpées de comme auteur ou coauteur, association de malfaiteurs et faux passeports et placées sous mandat d’arrêt. Leurs détentions préventives ont été confirmées par la Chambre du Conseil le 02/01/2017. Ils sont actuellement toujours en prison.

Les intéressés contestent les faits et ont interjeté appel contre les décisions de la Chambre du conseil.

L’instruction est en cours. Dans l’intérêt de l’enquête, aucun autre commentaire ne sera fait.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

11/01/17

Suite aux informations divulguées dans la presse aujourd’hui le parquet de Bruxelles communique ce qui suit :

Le parquet de Bruxelles confirme que les services de polices sont en disposition d’un document provenant de la prison de Saint Gilles, un écrit sur la fabrication d’une bombe. Une enquête est ouverte afin de pouvoir évaluer  le danger réel du contenu de ce document. Des premières informations il n’y a pas de menace concrète.

Dans l’intérêt de l’enquête aucun autre commentaire sera fait à ce sujet.

Ine Van Wymersch - Porte-parole

09/01/17

La nuit du réveillon vers 3 heures, la police de Bruxelles-Nord a constaté un incendie à l’établissement La Couronne située sur l’Avenue Roger. Le café était fermé.

Les habitants de l’immeuble ainsi que les habitants de l’immeuble attenant, ont été évacués. Les pompiers sont venus sur place, ainsi que le labo de la Police Fédérale et un expert en incendie. Ce dernier a conclu que l’incendie n’était pas d’origine criminelle.

Personne n’a été blessé.

Jennifer VANDERPUTTEN - Porte-parole

02/01/17

Le 26 décembre 2016 vers 20h, les services de secours ont été appelés à Saint-Josse-ten-Node pour un enfant inconscient. Sur place, un garçon de 6 ans a été retrouvé inconscient, souffrant d’hypothermie et de malnutrition manifeste. Sa sœur jumelle se trouvait également dans l’appartement, avec la maman des enfants et leur beau-père.

L’enfant se trouve toujours dans un état très critique. Sa sœur nécessite également des soins et est hospitalisée. Les deux enfants présentent des traces de maltraitance et de malnutrition manifeste.

Leur mère et leur beau-père ont été entendus par la recherche locale de la zone de police Polbruno et privés de liberté. Le juge d’instruction les a tous deux placés sous mandat d’arrêt le 27/12/2016 et inculpés de torture sur mineurs par ascendant ou personne ayant autorité. Le beau-père est passé aux aveux sans pour autant réaliser la gravité des faits, tandis que la mère est toujours dans le déni. 

Pour les deux enfants un juge de la jeunesse a été requis. Il a confirmé le placement des deux enfants à l’hôpital. 

Le beau-père (°1995) est inscrit à Saint-Josse-ten-Node. Ni la mère des enfants (°1985) ni les enfants eux-mêmes ne sont inscrits en Belgique.

Dans l’intérêt de l’instruction, nous limiterons notre communication à ce communiqué de presse.

Nous vous prions de respecter au maximum la vie privée des victimes particulièrement vulnérables.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

29/12/16

Faits : Terrorisme

Date et lieu : 19/12/2016 – Place Liedts/Rue des Palais, 1030 Schaerbeek  

Suspect : A.B., ‰, °1982, Belge, connu pour d’autres faits (vols, coups et blessures, …)

Lundi 19/12/2016 vers 16h, une opération policière menée par la PJF de Bruxelles avec le soutien de la police locale de Bruxelles Nord a eu lieu dans le quartier de la place Liedts à Schaerbeek.

Cette opération visait une personne soupçonnée d’être en possession d’armes et d’explosifs, et qui aurait proféré des menaces à caractère terroriste. Le suspect a été localisé dans la matinée du 19/12/2016 par la PJF de Bruxelles.

A.B. a été arrêté sans incident. Plusieurs objets ont été saisis, parmi lesquels des armes et du matériel informatique. Le SEDEE (Service d’Enlèvement et de Destruction d’Engins Explosifs) s’est également rendu sur les lieux pour un colis suspect, qui s’est avéré ne pas contenir d’explosifs. Aucun explosif n’a été retrouvé.

Il sera déféré aujourd’hui devant le juge d’instruction, à qui il appartiendra de le placer ou non sous mandat d’arrêt.

L’instruction judiciaire est en cours. A ce stade, aucun autre commentaire ne sera fait.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

20/12/16

Faits : détention d'armes

Date et lieu : 19/12/2016 – Place Liedts/Rue des Palais, 1030 Schaerbeek  

Suspect : A.B., ‰, °1982, Belge, connu pour d’autres faits (vols, coups et blessures, …)

Suite au communiqué de presse de ce matin concernant une opération policière hier à Schaerbeek, le parquet confirme que A.B. a été inculpé de détention d’armes et placé ce jour sous mandat d’arrêt. A ce stade, le juge d’instruction réserve toute inculpation en matière d’infraction terroriste.

L’instruction est en cours. Dans l’intérêt de l’enquête, aucun autre commentaire ne sera fait.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

20/12/16

L’information judiciaire en cause d’Armand De Decker en cours au parquet du procureur du Roi de Bruxelles a été clôturée récemment après une audition récapitulative de l’intéressé. Une analyse complète du dossier est en cours, à l’issue de laquelle le parquet décidera de la suite qui lui sera donnée.

À ce stade de la procédure, M. De Decker est toujours présumé innocent.

Le parquet du procureur du Roi de Bruxelles ne souhaite pour l’instant pas faire d’autre commentaire à propos de ce dossier.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

20/12/16

Faits : Décès suspect

Date et lieu : 16/12/2016, Saint-Gilles

Aujourd’hui en fin de matinée, la dépouille d’une personne sans domicile fixe a été retrouvée aux alentours de la gare du Midi à Saint-Gilles.

Le parquet de Bruxelles a requis la descente sur place du laboratoire de la police fédérale et d’un médecin légiste, qui ont conclu à un décès naturel.

La victime, un homme de 42 ans, avait séjourné récemment à l’hôpital et se trouvait dans un état de santé précaire. Le périmètre établi aux alentours de la gare a été levé vers 14h.

Denis GOEMAN – Porte-parole

16/12/16

Suite à la parution d’articles de presse relatifs à un arrêt de la Cour de Cassation concernant la consultation par la police de la banque de données de la DIV, le parquet du procureur du Roi de Bruxelles confirme qu’il n’a pas demandé à la police de ne plus flasher les véhicules en excès de vitesse.

Une analyse approfondie des conséquences de l’arrêt est en cours au collège des procureurs généraux. Le parquet de Bruxelles se conformera bien entendu aux directives de politique générale prises par le collège.

Le parquet de Bruxelles tient à rappeler que les limitations de vitesse doivent toujours être respectées, comme toutes les autres dispositions du Code de la route, et que tout contrevenant peut faire l’objet de poursuites pénales . 

Denis GOEMAN – Porte-parole

16/12/16

Depuis octobre 2015, plusieurs sites internet (sites d’institutions publiques, de partis politiques, d’organes de presse,…) ont été victimes d’attaques informatiques revendiquées par le collectif d’hacktivistes Downsec Belgium. 

Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête qui a permis d’identifier plusieurs suspects. Des perquisitions ont été effectuées en régions liégeoise et bruxelloise en avril 2016 et ce jeudi 08/12/2016, au cours desquelles du matériel informatique a pu être saisi et plusieurs personnes ont été auditionnées.

L’information judiciaire relative à ces attaques informatiques est quasiment clôturée. Une citation directe devant le tribunal correctionnel sera introduite le mardi 28 février 2017 devant la 61ème chambre du tribunal correctionnel francophone de Bruxelles.

Le parquet rappelle, à ceux qui seraient tentés par de telles attaques, que le sabotage informatique est passible jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.

Denis GOEMAN – Porte-parole

08/12/16

Faits : coups et blessures volontaires, torture, traitement inhumain

Date et lieu : 06/11/2016 vers 3h, Place du Champ de Mars, Ixelles

Suspect : I.A., ‰, °1983. Sans antécédents.

Victime : H.M., ‰, °1983. Sans antécédents

Dans le cadre du dossier qui a fait l’objet d’un communiqué de presse de la part du Parquet de Bruxelles le 7 novembre 2016 (en annexe), diverses déclarations ont été effectuées à la presse par des protagonistes du dossier faisant état de mobiles politiques liés aux faits survenus le 6 novembre 2016.

À ce stade de l’enquête, rien ne permet de confirmer le contexte politique de cette affaire en sorte que le Parquet de Bruxelles tient à rappeler, dans le but de permettre à l’enquête d’évoluer de manière sereine, que l’instruction est secrète et que la violation de ce principe peut engendrer des poursuites pénales.

Denis GOEMAN – Porte-parole

 

07/12/16

UNE FILIÈRE DE TRAFIC D’ÊTRES HUMAINS D’ORIGINE PALESTINIENNE DÉMANTELÉE

La vigilance des services de police et de la justice à l’égard de la problématique de la fabrication et  de l’utilisation de faux documents d’identité mène à nouveau, dans le cadre du plan Canal, à un nouveau succès.

Fin octobre 2016, la Police fédérale Judiciaire de Bruxelles a débuté une enquête suite à des informations policières au sujet d’une possible organisation criminelle active dans le trafic d’êtres humains, dirigée par une personne résidant sur le territoire de la commune de ETTERBEEK. Le suspect, un candidat réfugié d’origine palestinienne, résidait depuis novembre 2015 sur le territoire belge.

L’enquête nous démontrera que ce dernier n’opérait pas seul mais qu’il se faisait assister par plusieurs membres de sa famille ainsi que par d’autres suspects dans le cadre de ses activités criminelles. L’enquête menée a permis l’identification et la localisation de  7 membres de cette organisation sur le territoire belge.

En ce qui concerne les victimes identifiées, nous avons pu constater qu’elles sont toutes apatrides et d’origine palestinienne. Ceux-ci devaient débourser à la filière  la somme de 4500 à 7000 dollars US pour leur transfert illégal depuis leur pays d’origine jusqu’en Belgique. Des faux documents d’identité ou des faux visas étaient utilisés pour le trajet des victimes .

Ces faux documents ont été fabriqués en Belgique pour être ensuite envoyés aux victimes dans les pays d’origine ou de transit. Ces faux documents d’identité ont été utilisés en combinaison avec des billets d’avion.

En ce  qui concerne le trajet utilisé par cette filière, l’enquête a pu démontrer que  la plupart des victimes partaient de l’Egypte vers la Malaisie et Cambodge/Vietnam pour ensuite arriver en Belgique via la Thaïlande. Une autre  route possible fait état d’un transit par la Turquie, puis la Grèce à destination finale de la Belgique.

Une fois arrivées sur le territoire belge, les victimes sollicitaient le statut de réfugié.

Le 06 décembre 2016, la police fédérale Judiciaire de Bruxelles a procédé à l’exécution de 7 mandats de perquisition, autant sur l’agglomération bruxelloise que sur le territoire des arrondissements de Liège, Eupen, Mons et Namur.

Sept suspects ont été interpellés et ramenés dans les locaux de la Police Judicaire Fédérale de Bruxelles pour audition. Durant les perquisitions menées ce 06.12.2016, des éléments de preuve supplémentaires ont pu être retrouvés. Finalement, 6 suspects ont été mis à disposition du juge d’Instruction en charge du dossier.

Cette enquête nous démontre, comme prévu dans le Plan Canal, que la problématique des documents d’identité faux et/ou falsifiés n’est pas qu’une infraction en soi, mais est aussi très souvent un élément facilitateur et indispensable pour d’autres formes de criminalités graves.

La lutte contre la fabrication et la vente de faux documents reste une priorité, tant pour le Parquet de Bruxelles que pour les services de police, et en particulier pour la Police Judicaire Fédérale de Bruxelles .

Les 7 suspects sont:

A. A.  33 ans (apatride – origine palestinienne)

A. A.  27 ans (apatride – origine palestinienne)

A. A.  32 ans (apatride – origine palestinienne)

K. A.  20 ans (apatride – origine palestinienne)

S. M. 32 ans (algérien)

M.A. 26 ans (apatride – origine palestinienne)

Les 6 suspects ont été déféré devant le juge d’instruction

M. A.26 ans (apatride – origine palestinienne)

Ce dernier a été relaxé après audition.

Ine Van Wymersch - Porte-parole

06/12/16

Faits : Personne disparue

Date et lieu : Molenbeek, 02/12/2016

Victime : M., ‰, ° 2002 (retrouvé)

Vendredi 01/12/2016 vers 22h30, une dame s’est présentée dans un commissariat de police de Molenbeek afin de signaler la disparation de son fils M. âgé de 14ans. Selon ses déclarations, ce dernier aurait quitté le domicile familial vers 12h45 et ne serait pas rentré depuis.

Le parquet de Bruxelles a été avisé et M. a été signalé comme personne disparue. Une enquête a été ouverte afin de retrouver le disparu.

Finalement, M. a pu être retrouvé sain et sauf le 05/12/2016 chez sa copine en région bruxelloise.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

05/12/16

Démantèlement d’une organisation criminelle active dans un circuit de blanchiment international en relation avec un trafic de stupéfiants.

Dans le cadre d’une vaste enquête de blanchiment issu d’un trafic international de stupéfiants entre le Maroc, la France, la Belgique et les Pays-Bas, des opérations d’envergure mobilisant des centaines de policiers ont été effectuées simultanément ces 21, 22 et 23 novembre 2016 dans ces 4 pays.

Suite à l’interception en juin 2015 près d’Avignon par les douaniers français de deux individus à  bord d'un véhicule dans lequel était caché une importante somme d'argent en numéraire, les recherches entreprises ont permis de remonter la filière de transport  physique d’argent et d’abouter sur les activités d’une organisation criminelle active dans un circuit de blanchiment international en relation avec un trafic de stupéfiants.

Par le biais d’une équipe d’enquête commune d’enquêteurs entre la France, la Belgique et les Pays-Bas, des investigations minutieuses ont, en effet, permis de cerner le fonctionnement de ce réseau qui à l’origine demanderait à des exécutants de récupérer des sommes importantes d'argent du trafic de stupéfiants dans plusieurs villes de France et en Espagne et à d’autres d’opérer des dizaines de transports d'argent entre différentes villes de France, de Belgique et des Pays-Bas.

Les mouvements bancaires plus importants seraient ensuite réalisés entre Dubai  (Emirats Arabes Unis) et le Maroc où  les commanditaires blanchiraient cet argent à travers des sociétés à Casablanca.

Les montants transitant par les différents pays, pendant la période visée,  s’élèveraient entre 3 et 400 millions d’euros.

Plusieurs éléments d’enquête ont permis d’identifier des protagonistes agissant sur le territoire belge et c’est ainsi que 11 perquisitions ont été effectuées, 7 personnes ont été interpellées permettant la saisie à 3 endroits de sommes d’argent importantes pour un total de 2 millions 820.000 euros, des objets de grand luxe (sacs Vuitton, montre Rolex, …) dont une cache à Jette où ont été découvertes 4 caisses de billets contenant à elles-seules, totalisant 2,5 millions d’euros.

Sept véhicules ont également été saisis, 78 pièces informatiques ainsi que deux armes à feu.

L’enquête est menée par la section Criminalité internationale de la PJF de Mons-Tournai en collaboration avec la division financière (DR4), le laboratoire de la PJF de Bruxelles et la PJF d’Asse.

Plus de 13000 heures de travail ont déjà été investies dans ce dossier et 92 policiers fédéraux ont été engagés dans les opérations de cette semaine, dont l’appui canin et les services d’assistance sociale.  Deux gendarmes français ainsi que quatre membres d’Europol ont assisté aux interventions et la police locale Bruxelles-Ouest a également prêté son concours pour la sécurisation des services intervenants.

Le juge d’instruction en charge de l’affaire a placé deux des protagonistes de ce réseau sous mandat d’arrêt.

Aucun commentaire supplémentaire ne sera fait à propos de ce dossier. L’instruction suit son cours.

Suspects :

J. K., ‰, °1982, domicilié en Belgique, connu

I.B.H., ‰, °1976, domicilié en Belgique, connu

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

29/11/16

Faits : coups et blessures volontaires, torture, traitement inhumain

Date et lieu : 06/11/2016 vers 3h, Place du Champ de Mars, Ixelles

Suspect : I.A., ‰, °1983. Sans antécédents. Nationalité : NL. Domicilié en Belgique.

Victime : H.M., ‰, °1983. Sans antécédents. Nationalité : B. Domicilié en Belgique.

Suite à l’agression commise à Ixelles dimanche 06/11/2016 vers 3h : le suspect a comparu aujourd’hui devant le juge d’instruction, qui l’a placé sous mandat d’arrêt du chef de :

  • Torture avec incapacité permanente de travail et/ou perte d’un organe
  • Traitement inhumain et dégradant avec incapacité permanente de travail et/ou perte d’un organe
  • Coups et blessures volontaires avec incapacité permanente de travail et/ou perte d’un organe

Une expertise psychiatrique du suspect a également été ordonnée.

L’instruction est en cours.

Denis GOEMAN – Porte-parole

07/11/16

Faits : coups et blessures volontaires, torture, traitement inhumain

Date et lieu : 06/11/2016 vers 3h, Place du Champ de Mars, Ixelles

Suspect : I.A., ‰, °1983. Sans antécédents. Nationalité : NL. Domicilié en Belgique.

Victime : H.M., ‰, °1983. Sans antécédents. Nationalité : B. Domicilié en Belgique.

Dimanche 06/11/2016 vers 3h du matin, la police de Bruxelles CAPITALE Ixelles a été appelée pour un homme blessé place du Champ de Mars à Ixelles. Les yeux de la victime ont été arrachés. La victime a été emmenée à l’hôpital dans un état grave. Ses yeux ont été retrouvés à proximité, ainsi qu’une lame.

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits et a requis divers devoirs d’enquête, parmi lesquels la descente sur les lieux du laboratoire scientifique de la police fédérale. Un juge d’instruction a été saisi pour coups et blessures volontaires, torture et traitement inhumain.

D’après les premiers éléments de l’enquête, H.M. aurait eu une altercation plus tôt dans la journée avec le suspect. Ils se seraient par la suite retrouvés place du champ de Mars et se seraient battus. I.A. aurait lors de cette bagarre arraché les yeux de H.M. puis aurait pris la fuite. I.A. a pu être arrêté le 06/11/2016 vers 14h50. Il sera déféré dans la matinée devant le juge d’instruction, qui décidera d’un éventuel placement sous mandat d’arrêt.

I.A. reconnaît s’être bagarré avec H.M. mais ne peut affirmer avec certitude lui avoir arraché les yeux.

L’instruction est en cours. Le parquet communiquera plus tard dans la journée à propos d’un éventuel placement sous mandat d’arrêt.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

07/11/16

Faits : tentative d’assassinat

Date et lieu : 30/10/2016 vers 23h15 – Rue de la Philanthropie, Bruxelles

Suspect : F.M., ‰, °1997, connu – L.C., ‰, °1997, connu

Victime : S.E-B., ‰, °1992, blessé grave – A.E-B., ‰, °1997, blessé léger

Le 30/10/2016 vers 23h15, un groupe de jeunes se trouvait sur le trottoir devant une maison rue de la Philanthropie à Bruxelles. Un second groupe s’est approché et une bagarre a débuté. Un des membres du second groupe est entré dans une maison, en est ressorti avec un fusil et a fait feu à plusieurs reprises sur le premier groupe. Le second groupe est ensuite monté dans une voiture et a pris la fuite en direction de la rue Blaes.

La victime principale, S.E-B., a été touchée au bras et à la fesse droite. Elle a été emmenée à l’hôpital dans un état grave. Ses jours ne sont pas en danger. Une autre personne a également été légèrement blessée. Des douilles ont été retrouvées, qui ont été saisies afin d’être analysées.

Deux auteurs présumés ont pu être identifiés. Ils ont été arrêtés et privés de liberté. Une perquisition en flagrant délit a également été effectuée dans l’immeuble dont est sorti un des auteurs présumés : des stupéfiants et du matériel pour la vente de drogue (pacsons et balance) ont été retrouvés. 

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits et a requis divers devoirs d’enquête. Un dossier a été ouvert pour tentative d’assassinat. L’enquête est en cours.

Denis GOEMAN – Porte-parole

31/10/16

Faits : tentative de viol d’un majeur

Date et lieu : Bruxelles, Impasse de la Fidélité, 26/10/2016 vers 3h

Suspect : M.A., ‰, °1983, sans antécédents

Victime : J.L., Š, °1986

Mercredi 26/10/2016 vers 3h, la police de Bruxelles CAPITALE Ixelles a été appelée pour des faits de moeurs dans le café Delirium Tremens situé impasse de la Fidélité à Bruxelles.

Le suspect aurait tenté de violer la victime dans les toilettes de l’établissement. La victime a crié, le barman est intervenu en maîtrisant le suspect et a fait appel à la police. La victime n’a pas été blessée.

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits et a ouvert un dossier. Le suspect a été mis à disposition du parquet et relaxé après audition. L’enquête est en cours.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

27/10/16

Nous renvoyons au communiqué de presse de la police locale de Bruxelles-Capitale-Ixelles.

Ce matin, vers 05u30, un accident a eu lieu lors duquel un véhicule de police a heurté un piéton.

Le parquet a été contacté et a désigné un expert en automobiles. Selon les premières constatations de ce dernier, les déclarations du chauffeur correspondent  à l’état des lieux et aux constations faites sur les lieux. Tout mène à croire qu’il s’agit d’un accident tragique.

Le parquet a donné les instructions nécessaires afin de connaître les circonstances exactes de l’accident (type d’intervention pour lequel la patrouille avait été sollicitée, dossier de photos, plan détaillé, audition du chauffeur et du passager du véhicule de police, vérification de présence de caméras, etc.). 

Les lieux et le véhicule ont été libérés à 8h.

Nous ne disposons pas d’information récente concernant l’état de la victime.

Jennifer VANDERPUTTEN - Porte-parole

 

20/10/16

Faits : prise d’otages, vol avec violences ou menaces avec circonstances aggravantes, port illégal d’arme à feu soumise à autorisation

Date et lieu : 18/10/2016 vers 18h55, chaussée d’Alsemberg, 1190 Forest

Suspect : N.O., °1990, connu de la Justice

Mardi 18/10/2016 vers 19h05, la police locale de Bruxelles Midi a été appelée pour un vol à main armée au magasin Carrefour de la Chaussée d’Alsemberg à Forest.

Un homme muni d’un pistolet est entré dans le magasin vers 18h55, a menacé les personnes présentes et menotté une caissière. Une trentaine de personnes se trouvaient dans le magasin.

Arrivés sur place, les services d’intervention de la police fédérale ont pu prendre contact avec le suspect par téléphone. Une négociation a démarré, au cours de laquelle le suspect a libéré plusieurs otages. Il a ensuite fini par se rendre aux services de police. Personne n’a été blessé. Les victimes ont été prises en charges par le Service d’Aide aux Victimes.

N.O. a été privé de liberté et mis à disposition du parquet de Bruxelles. Il a des antécédents judiciaires en matière de vol à l’aide de violences ou menaces et a déjà été incarcéré. Il a également fait l’objet de plusieurs mesures liées à des troubles psychiatriques. Plus tôt dans la journée, N.O. s’était présenté dans un commissariat et avait déclaré vouloir retourner en prison. Après audition et compte tenu des éléments du dossier, il avait été relaxé.

N.O. sera déféré aujourd’hui devant un juge d’instruction en vue de la délivrance d’un mandat d’arrêt.

Denis GOEMAN – Porte-parole

19/10/16

Faits : Accident de roulage avec dégâts matériels (Délit de fuite)

Date, heure et lieu : Place de la Liberté, 1000 Bruxelles – 14/10/2016 vers 22h50

Propriétaire du véhicule : F.D., °1942, sans antécédents

Le 14/10/2016 vers 22h50, un témoin a appelé la zone de police locale Bruxelles CAPITALE Ixelles pour signaler un accident avec délit de fuite Place de la Liberté à Bruxelles. Une voiture aurait embouti des potelets avant de prendre la fuite.

La plaque d’immatriculation appartient à un parlementaire. Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête afin d’identifier formellement le conducteur de la voiture au moment des faits et les circonstances précises de l’accident.

Denis GOEMAN – Porte-parole

19/10/16

Dimanche 26/09/2016 vers 21h40, la police locale de Bruxelles Ouest a été appelée pour des coups de feu au carrefour de la chaussée de Ninove et de la rue Verheyden à Molenbeek-Saint-Jean.

D’après les premières informations disponibles, deux hommes sur un scooter se seraient approchés d’une voiture arrêtée à un feu rouge. Le passager du scooter aurait fait feu à plusieurs reprises sur le conducteur de la voiture. Le scooter a ensuite pris la fuite sur la chaussée de Ninove en direction du ring.

À hauteur du carrefour de la chaussée de Ninove avec la rue de Dilbeek à Anderlecht, le scooter a fait un accident  avec une voiture. Les deux hommes ont alors fait une tentative de car-jacking en menaçant la conductrice d’une voiture à l’aide de leur arme. Entretemps, deux autres hommes sont arrivés en voiture sur les lieux. Les suspects ont embarqué dans cette voiture, qui a pris la fuite en direction du ring.

La victime (D.L., un homme de 35 ans, connu de la justice) est décédée. Plusieurs douilles ont été retrouvées.

Le parquet de Bruxelles et un juge d’instruction sont descendus sur les lieux. Divers devoirs d’enquête ont été requis, parmi lesquels la mise en place d’un périmètre de sécurité et la descente d’un expert balistique. 

À l’heure actuelle, les auteurs sont recherchés. Le parquet a saisi un juge d’instruction du chef d’assassinat.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

26/09/16

Dimanche 11/09/2016 vers 5h, une altercation a eu lieu entre deux hommes à Schaerbeek.  Les deux hommes se sont portés mutuellement des coups de poing puis l’un d’eux a sorti une arme à feu qu’il portait sur lui.  Dans la bagarre, plusieurs coups de feu ont été tirés ; un des deux hommes a été blessé, mais ses jours ne sont pas en danger.

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits.

L’auteur des coups de feu (Z.B., né en 1994) a été privé de liberté et mis à disposition du parquet, qui a saisi un juge d’instruction. Z.B. a été déféré devant le juge d’instruction, qui l’a placé sous mandat d’arrêt du chef de menaces par gestes et emblèmes et port d’armes sans autorisation.

L’instruction est en cours.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

13/09/16

Lundi 5 septembre 2016 vers 18h, la zone de police locale Bruxelles Capitale - Ixelles a été appelée pour un vol à main armée dans une boutique située Avenue de l’Hippodrome à Ixelles.

D’après les premières constatations, une personne cagoulée serait entrée dans la boutique et se serait emparée du contenu de la caisse avant de prendre la fuite. Cette personne aurait menacé les employés présents au moyen d’une arme à feu. Personne n’a été blessé.

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits. Il a requis l’établissement d’un périmètre d’exclusion judiciaire et divers autres devoirs d’enquête.

Le parquet a ouvert une enquête suite à ces faits. Dans l’intérêt de l’enquête, aucune précision ne sera donnée quant au montant dérobé.

Rym KECHICHE – Porte-parole

06/09/16

Suite à l’incendie de ce matin à l’INCC, le parquet de Bruxelles a saisi un juge d’instruction du chef d’incendie volontaire d’un immeuble et dégradations par explosion. Le parquet et le juge d’instruction sont descendus sur les lieux. Différents experts ont été désignés : les expertises sont en cours.

À la demande du juge d’instruction, aucune information ne sera communiquée par rapport à la cause du sinistre. Les cinq personnes arrêtées plus tôt dans la journée ont été remises en liberté après audition. À ce stade, il n’a été procédé à aucune inculpation.

Afin de permettre à l’enquête de se dérouler dans la sérénité, aucun commentaire supplémentaire ne sera fait. En fonction de l’avancement de l’instruction, plus d’informations pourront éventuellement être communiquées par voie de communiqué de presse.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

29/08/16

Cette nuit vers 2h, un incendie s’est déclaré dans les locaux de l’INCC (Institut National de Criminalistique et de Criminologie) à Neder-Over-Hembeek (Bruxelles).

En raison de l’heure tardive, personne n’était présent dans le bâtiment. En conséquence, personne n’a été blessé.

L’INCC est  une institution scientifique du SPF Justice qui réalise des expertises judiciaires. Cet endroit n’a donc pas été choisi au hasard, il s’agit d’un auxiliaire privilégié  de la Justice qui dispose d’informations sensibles en lien avec plusieurs enquêtes en cours et dossiers judiciaires. 

Plusieurs auteurs ont forcé l’entrée du terrain de l’INCC au moyen de leur véhicule et ont pu atteindre le bâtiment, plus précisément l’aile abritant les laboratoires.  Au niveau du modus operandi, nous ne pouvons pas encore donner de détails en raison du fait que les expertises sur les lieux n’ont pas pu être réalisées, le bâtiment n’étant pas encore accessible. Le parquet a ouvert une enquête pour incendie volontaire et dégradations par explosion.

Le parquet infirme l’information selon laquelle il aurait été fait usage d’une voiture bélier pour pénétrer dans les bâtiments. Seules les clôtures ont été forcées.

Des témoins disent avoir entendu des explosions. L’origine de celles-ci n’a pas encore pu être déterminée. Il semble évident que l’INCC a été directement visée par ces faits. Cinq personnes ont été arrêtées dans les environs immédiats de l’INCC juste après les faits . Celles-ci sont actuellement auditionnées afin de déterminer de quelle manière elles pourraient être impliquées.

L’hypothèse d’un acte terroriste n’est pas confirmée. Il va de soi que plusieurs individus auraient intérêt à faire disparaître des éléments à charge de leurs dossiers judiciaires. L’enquête  est en cours et plusieurs pistes sont envisagées.

Les dégâts au bâtiment sont importants mais ne peuvent pas être quantifiés. Le SEDEE (service de déminage de l’armée) est sur place. Un expert incendie a été désigné par le parquet. Ce dernier et le parquet descendront ensemble sur les lieux aujourd’hui.  

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

29/08/16

Samedi soir à 23h30, plusieurs appels ont été reçus par le « 101 », évoquant des coups de feu, tirés sur le boulevard Emile Bockstael à Laeken.

Selon les premiers témoignages un auteur aurait tiré plusieurs fois sur le conducteur d’un véhicule type « Smart ». Un expert balistique est descendu sur les lieux dans le courant de la nuit.

Le conducteur a reçu plusieurs balles dans le corps et s’est fait opérer dans la nuit. Il est toujours hospitalisé et son état est encore jugé ccritique.

Le conducteur circulait sur le boulevard Emile Bockstael en direction de la place E. Bockstael. A un certain moment, il a perdu le contrôle de son véhicule et a percuté un autre véhicule qui attendait devant le feu rouge. Le conducteur est sorti de son véhicule et a essayé de continuer son chemin à pied. Il a demandé de l’aide à un chauffeur de taxi qui a averti la police. Les différentes patrouilles de la police locale Bruxelles CAPITALE Ixelles faisaient déjà route et les services de secours ont immédiatement pris le conducteur en charge.

La PJF de Bruxelles a repris l’enquête. Jusqu’à présent, personne n’ a été arrêté. Un juge d’instruction a été saisi pour tentative d’assassinat. Plusieurs pistes sont ouvertes, dont celle d’un règlement de comptes suite à un différend commercial.

Après la descente du parquet et du juge d’instruction, les lieux ont été libérés ce dimanche, vers 6 heures du matin.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

23/08/16

Décès suspect Uccle – suite

Des premiers résultats d’autopsie il ressort qu’il n’y a pas de lésion traumatique en cause avec le décès.

Nous attendons les résultats de l’examen toxicologique.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

 

19/08/16

Diverses informations sont parues dans les médias au sujet de l’agression d’un médecin. Le parquet de Bruxelles confirme que des coups de couteau ont été portés contre un médecin qui a été grièvement blessé ce matin à Forest. Un auteur présumé a été arrêté sur les lieux de l’agression.

Les jours de la victime sont en danger.

Un juge d’instruction a été requis d’instruire à charge de ce présumé auteur du chef de tentative d’assassinat.

Le juge d’instruction et le parquet sont descendus sur les lieux du drame.

L’individu arrêté sera entendu dans la soirée par le juge d’instruction qui pourra, le cas échéant, décerner un mandat d’arrêt.

Gilles Dejemeppe - Porte-parole

18/08/16

Le 17 août dernier, le décès d’une jeune femme Y. de 26 ans a été constaté dans une maison à Uccle.

La victime Y. était une amie d’un jeune homme domicilié à l’endroit où le décès a été constaté. Cependant, bien que résidant à ladite adresse depuis un certain temps, Y. n’y était pas domiciliée.

Une enquête a été initiée par le Parquet concernant ledit décès car aucune cause apparente n’a pu être formellement identifiée.

Les services de secours ont été appelé par l’ami de la victime (sans qu’une relation soit établie avec elle) car celle-ci ne se réveillait pas. Selon lui, ils avaient passé la soirée au centre de Bruxelles. À l’arrivée des secours, la victime était déjà décédée.

D’après les premiers témoignages, il semblerait que Y. ait des problèmes de santé qui pourraient être liés à la consommation de stupéfiants. Aucune trace de consommation de drogues ou de violence n’a été relevée dans l’habitation.

Aucun suspect n’a été interrogé ou arrêté.

Une autopsie doit être pratiquée aujourd’hui. Aussi, une analyse toxicologique a été ordonnée par le Parquet. Les résultats, dont la primeur sera donnée à la famille de la victime, ne devraient pas être connus avant plusieurs semaines.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

17/08/16

Ce 5 août 2016, une enveloppe est parvenue par courrier ordinaire à la maison communale de Saint-Josse. Cette enveloppe était adressée au Bourgmestre de la commune.

Elle renfermait une lettre manuscrite contenant des menaces et une poudre blanche.

La poudre blanche est actuellement analysée pour en déterminer la nature.

Les faits sont constitutifs de menaces écrites d’un attentat criminel, avec ordre ou sous conditions. Cette infraction est punie d’une peine d’emprisonnement de 6 mois à 5 ans.

Les personnes ayant été en contact avec la lettre ont pu quitter l’hôpital où elle avaient été transférées. Elles sont actuellement entendues par les services de police

L’enquête se poursuit afin d’identifier le(s) auteur(s).

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

05/08/16

Dans le courant de l’après-midi la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles a été confrontée à une situation suspecte dans un établissement HORECA situé Chaussée d’Anvers à Bruxelles. Un témoin déclare avoir vu plusieurs personnes armées pénétrer dans un café. La police locale était immédiatement présent sur les lieux et a mis un périmètre en place.  Plusieurs suspects ont été interpellées et le bâtiment en question a été fouillé. Jusqu’à présent les services de police n’ont PAS trouvé d’armes. La situation est sous contrôle, mais une enquête est en court afin de clarifier cette situation. L’enquête permettra de déterminer s’il y a lieu de parler de faits criminels et le rôle éventuel de chacun.

En ce moment nous n’avons aucune indication qu’il s’agirait des faits / d’agissements suspects liés au terrorisme.

Aujourd’hui le parquet ne communiquera plus sur cet évènement, au plus tôt demain au point presse habituel du parquet des plus amples informations peuvent être attendues.  

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

 

 

11/07/16

Dans le cadre du dossier de ce 21/06/2016 relatif à la personne porteuse d’une ceinture d’explosifs factice arrêtée rue Neuve, le parquet peut confirmer qu’une visite domiciliaire a été effectuée chez la mère du suspect. Cette visite domiciliaire a permis de découvrir des restes du matériel ayant servi à la fabrication de ladite ceinture factice. Confronté à cet élément d’enquête, le suspect est passé aux aveux et a reconnu avoir inventé son enlèvement.

En ce qui concerne le véhicule qu’il a désigné comme ayant servi à son enlèvement, le suspect a reconnu avoir relevé au hasard en rue une plaque d’immatriculation. Le conducteur dudit véhicule qui avait été interpellé a été immédiatement relaxé.

Le parquet a saisi un juge d’instruction du chef de fausse information concernant le danger d’un attentat. Le parquet requiert une mise sous mandat d’arrêt et une expertise psychiatrique. Le juge d’instruction dispose d’un délai de 24h à partir de l’heure de privation de liberté du suspect pour prendre sa décision quant aux réquisitions du parquet.

Rym KECHICHE – Porte-parole

21/06/16

Ce mardi 21/06/2016 vers 5h30 du matin, la police locale de Bruxelles-Capitale -  Ixelles a été appelée par une personne déclarant avoir été enlevée en voiture et déposée rue Neuve (1000 Bruxelles) avec une ceinture d’explosifs qui devait être déclenchée à distance par une tierce personne.La police s’est immédiatement rendue sur les lieux et a identifié la personne (J.B., °1990). Celle-ci a répété avoir été enlevée et revêtue d’une ceinture d’explosifs. La police a effectivement repéré sur la personne ce qui pouvait s’apparenter à une ceinture d’explosifs.

Le parquet a été avisé et a donné pour instruction d’établir un périmètre de sécurité et a requis l’intervention immédiate du SEDEE (Service d’Enlèvement et de Destruction d’Engins Explosifs), de la police judiciaire fédérale et de la recherche locale de la zone de police Bruxelles-Capitale -  Ixelles. Les démineurs ont retiré la ceinture à l’individu et l’ont examinée. Après une première inspection, il s’est avéré qu’elle  contenait du sel et des biscuits. Toute menace d’explosion a pu être a priori écartée. Le périmètre de sécurité a été levé.

J.B. a quant à lui été interpellé par la police et emmené afin d’être auditionné. Lors de son premier contact avec la police, il avait fourni des informations permettant d’identifier avec précision le véhicule dans lequel il avait déclaré avoir été enlevé. Celui-ci a été retrouvé stationné dans une rue dans la commune de Schaerbeek. Son propriétaire devrait être entendu.

J.B. est connu de la justice pour divers faits, y compris certains liés à des problèmes psychiatriques. Il avait également été impliqué en 2014 dans un dossier du parquet fédéral. Il avait notamment pris contact récemment avec la police en déclarant avoir été incité à partir rejoindre l’Etat islamique en Syrie. Ces déclarations ont fait l’objet d’une enquête au parquet de Bruxelles au cours de laquelle plusieurs personnes ont été auditionnées, sans qu’elles n’aient pu être confirmée ou infirmée à ce stade.

J.B. fait actuellement l’objet d’une enquête approfondie visant à déterminer s’il est en lien ou non avec des faits de terrorisme, ou s’il s’agit plutôt d’une fausse menace d’attentat.

Rym KECHICHE – Porte-parole

21/06/16

Suite à la parution dans la presse du samedi 18/06/2016 d’articles évoquant la mise sous protection de plusieurs ministres du gouvernement fédéral, le parquet du procureur du Roi de Bruxelles a ouvert d’initiative une information judiciaire contre X pour violation du secret professionnel.

L’enquête a été confiée aux services de l’inspection générale.

À ce stade, aucun autre commentaire ne sera fait à propos de ces faits.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

20/06/16

Afin de sensibiliser les usagers au respect des limitations de vitesse, une opération « tolérance zéro » en matière d’excès de vitesse a eu lieu sur l’ensemble du territoire les 20 et 21 avril 2016. Lors de cette action, la police a pu faire usage d’une procédure de perception immédiate des amendes lorsqu’un excès de vitesse était constaté.

Des mesures ont été prises en interne afin d’assurer aux dossiers concernés un délai de traitement le plus court possible. En outre, des audiences thématiques seront organisées au tribunal de police.

Les procès-verbaux issus de l’action ‘flitsmarathon’ des 20 et 21/4 commencent à affluer vers les services du parquet. Il s’agit des dossiers dans lesquels la procédure de perception immédiate émise par la police a échoué.

Toute personne ayant été flashée à l’occasion de cette action doit s’attendre à des poursuites.

Les gros excès de vitesse seront poursuivis directement devant le tribunal de police. Les autres feront l’objet d’une dernière proposition de transaction (avec majoration) qui sera poursuivie devant le tribunal de police en cas d’échec.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

20/06/16

Ce samedi 11/06/2016, une dame a été agressée à Etterbeek. D’après les premières constatations, une personne l’aurait menacée, lui aurait porté un coup à l’abdomen à l’aide d’un objet tranchant puis aurait pris la fuite. Elle serait ensuite tombée sur le sol et aurait été secourue par des passants qui ont fait appel aux services de secours. Ses jours ne sont pas en danger.

Le parquet du procureur du Roi de Bruxelles a été avisé des faits. Divers devoirs d’enquête ont été requis.

La victime a déclaré avoir fait l’objet de menaces à plusieurs reprises. Elle a déjà déposé plusieurs plaintes qui ont été rassemblées auprès d’un juge d’instruction. Le fait que l’agression serait motivée par de la haine à l’encontre de la communauté LGTB, comme le rapportent certains médias, fait partie de l’enquête.

Dans l’intérêt de l’instruction judiciaire en cours, le parquet ne fera pas de commentaire supplémentaire à propos de ces faits.

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

14/06/16

Dans le cadre du décès suspect dont le corps de la victime a été découvert hier à Anderlecht, le parquet de Bruxelles souhaite apporter quelques précisions.

Les résultats de l’autopsie du corps de la victime ne sont pas encore connus.

Le juge d’instruction bruxellois a été requis d’instruire à charge de X et du mineur suspecté, du chef de meurtre. À ce jour, le juge d’instruction n’a placé personne sous mandat d’arrêt.

Le mineur qui a dénoncé les faits hier à la police est domicilié dans l’arrondissement judiciaire de Nivelles. Il a été présenté devant un juge de la jeunesse de Nivelles et a été placé pour trois mois renouvelables en IPPJ, section fermée.

Il n’y aura plus aucune communication concernant ce dossier avant, au moins, 11 heures demain matin.

Ine VAN WYMERSCH et Gilles DEJEMEPPE - Porte-paroles

07/06/16

Hier après-midi, un jeune homme a averti les services de police de la disparition d’une amie. Aux alentours de 20h, son corps a été retrouvé à Anderlecht, près du ring et de chaînes de magasins. Le corps de la jeune fille était dissimulé et présentait diverses lésions.

Il n’est pas clair pour l’instant de l’origine des lésions. Aucune piste n’est exclue (chute, coups, …).

Un juge d’instruction a été saisi afin d’éclaircir les circonstances du décès. Le parquet est descendu sur les lieux accompagné d’un médecin légiste, du labo et des enquêteurs.

Une autopsie du corps est réalisée aujourd’hui. Les premières constations ne seront pas communiquées avant que la famille n’en soit avisée.

Le jeune homme, mineur, qui a fait la déclaration à la police est considéré comme suspect. Aucune autre information ne sera communiquée sur son identité. Son implication quant au décès de la jeune fille est aujourd’hui examinée.

La victime est une fille, T., née en 1998.

Nous attirons votre attention sur le fait que les spéculations quant aux causes du décès sont prématurées et particulièrement difficiles pour la famille de la victime.

Il n’y aura plus d’autre communication à ce sujet.    

Ine VAN WYMERSCH et Gilles DEJEMEPPE - Porte-paroles

07/06/16

À la suite des informations parues dans « De Tijd » et « L’Echo », le parquet de Bruxelles confirme qu’une enquête est ouverte dans la cadre de soupçons d’infractions fiscales à charge de la Pro League.

L’Inspection spéciale des impôts (ISI) a dénoncé au parquet de Bruxelles en mars 2016 des irrégularités fiscales qui auraient été commises par la Pro League.

Ayant ouvert une information judiciaire, le parquet a effectué aujourd’hui une perquisition (via mini-instruction) chez un huissier de justice. Celui-ci agit en qualité de séquestre dans le cadre d’une procédure de l’ISI. Les enquêteurs de la police judiciaire fédérale se sont saisis aujourd’hui des données qui avaient été conservées dans le cadre dudit séquestre par l’huissier de justice. Il s’agit de plusieurs disques durs dont les données vont être examinées.

L’information judiciaire vise à établir si des infractions fiscales ont été commises.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

07/06/16

En date du 25 mai 2016, un incendie s’est déclaré dans un immeuble sis rue du Pont de l’Avenue à Bruxelles.

L’occupant, E. K., 45 ans, ayant réussi à s’échapper de l’habitation, est néanmoins décédé dans l’intervalle des suites de ses blessures.

L’épouse de E. K. s’est présentée spontanément à la police et reconnait avoir bouté le feu à l’immeuble. A. T., 44 ans, sans antécédents, est inculpée du chef d’incendie volontaire dans un immeuble habité avec blessures. Elle a été placée sous mandat d’arrêt et est écrouée. La chambre du conseil a confirmé le mandat d’arrêt.

L’affaire est toujours à l’instruction.

Gilles DEJEMEPPE - Porte-parole

31/05/16

Le 25 mai 2016 en début de soirée, T. F., 43 ans, s’est présenté spontanément à la police car il se reconnaissait sur l’avis de recherche diffusé par la police fédérale.

Le suspect reconnait avoir asséné un coup de poing au Commissaire de police.

T. F. n’a pas d’antécédent et est inconnu de nos services.

À l’issue de son audition, il a été cité en comparution par procès-verbal devant la 50ème chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles qui siégera le 17 juin prochain. Il répondra des faits de rébellion armée, port d’arme prohibée par destination et de coups et blessures volontaires avec incapacité de travail sur une personne dépositaire de la force publique. Le Code pénal prévoit pour ce type de faits une peine d’emprisonnement.

Dans l’intervalle, il a été relaxé.

Gilles DEJEMEPPE - Porte-parole

26/05/16

Le vendredi 06/05/2016 vers 19h30, la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles a été appelée pour une personne décédée dans un bâtiment situé avenue de Meysse à Laeken et appartenant à l’ambassade de Centrafrique. Il s’agit d’une maison où loge du personnel de l’ambassade.

Sur place, une personne inanimée et une personne décédée sont retrouvées dans une chambre. D’après les premières constatations, elles semblent avoir été victimes d’une intoxication. La personne inanimée a été emmenée à l’hôpital afin d’y être soignée. Ses jours ne sont plus en danger. La cause du décès de la seconde victime n’a pas encore pu être formellement établie.

Le parquet du procureur du Roi de Bruxelles a été avisé des faits. Un expert en incendie, un médecin légiste et le laboratoire scientifique de la police fédérale sont descendus sur les lieux.  Divers devoirs d’enquête ont également été effectués. Le parquet a requis un juge d’instruction pour incendie volontaire.

L’instruction est en cours afin de déterminer la cause des faits. 

Pierre GEERINCKX - Porte-parole

12/05/16

Dans le cadre du dossier relatif à l’organisation défaillante du village des supporters belges au Brésil à l’occasion de la Coupe du Monde de football en 2014 pour laquelle une plainte avait été déposée au parquet de Bruxelles en septembre 2014,  la Chambre du conseil de Bruxelles a renvoyé la Fédération belge de football et les sociétés Sun reizen et Oranje camping BV devant le tribunal correctionnel

Il est notamment reproché à celles-ci d’avoir enfreint les articles 5 et 33 de la loi du 16 février 1994 régissant le contrat d'organisation de voyages et le contrat d'intermédiaire de voyages. L’affaire a été fixée au 10/06/2016 devant la 52ème chambre du tribunal correctionnel néerlandophone de Bruxelles.

Denis GOEMAN – Porte-parole

11/05/16

Le lundi 09/05/2016  vers 20h10, la police locale de Bruxelles Midi est appelée pour une bagarre entre quatre personnes Avenue des Droits de l’Homme à Anderlecht. Sur place, deux personnes sont blessées. Deux autres personnes se trouvent à l’intérieur d’une habitation.

D’après les premiers éléments de l’enquête, une dispute aurait éclaté pour un motif encore inconnu entre quatre personnes sur la voie publique, au cours de laquelle ils se seraient portés des coups.

Le parquet du procureur du Roi de Bruxelles a été avisé des faits. Divers devoirs d’enquête ont été requis : mise en place d’un périmètre d’exclusion judiciaire, descente sur les lieux du laboratoire scientifique de la police fédérale, … 

Les quatre protagonistes ont été emmenés à l’hôpital pour y être soignés. Leurs jours ne sont pas en danger. Ils ont été privés de liberté, ainsi que la compagne de l’un d’entre eux qui se serait interposée et aurait également porté des coups afin de faire cesser la bagarre.

Une enquête est en cours afin de préciser les circonstances des faits.

Rym KECHICHE – Porte-parole

10/05/16

Vendredi 22/04/2016 vers 20h30, la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles a été appelée pour une personne ayant reçu des coups de couteau rue des Foulons à Bruxelles.

Sur place, les policiers ont trouvé un homme (H., né en 1996) blessé à la jambe et à la poitrine. Il a été emmené à l’hôpital. Ses jours ne sont pas en danger. Les personnes présentes avaient immobilisé une personne qui, selon divers témoignages, se serait trouvée en compagnie de l’auteur des coups de couteau. H.G.J. (né en 1985, connu pour d’autres faits) a été privé de liberté puis relaxé après audition.

D’après les premiers éléments, H. aurait été attaqué par derrière alors qu’il marchait en rue puis se serait ensuite réfugié dans un magasin. L’auteur des coups de couteau aurait pris la fuite.

Le parquet du procureur du Roi de Bruxelles a été avisé des faits. Un périmètre de sécurité a été établi, des témoins ont été auditionnés et divers devoirs d’enquête ont été requis.

Une enquête a été ouverte afin d’identifier l’auteur de l’agression.

Gilles DEJEMEPPE - Porte-parole

25/04/16

Vendredi 22/04/2016 vers 20h30, la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles a été appelée pour une personne ayant reçu des coups de couteau rue des Foulons à Bruxelles.

Sur place, les policiers ont trouvé un homme (H., né en 1996) blessé à la jambe et à la poitrine. Il a été emmené à l’hôpital. Ses jours ne sont pas en danger. Les personnes présentes avaient immobilisé une personne qui, selon divers témoignages, se serait trouvée en compagnie de l’auteur des coups de couteau. H.G.J. (né en 1985, connu pour d’autres faits) a été privé de liberté puis relaxé après audition.

D’après les premiers éléments, H. aurait été attaqué par derrière alors qu’il marchait en rue puis se serait ensuite réfugié dans un magasin. L’auteur des coups de couteau aurait pris la fuite.

Le parquet du procureur du Roi de Bruxelles a été avisé des faits. Un périmètre de sécurité a été établi, des témoins ont été auditionnés et divers devoirs d’enquête ont été requis.

Une enquête a été ouverte afin d’identifier l’auteur de l’agression.

Gilles DEJEMEPPE - Porte-parole

25/04/16

Incident Stalingrad terminé.

L’intervention de la police a été demandé par le patron de l’Auberge Autrichienne pour des particuliers ou individus qui menaçaient de se faire exploser.

Un périmètre a été installé. Après l’intervention de la police, on constate qu’il s’agit de trois individus qui étaient sous l’influence de l’alcool et de drogues.

La perquisition a démontré qu’il n’y avait pas d’explosif. Personne n’a été blessé. Les trois individus ont été amenés par la police pour audition.

Un périmètre restreint a été conservé pour faire les constatations nécessaires d’où la présence du DOVO ( par précaution).

La circulation se déroule normalement.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

 

15/04/16

Ce samedi 02/04/2016, divers incidents ont eu lieu à Molenbeek. Outre de nombreux événements ayant fait l’objet de mesures de police administrative, deux autres ont connu une réponse judiciaire.

Premièrement, deux personnes ayant tenté de forcer un barrage de police au volant de leur voiture ont été privés de liberté et mis à disposition du parquet de Bruxelles. Un juge d’instruction a été requis, qui les a placés sous mandat d’arrêt du chef d’entrave méchante à la circulation, de rébellion armée et de délits de fuite. Leur maintien en détention préventive sera examiné, ce vendredi, par la Chambre du Conseil.

Deuxièmement, deux participants à une manifestation anti-islam (qui était par ailleurs interdite) ont été arrêtés alors qu’ils étaient en possession de pepperspray et de gilets pare-balles.

Ils ont été mis à disposition du parquet de Bruxelles qui a fait usage de la procédure de citation directe pour infraction à la loi sur les milices privées, possession dangereux non autorisés et participation à une association de malfaiteurs en vue de commettre des délits. Ils comparaîtront prochainement devant la 52ème chambre du tribunal correctionnel néerlandophone de Bruxelles.

Denis GOEMAN – Porte-parole

06/04/16

En octobre 2015 plusieurs perquisitions ont eu lieu dans le cadre d’une instruction qui visait la fabrication de faux documents d’identité.

Une instruction a été ouverte et plusieurs suspects ont été placés sous écoute et observés. L’enquête a permis de localiser l’atelier de fabrication de faux documents. Le chef supposé de l’organisation a été arrêté et placé sous mandat d’arrêt, ainsi que plusieurs co-auteur probables (9 personnes en total en détention préventive).

Un des maillons importants de l’organisation était toutefois toujours en fuite, il s’agit du supposé fabricant des faux documents. Un mandat d’arrêt Européen et international a été délivré à son encontre. 

Hier il a été arrêté en Italie. Il s’agit de J, un homme d’origine Algérienne. La justice Belge demandera son extradition.

Il ressort de l’instruction que cette organisation aurait notamment fabriqué des faux documents ayant été utilisés par certains des auteurs présumés des attentats de Paris et probablement aussi par Salah Abdeslam. L’enquête doit encore démontrer  si cette filière a également fourni des documents aux auteurs des attentats de ce 22 mars.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

02/04/16

Le mardi 22/03/2016, après les attentats commis à Bruxelles et à Zaventem dans la matinée, deux élèves d’un athénée bruxellois ont tenu des propos semblant approuver les événements. Ils ont ensuite prétendu qu’il s’agissait d’humour.

C. (°1998) et B. (°2000) ont été convoqués par la direction de l’école qui a entamé une procédure disciplinaire à leur encontre puis a pris contact avec la zone de police locale Bruxelles
CAPITALE Ixelles. Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits.

Dans le contexte émotionnel très délicat que nous connaissons actuellement suite aux attentats, il convient de faire preuve de la plus grande prudence dans l’interprétation de propos ou comportements suspects. Cependant, dans l’hypothèse où ces derniers constitueraient une infraction pénale, le parquet du procureur du Roi de Bruxelles y apportera une réponse adaptée.

Denis GOEMAN – Porte-parole

24/03/16

Suite aux explosions à Zaventem et aux incidents dans le métro de Bruxelles (à propos desquels nous n’avons pas encore de certitude), le procureur du Roi de Bruxelles s’est rendu au centre de crise du SPF Intérieur, en compagnie des différents acteurs responsables de la sécurité : services de police, parquet fédéral, ministres concernés.

La communication est assurée par le Centre de crise. La population est invitée à rester où elle se trouve. Les trois grandes gares de Bruxelles (Bruxelles-Nord, Bruxelles-Central, Bruxelles-Midi sont fermées). Les métros, trams et bus ne circulent plus.

Le parquet fédéral mène enquête à propos des différents faits et tente de déterminer si un lien peut être fait entre eux. Si de nouveaux éléments surviennent, une communication sera diffusée.

Une explosion a eu lieu dans la station de métro Maelbeek. À l’heure actuelle, nous n’avons pas encore de nouvelles à propos des victimes.

La première préoccupation de chacun est de soigner les victimes et d’assurer la sécurité nationale.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

22/03/16

En date du 16/02/2016, une vaste opération a été menée en plusieurs lieux par la PJF de Bruxelles,le SPF Economie et les Douanes dans le cadre d’un dossier de contrefaçon, sous la direction d’un juge d’instruction bruxellois.

21 perquisitions ont été effectuées. Onze personnes ont été arrêtées lors de celles-ci, parmi lesquelles quatre ont été placées sous mandat d’arrêt par le juge d’instruction. 

Les perquisitions ont permis la saisie de :

-       62796 fausses paires de chaussures Nike, 2946 faux t-shirts Hugo Boss, 3083 faux t-shirts Philipp Plein à Vilvorde

-       58 produits de marque à Schaerbeek

-       Plusieurs véhicules dont des véhicules de luxe

-       Du numéraire

La valeur totale des contrefaçons saisies ont été estimées à 10 millions d’euro. 

L’instruction est en cours.

Denis GOEMAN – Porte-parole

 

 

18/03/16

Le 7 mars 2016, la police a été appelée pour une home-invasion dans le quartier de Cureghem à Anderlecht.

Trois auteurs armés (deux armes de poing et une arme automatique), cagoulés et munis de gilets pare-balles portant l’inscription « Police » ont pénétré dans une habitation. Ils ont ligoté et menacé les habitants et leurs trois enfants. Les auteurs se sont emparés des biens de valeur de la famille puis ont pris la fuite.

Le parquet a été avisé. Le laboratoire scientifique de la police fédérale est descendu sur les lieux et différents devoirs d’enquête ont été requis.

L’enquête est en cours.

Jennifer VANDERPUTEN – Porte-parole

16/03/16

Ce lundi 14/03/2016, la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles est appelée pour un bris de vitre dans un commerce à Bruxelles. Sur place, les policiers constatent qu’un incendie s’est déclaré. Ils font immédiatement appel aux pompiers qui parviennent à maîtriser le sinistre. Personne n’a été blessé suite à ces faits.

D’après les premières constatations, l’incendie serait d’origine criminelle. En effet, des bouteilles ayant contenu un produit accélérant sont retrouvées. Elles ont vraisemblablement été introduites par le trou pratiqué dans la vitrine.

Le parquet a été avisé des faits. Le laboratoire scientifique de la police fédérale est descendu sur les lieux. Divers devoirs d’enquête ont été requis.

Une enquête a été ouverte afin d’identifier le ou les auteurs de ces faits.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

14/03/16

Ce lundi 14/03/2016, les pompiers sont intervenus pour un incendie dans un café situé rue Marché au Charbon à Bruxelles. Deux personnes qui se trouvaient sur le toit ont été évacuées à l’aide de la grande échelle. Ces personnes ont reçu des soins sur place.

Une personne a été retrouvée inconsciente dans le hall de l’immeuble et a été conduite en état critique à l’hôpital. Au total 9 personnes ont été évacuées. 

Suite à l’incendie, de la fumée s’est dispersée vers 2 immeubles du boulevard Anspach.  De ce fait 57 personnes ont dû être évacuées. Après intervention des pompiers, les habitants ont eu l’autorisation de réintégrer leur logement.

La cause de l’incendie reste pour l’instant indéterminée. Une enquête a été ouverte.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

14/03/16

Hier, un appel à témoins a été diffusé concernant une femme inconnue semblant atteinte d’amnésie.

Suite à la diffusion de sa photo, plusieurs témoins se sont manifestés et son identité a pu être découverte. Il s’agit d’une femme d’origine roumaine âgée de 25 ans. Elle a été emmenée dans un hôpital bruxellois afin d’y être soignée.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

09/03/16

Dans la semaine du 3 mars 2016, plusieurs articles de presse évoquant d’éventuels dysfonctionnements au sein de la PJF de Bruxelles ont été publiés. Dans ces articles, il est notamment question d’informations qui auraient été reçues à propos de personnes impliquées dans les  attentats de Paris au moyen de méthodes particulières de recherche telles que le recours à des indicateurs.

Ces articles sont notamment basés sur les déclarations d’un membre de la police fédérale. Les articles mentionnent également que celui-ci a été auditionné dans le cadre d’une enquête menée par le Comité P.

Le recours éventuel à des méthodes particulières de recherches, dans ce cas l’usage d’indicateurs, fait intégralement partie du secret de l’instruction. Le fait qu’il soit fait explicitement référence à l’usage d’indicateurs est susceptible de constituer un danger grave pour les personnes éventuellement impliquées et représente une violation manifeste du secret de l’instruction.

Le parquet du procureur du Roi de Bruxelles a d’initiative ouvert une enquête pour violation du secret professionnel à charge de X.

Nous insistons sur le fait que le présent communiqué ne confirme en aucun cas que des méthodes particulières de recherche auraient été utilisées dans un dossier en particulier. 

À ce stade de l’enquête, aucun autre commentaire ne sera fait.

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

09/03/16

Le mercredi 02/03/2016 vers 13h15, la police locale de Bruxelles CAPITALE Ixelles est appelée pour une bagarre au couteau dans un café du boulevard Maurice Lemonnier à Bruxelles. Arrivés sur place, les policiers trouvent une personne (S., né en 1983) blessée à la gorge. Celle-ci est emmenée à l’hôpital pour y être soignée. Ses jours ne sont plus en danger.

L’auteur des faits (Y.B., né en 1990) se trouve également sur les lieux et un couteau est retrouvé sur lui. Il est privé de liberté.. D’après les premiers éléments de l’enquête, cette bagarre trouverait sa place dans un contexte de problèmes récurrents entre ces deux personnes, qui s’étaient déjà battus fin février 2016.

Le parquet du procureur du Roi de Bruxelles a été avisé des faits. Un périmètre de sécurité a été mis en place, le laboratoire scientifique de la police fédérale est descendu sur les lieux et les personnes présentes ont été auditionnées. Un juge d’instruction a été requis.

L’instruction est en cours. 

Ine VAN WYMERSCH – Porte-parole

03/03/16

Le parquet confirme qu’une enquête est en cours au stade de l’information concernant des malversations d’ordre financier au sein de l’Union Royale Belge de Football.

L’enquête est menée par la Police Judiciaire Fédérale de Bruxelles, service OCRC. Plusieurs personnes ont été interrogées dans le cadre de cette enquête.

Dans l’intérêt de l’enquête en cours actuellement, le parquet ne peut fournir de plus amples informations pour l’instant.

Jennifer VANDERPUTEN – Porte-parole

02/03/16

Ce mercredi 02/03/2016 vers 8h, un accident de roulage avec blessés a eu lieu sur le boulevard Léopold III à Bruxelles, au carrefour avec la rue de la Fusée. Une voiture venant de Schaerbeek a voulu faire demi-tour dans le carrefour pour reprendre la direction de Schaerbeek. A ce moment, il a été percuté par un camion venant de Zaventem. L’enquête est en cours afin de déterminer les circonstances précises de cet accident.

Les occupants de la voiture ont emmenés à l’hôpital. Les jours du conducteur étaient en danger, mais son état a pu être stabilisé. Les deux autres occupants de la voiture n’ont été que légèrement blessés.

La circulation a été réduite sur le lieu de l’accident et a pu être rouverte une fois les véhicules impliqués dépannés. 

Le conducteur du camion a été soumis à un test d’haleine qui s’est avéré négatif.

Jennifer VANDERPUTEN – Porte-parole

02/03/16

Project 24+

Qu’est-ce que Project 24+ ?

Project 24+ est un protocole de coopération entre le parquet du procureur du Roi de Bruxelles, la Cellule des personnes disparues de la Police Fédérale, Child Focus en les six zones de police locale de Bruxelles.

Grâce à Project 24+, il est désormais possible de lancer une campagne d’affichage pour une personne adulte disparue, afin d’augmenter les chances de pouvoir la retrouver le plus rapidement possible.

Le nom « Project 24+ » a été choisi pour ce protocole car jusqu’ici, il était possible de grâce à child Focus de recourir à une campagne d’affichage pour les disparitions d’enfants et de jeunes âgés de 24 ans au maximum.

Dorénavant, nous pouvons également recourir à ce moyen pour les personnes disparues au-delà de 24 ans.

Qui fait quoi ?

Le parquet du procureur du Roi de Bruxelles : un magistrat est toujours responsable des enquêtes relatives aux disparitions. En étroite collaboration avec les polices locale et fédérale, ce dernier décide des moyens qui seront mis en oeuvre. Il peut donc décider qu’une campagne d’affichage doit être lancée et en prend la décision.

Child Focus : Child Focus a partagé son expertise acquise en matière de mise sur pied de campagnes d’affichage. En pratique, Child Focus a développé un modèle-type d’affiche, et peut mettre les moyens nécessaires au lancement d’une campagne en œuvre lorsque cela s’avère nécessaire.

Cellule personnes disparues : il s’agit d’une service d’appui de la Police Fédérale. La Cellule conseille les polices locales et le parquet sur les moyens les plus efficaces et appropriés à mettre en œuvre pour rechercher des personnes disparues. Ils jouent le rôle de point de contact pour Child Focus et les recherches locales des zones de police.

Les recherches locales : il s’agit des services chargés de mener les enquêtes relatives aux personnes disparues au sein des polices locales. Ils seront donc chargés de diffuser les affiches et de traiter toutes les informations qui, on l’espère, seront récoltées.

Comment Project 24+ a-t’il été développé ?

Au cours des deux années qui viennent de s’écouler, le parquet de Bruxelles s’est impliqué dans la problématique de la disparition de personnes atteintes de démence. Un « protocole démence » a déjà été signé par plusieurs zones de police de Bruxelles, et est en passe de l’être dans les mois à venir dans les autres zones. Nous travaillons en étroite collaboration dans ce cadre avec la Cellule nationale des personnes disparues et avec les recherches locales des différentes zones de police.

La nécessité s’est faite sentir dans un certain nombre de ces enquêtes relatives à la disparition de personnes âgées de disposer également de la possibilité de réaliser des affiches lorsque des adultes sont portés disparus.

Comme on le sait, Child Focus peut recourir à des campagnes d’affichage pour des mineurs ou des jeunes jusque 24 ans. L’été dernier, plusieurs médias ont également mis en lumière le besoin d’affiches pour les personnes âgées ou les adultes disparus.

En conséquence, des discussions ont débuté entre Child Focus, le parquet de Bruxelles et la Cellule des personnes disparues. Un accord de coopération a été conclu entre ces trois partenaires, accord qui a été soumis aux recherches locales des six zones de police locale de Bruxelles. Lors de cette réunion, il est apparu que tous les intervenants se sentent bridés par les moyens mis à disposition des corps de police locaux lorsqu’il s’agit de retrouver dans les meilleurs délais des adultes disparus.

Project 24+ entrera officiellement en vigueur le 1er mars 2016 et permettra donc de recourir à une campagne d’affichage en cas de disparition d’un adulte. Il s’agit d’un projet unique en Belgique, auquel nous entendons donner la publicité nécessaire le lundi 29 février 2016.

Évaluation

Le projet Project 24+ sera évalué à la fin de cette année. Le nombre de dossiers dans lesquels il aura été fait appel à une campagne d’affichage sera calculé. Dans la mesure du possible, nous examinerons également dans quelle mesure le recours à une campagne d’affichage a pu contribuer à mener l’enquête à son terme.

Ine VAN WYMERSCH - Porte-parole

 

29/02/16

Dans la cadre de l’instruction contre la banque Suisse UBS AG, le juge d’instruction Claise a procédé à l’inculpation comme auteur ou coauteur de cette banque du chef d’organisation criminelle, blanchiment, exercice illégal de la profession de la profession d’intermédiaire financier en Belgique, et fraude fiscale grave et organisée.

La banque Suisse est soupçonnée d’avoir démarché des clients Belges directement (sans passer par sa filiale belge) dans le but d’inciter ceux-ci à s’inscrire dans des constructions d’évasion fiscale.

L’instruction est menée par la DR4 de la PJF de Bruxelles sous la direction du juge d'instruction Michel Claise.

L’inculpation a été permise suite à l’excellente collaboration des autorités françaises dans le cadre d’une commission rogatoire récemment exécutée.

Dans l’intérêt de l’instruction, aucun commentaire ne sera fait sur ce dossier à ce stade de la procédure.

Jennifer VANDERPUTTEN - Porte-parole

 

26/02/16

Op woensdag 15/04/2015 omstreeks 18u25 werd de lokale politiezone Brussel-West opgeroepen voor een gewapende overval op die aan de gang zou zijn in een supermarkt AD Delhaize, in Jette.

Volgens de beschikbare informatie zou een persoon de kassierster bedreigd hebben met een vuurwapen. Hij zou de inhoud van de kassa gestolen hebben en dan te voet de vlucht hebben genomen.

De beschrijving van de verdachte werd onmiddellijk verspreid naar alle beschikbare politiepatrouilles op het terrein. De buurt werd uitgekamd en overgevlogen door de helikopter van de Federale politie. Om 18u38 werd de verdachte aangehouden door een politiepatrouille.

De verdachte (R.C., geboren in 1995, bekend voor andere feiten) werd van zijn vrijheid beroofd en ter beschikking van het parket van de procureur des Konings te Brussel gesteld. Hij heeft de feiten erkend en aangewezen waar hij zijn vuurwapen verborgen had. De buit werd in zijn rugzak teruggevonden en teruggegeven aan het winkel. Er geraakte niemand gewond bij de feiten.

R.C. zal in de loop van de dag verhoord worden.

Ine VAN WYMERSCH - Woordvoerder

16/04/15

Op woensdag 15/04/2015 omstreeks 18u25 werd de lokale politiezone Brussel-West opgeroepen voor een gewapende overval op die aan de gang zou zijn in een supermarkt AD Delhaize, in Jette.

Volgens de beschikbare informatie zou een persoon de kassierster bedreigd hebben met een vuurwapen. Hij zou de inhoud van de kassa gestolen hebben en dan te voet de vlucht hebben genomen.

De beschrijving van de verdachte werd onmiddellijk verspreid naar alle beschikbare politiepatrouilles op het terrein. De buurt werd uitgekamd en overgevlogen door de helikopter van de Federale politie. Om 18u38 werd de verdachte aangehouden door een politiepatrouille.

De verdachte (R.C., geboren in 1995, bekend voor andere feiten) werd van zijn vrijheid beroofd en ter beschikking van het parket van de procureur des Konings te Brussel gesteld. Hij heeft de feiten erkend en aangewezen waar hij zijn vuurwapen verborgen had. De buit werd in zijn rugzak teruggevonden en teruggegeven aan het winkel. Er geraakte niemand gewond bij de feiten.

R.C. zal in de loop van de dag verhoord worden.

Ine VAN WYMERSCH - Woordvoerder

16/04/15