Actualités

09-02-2018 - Parket Oost-Vlaanderen

Afgelopen nacht werd in Erpe-Mere door de politie een verdacht voertuig met Roemeense nummerplaat aan controle onderworpen. In de kofferruimte van het voertuig werd inbrekersmateriaal aangetroffen.

De drie inzittenden, respectievelijk 32, 33 en 35 jaar, allen van Roemeense nationaliteit en zonder gekende woonplaats in België, konden worden gelinkt aan een inbraak in een krantenwinkel gepleegd in Erpe-Mere in de nacht van 1 op 2 februari jl.

Ze werden gearresteerd en worden vandaag voorgeleid voor de onderzoeksrechter in Dendermonde. Het parket vraagt hun aanhouding.

Annelies Verstraete, persmagistraat PK Oost-Vlaanderen

08-02-2018 - Parket Oost-Vlaanderen

Gisterenvoormiddag 7 januari 2018 werd een 21-jarige vrouw uit Brugge, samen met haar 10 jaar oudere zus uit Lokeren, op heterdaad betrapt bij de diefstal van een aantal cosmeticaproducten en een horloge ten nadele van Kruidvat in Lokeren. Toen de politie ter plaatse kwam, werd één van de verdachten zowel verbaal als fysiek agressief. De twee vrouwen werden gearresteerd.

Beide verdachten werden gedagvaard in snelrecht en zullen zich op 28 februari 2018 moeten verantwoorden voor de correctionele rechtbank in Dendermonde.

Sarah Demeyer, persmagistraat PK Oost-Vlaanderen

08-02-2018 - Parket Oost-Vlaanderen

Afgelopen nacht omstreeks 04u00 werd een student die vergezeld was van een vriend, thv de Groendreef in Gent het slachtoffer van een diefstal met geweld.

4 jonge mannen kwamen naar hen toegereden met de fiets. Het slachtoffer werd op de grond geduwd en zijn schoudertas waarin zijn portefeuille zat, werd afgerukt. Zijn vriend lieten ze ongemoeid. De 4 mannen namen hierop per fiets de vlucht.

Het slachtoffer verwittigde de politie die onmiddellijk ter plaatse kwam. Hij kon een goede beschrijving van de daders geven en korte tijd later konden 4 verdachten worden gevat thv de Leiekaai in Gent. Op één van de verdachten werd de identiteitskaart van het slachtoffer aangetroffen.

De verdachten, 3 jonge mannen van 18 en 19 jaar uit Gent, en een minderjarige werden gearresteerd.

De 3 meerderjarigen worden in de loop van de dag voorgeleid voor de onderzoeksrechter in Gent. Het parket vraagt hun aanhouding.

De minderjarige wordt voorgeleid voor de jeugdrechter in Gent.

An Schoonjans, persmagistraat PK Oost-Vlaanderen

06-02-2018 - Parket Oost-Vlaanderen

De politie werd vandaag opgeroepen zich te begeven naar warenhuis Aldi in Geraardsbergen voor een winkeldiefstal.

De verdachte, een 32-jarige man uit Oudenaarde, nam een fles sterke drank uit de rekken en trachtte de winkel te verlaten zonder te betalen. De verdachte bekent de feiten. Betrokkene werd reeds verschillende keren veroordeeld voor gelijkaardige feiten. Hij werd gedagvaard in snelrecht en zal zich op 26 februari 2018 moeten verantwoorden voor de correctionele rechtbank in Oudenaarde.

Julie van Hoorebeke, persmagistraat PK Oost-Vlaanderen

06-02-2018 - Parket Leuven

Om 02.55u vannacht werd de politie opgeroepen naar aanleiding van een inbraakalarm in warenhuis Aldi in de Blandenstraat in Haasrode. Ter plaatse bleek dat een muur van het kantoorgebouw van de Aldi omver was gereden of getrokken door een vrachtwagen. De vrachtwagen werd vermoedelijk gestolen door de daders. Onder het puin van de omvergevallen muur werd het lichaam van een man gevonden. Het was duidelijk dat de persoon was overleden. Over zijn identiteit is nog niets bekend. Op dit moment wordt het kantoorgebouw gestut en pas daarna zal het lichaam geborgen worden. In de omgeving van de feiten werd een verdacht voertuig tegengehouden. De inzittenden zijn op de vlucht geslagen. Er is een zoekactie met speurhonden georganiseerd maar voorlopig heeft deze nog niets opgeleverd. Het onderzoek zal moeten uitwijzen of deze gevluchte personen betrokken zouden zijn bij de feiten. Het parket vorderde de onderzoeksrechter. Verschillende lokale politiezones, het afstappingsteam van de federale gerechtelijke politie van Leuven, het labo en de wetsarts zijn ter plaatse gekomen om onderzoek ter verrichten.

02-02-2018 - Parket Leuven

Op woensdagavond 31 januari rond 21 uur overvielen twee mannen een 27-jarige vrouw op de Naamsesteenweg, in de buurt van het station van Heverlee. De vrouw merkte dat ze achtervolgd werd door twee mannen. Toen ze het zebrapad aan het station wou oversteken, werd de vrouw omver geduwd door één van de mannen. Hij trok haar weer recht en bedreigde haar met een mes. De man nam de gsm van de vrouw af en eiste geld. De vrouw vroeg haar gsm terug maar gaf in de plaats enkele honderden euro’s cash. Een toevallige passant joeg de overvallers weg en ontfermde zich over de vrouw.

Een halfuurtje later wilden vermoedelijk dezelfde mannen nog een slachtoffer maken. Ze bedreigden een 26-jarige vrouw die aan het wandelen was in de Hoveniersdreef in Leuven. Eén man toonde een mes en eiste de gsm van de vrouw. Toen de vrouw duidelijk maakte dat ze haar gsm niet bij had, liepen de overvallers weg. De vrouw verwittigde een buurman en de politie. Dankzij de goede persoonsbeschrijving die het slachtoffer gaf, kon de politie van Leuven snel twee verdachten arresteren in de buurt van de feiten. Het gaat om twee mannen van 22 jaar en 25 jaar die illegaal in België verblijven. Het parket vorderde de onderzoeksrechter. Beide verdachten werden aangehouden.

02-02-2018 - Parket Leuven

De politie van Aarschot merkte op donderdag 1 februari ’18 op de Westelijke Ring in Aarschot een autobestuurder op die er een erg onverantwoorde rijstijl op na hield. De politie maande de man aan om te stoppen maar hij negeerde dit bevel. Na een korte achtervolging werd de man klemgereden in de Soelstraat in Aarschot. De autobestuurder weigerde uit zijn auto te stappen en omzeilde de politie alsnog door rakelings langs de politieauto te rijden. In de Dreef in Begijnendijk kon de politie hem uiteindelijk toch laten stoppen. De 60-jarige man uit Heist-op-den-Berg gedroeg zich verbaal en fysiek weerspannig naar de agenten en weigerde mee te werken. Het parket  dagvaardde de man meteen in toepassing van het snelrecht. Hij moet zich begin maart voor de rechter verantwoorden voor weerspannigheid. Het parket trok ook het rijbewijs van de man onmiddellijk in voor vijftien dagen omwille van zijn gevaarlijke rijstijl.

01-02-2018 - Parket Leuven

In het kader van de actie ‘Nightvision’ in de nacht van zaterdag op zondag 21 januari betrapten politieagenten van de zone Leuven een 22-jarige man uit Leuven die in een café op de Oude Markt een joint aan het rollen was. De man werd gecontroleerd en bleek grote hoeveelheden drugs op zak te hebben. Het ging onder meer over 26 XTC-pillen en verschillende grammen speed, MDMA, ketamine en marihuana. De man had ook een weegschaaltje op zak. Bij een huiszoeking in zijn woning ontdekte de politie bijna een kilogram marihuana, meer dan 500 XTC-pillen, meer dan 200 gram hasj en kleinere hoeveelheden MDMA, ketamine, LSD en heroïne. De politie trof bovendien een aanzienlijke som cash geld en verschillende verboden wapens zoals knotsen, messen, een stootdolk en kraaienpoten aan. De 22-jarige Leuvenaar werd op maandag 22 januari voor de onderzoeksrechter geleid en aangehouden.

De politie van Leuven voerde op maandag 22 januari ’18 in de namiddag een anti-overlastcontrole uit in de omgeving van Sint-Maartensdal in Leuven. In één appartement trof de politie 85 gram cannabis aan die vermoedelijk bestemd was voor verkoop. De bewoner van het appartement, een man van 22 jaar, werd voor de onderzoeksrechter geleid. Hij werd vrijgelaten onder voorwaarden.

01-02-2018 - Parquet de Bruxelles

Faits : Tentative d’assassinat – harcèlement – menaces verbales avec ordre ou condition

Date et lieu : 30/01/2018, Athénée Royale de Woluwé-Saint-Lambert

Suspects : E.M H. né en 2002 – E.L. S. né en 2001 - M-M. D. né en 2000

Victime : A. S. né en 1999

Ce 30 janvier 2018, vers 13h30, une dizaine d’élèves de l’ Athénée Royale de Woluwé-Saint-Lambert se sont rassemblés devant l’établissement scolaire suite à une altercation qui s’était déroulée le matin au sujet du harcèlement que subirait une jeune fille de l’école.

Selon les premiers éléments de l’enquête, au moins un coup de feu est tiré lors de la rixe de l’après-midi, certains témoins parlent de deux détonations. Aucun blessé n’est à déplorer.

Plusieurs perquisitions ont été menées afin de trouver l’arme à feu, elles se sont révélées infructueuses.

L’enquête a permis d’identifier trois suspects principaux qui ont été déférés devant le juge de la jeunesse ce 31 janvier 2018.

Suite à l’audition de ceux-ci, le juge de la jeunesse a décidé de placer en IPPJ fermée à Saint- Hubert :

- E.M H. né en 2002, inconnu du tribunal de la jeunesse, du chef de tentative d’assassinat et harcèlement.

- M-M. D. né en 2000, connu du tribunal de la jeunesse, du chef de tentative de meurtre et menaces verbales avec ordre ou condition.

Aucune mesure n’a été prise, à ce stade de l’enquête, à l’encontre du troisième suspect.

L’enquête est actuellement toujours en cours afin d’éclaircir les circonstances exactes des faits ainsi que l’implication de chacun des protagonistes. 

Aucun autre commentaire ne sera donné actuellement dans l’intérêt de l’enquête.

Denis GOEMAN – Porte-parole

01-02-2018 - Parquet de Bruxelles

11/11/2017

18 arrestations judiciaires :

                dont 6 suspects mineurs :

  •      pour 5 jeunes, le juge de la jeunesse francophone a été requis ;
  •      1 homme jeune est encore suivi par le parquet de jeunesse ;

                dont 12 suspects majeurs :

  • 6 d’entre eux ont été cités à l’audience du 05/01/2018 de la 67e chambre (tribunal de première instance francophone de Bruxelles), le jugement est prévu le 02/02/2018 ;
  • 1 a été cité à l’audience du 19/01/2018 de la 67e chambre (tribunal de première instance francophone de Bruxelles), le jugement est prévu le 02/02/2018 ;
  • 1 a été cité à l’audience du 02/02/2018 de la 67e chambre ;
  • 1 a été libéré après audition, le dossier a été classé sans suite pour preuve insuffisante ;
  • 2 ont fait l’objet d’une instruction :
  • 1 est toujours arrêté et comparaîtra devant le juge le 06/02/2018 devant le tribunal correctionnel francophone (63e chambre) ;

Pour 1 d’entre eux, l’instruction est toujours en cours, le suspect a été libéré sans conditions par le juge d’instruction;

                                1 a été libéré après audition, l’information est toujours en cours.

3 informations dans lesquelles un suspect a été identifié mais pas encore auditionné sont toujours en cours.

15/11/2017

12 arrestations judiciaires :

                Dont 11 suspects mineurs :

  •     2 d’entre eux relèvent de la compétence d’un autre parquet ;
  •     pour 9 d’entre eux, le juge de la jeunesse francophone a été requis ;

Dont 1 suspect majeur pour lequel un juge d’instruction a été requis, il a été libéré sous conditions, l’instruction est toujours en cours.

2 informations dans lesquelles des suspect ont été identifiés mais pas encore auditionnés sont toujours en cours.

25/11/2017

7 arrestations judiciaires :

                Dont 3 mineurs :

  • pour 2 jeunes, le juge de la jeunesse francophone a été requis ;
  • 1 jeune a été mis à disposition du parquet et a été libéré après audition avec un avertissement sévère ;

                Dont 4 suspects majeurs :

  • 1 a été cité à l’audience du 02/02/2018 ;
  • 1 a été cité à l’audience du 16/02/2018 ;
  • 1 a été libéré après audition, l’information est toujours en cours ;
  • 1 fait l’objet d’une instruction toujours en cours, il a été libéré sous conditions par le juge d’instruction.

15 informations dans lesquelles un suspect a été identifié mais pas encore auditionné sont toujours en cours.

Pour les 3 incidents, il y a 35 informations dans lesquelles aucun suspect n’a pas encore pu être identifié sont toujours en cours.

 

01-02-2018 - Parquet de Bruxelles

Michel Goovaerts, chef de corps de la police locale Bruxelles CAPITALE Ixelles

Les 11, 15 et 25 novembre de l’année dernière, le territoire de la zone de police Bruxelles CAPITALE Ixelles a été le théâtre d’intolérables incidents. Vols avec et sans violence, saccages de commerces, détériorations du matériel urbain, jets de projectiles sur les forces de l’ordre sont quelques-uns des méfaits perpétrés par les fauteurs de troubles.

Très rapidement, se sont élevées des voix pour dénoncer l’absence d’une réponse policière forte qui, toujours selon ces voix, aurait permis de stopper immédiatement les violences commises. Comme déjà relevé, aucune entité n’avait perçu le risque potentiel que constituait la qualification du Maroc pour le Mondial de football, aucune entité n’avait, ne serait-ce, qu’envisagé les échauffourées connues. Il ne s’agit pas d’une excuse, mais d’un fait.

Notre corps de police est réputé pour son application du principe de la gestion négociée de l’espace public qui nous a permis d’encadrer voire de répondre à un nombre considérable d’évènements de toutes ampleurs, de toutes importances tant en termes de participants que de dangers inhérents à leurs natures sensibles. Notre souci majeur, notre intérêt premier, a toujours été et sera toujours la protection du citoyen, de son intégrité physique.

Lors des échauffourées, des dizaines d’arrestations administratives ont été effectuées, interpellations visant à restaurer dans les meilleurs délais l’ordre et la sécurité publics, c’est-à-dire protéger les personnes et les biens ainsi qu’identifier les personnes responsables de ces intolérables débordements et violences. Plusieurs de ces arrestations administratives se sont muées par la suite en judiciaires.

Nous ne minimisons pas les évènements connus, loin de là. Nombre de personnes ont été choquées par ces violences urbaines, certaines durablement d’ailleurs. Les règles élémentaires d’un état de droit et du vivre ensemble ont été bafouées, il était également de notre devoir de placer devant leurs responsabilités les fauteurs de troubles.

Pour ce faire, dès le lendemain des premiers incidents, nous avons mis sur pied une task force spécialement et uniquement dédiée à l’identification de toutes les personnes ayant pris part à ces violences intolérables. Un travail d’enquête colossal, minutieux, presque chirurgical mené par notre Direction de la recherche locale, mais également rendu possible grâce à différents partenaires.

Cette task force, toujours active, comprend plusieurs services de notre Direction de la recherche locale dont son laboratoire local qui, au total, a traité et analysé pas moins de 600 gigabytes d’images, ce qui représente l’investissement à temps plein, pendant près de deux mois, de six collaborateurs.

Je tiens à remercier, outre bien évidemment le personnel de mon corps de police pour l’engagement démontré, les autres zones de police bruxelloises ainsi que la police fédérale pour l’appui apporté, le parquet de Bruxelles pour l’excellente collaboration qui nous lie, nos autorités administratives pour leur soutien et confiance, mais aussi la population. En effet, à l’instar de nombre de policiers de tous horizons, plus de 250 particuliers nous ont spontanément envoyé des images et des vidéos des incidents et témoigné leur soutien. Ils ont également massivement répondu présents lors de la diffusion de l’avis de recherche visant à identifier neuf personnes suspectées dans ce dossier, permettant l’identification de 8 d’entre elles.

Depuis le 12 novembre et encore à l’heure actuelle, nos services travaillent sans relâche afin de traduire devant la Justice ceux qui ont cherché à semer la peur et le chaos dans nos quartiers. Un investissement qui porte ses fruits car à ce jour, nous avons procédé à 37 arrestations judiciaires.

Bilan des incidents du 11, 15 et 25 novembre

Bilan des incidents survenus la nuit du 11 au 12 novembre 2017 à la Bourse

•             18 personnes ont été judiciairement arrêtées

•             12 suspects majeurs

•             6 suspects mineurs

Diverses infractions sont retenues à charge de ces personnes : vol avec effraction, vol avec violence, destruction de constructions, menaces écrites, rébellion armée à plusieurs, dégradations volontaires de biens mobiliers.

Bilan des incidents du 15 novembre 2017 à la place de la Monnaie

•             12 arrestations judiciaires ont eu lieu depuis les faits

•             1 suspect majeur

•             11 suspects mineurs

Diverses infractions sont retenues à charge de ces personnes : vol avec violence, destruction de constructions, rébellion armée, dégradations volontaires de biens mobiliers.

 Bilan des incidents survenus le 25 novembre 2017 dans le quartier Louise

•             7 arrestations judiciaires ont eu lieu depuis les faits

•             4 suspects majeurs

•             3 suspects mineurs

Diverses infractions sont retenues à charge de ces personnes : coups et blessures, rébellion, dégradations volontaires de biens mobiliers.

Au total, à ce stade, 36 personnes (l’une d’entre elle ayant été interpellée à deux reprises) ont été arrêtées dans le cadre des trois incidents survenus à Bruxelles en novembre 2017. Aussi, 20 autres personnes ont été identifiées, mais doivent encore être interrogées. L’enquête se poursuit.

-------------------- 

Jean-Marc Meilleur, Procureur du Roi du parquet de Bruxelles 

Au moment des émeutes nous avons beaucoup communiqués sur ce que nous allions faire. Ils nous paraient important de faire le point de ce que nous avons fait . Le fait que nous nous adressons ensemble est la preuve de l’importance que nous attachons à une bonne coopération entre la police et le parquet.

Le chiffre de 37 arrestations judiciaires déjà mentionné par le chef de corps concerne le nombre d’arrestations judiciaires auxquelles le parquet a donné suite.

Pour des raisons d’exhaustivité et de clarté, je vous esquisse le méthode de travail du parquet dans de tels dossiers.

Dès qu’il y a non seulement une perturbation de l’ordre public, mais aussi la commission d’une infraction lors d’une manifestation ou d’une rencontre, le parquet sera avisé. Il appartient au procureur de donner des instructions aux services de police pour qu’un dossier soit monté, ce qui permet d’imputer des infractions concrètes à des personnes individuelles. Lors de tels incidents, où beaucoup de personne sont impliquées et où la priorité est de rétablir le calme, c’est loi, d’être une sinécure.

Les instructions données par défaut par le parquet dans une telle enquête sont : l’analyse des images de caméra, l’audition des témoins et des suspects. 

Lors des émeutes de novembre 2017, plusieurs suspects ont été arrêtés judiciairement pendant ou immédiatement après les émeutes. Dans la plupart des cas, le magistrat demandera l’audition du suspect.

Il existe plusieurs possibilités :

1)            Un suspect peut être libéré par la police après audition. Tel est le cas lorsqu’il n’y a pas assez d’éléments pour donner suite aux faits à ce stade de l’enquête.

2)            Un suspect peut être mis à disposition du parquet. Dans ce cas, il y a 3 possibilités :

a.            Le suspect est auditionné par le procureur du Roi et libéré après l’audition. Plusieurs raisons sont possibles :

i.             il n’y a pas suffisamment de preuves, mais l’enquête sera poursuivie et il est possible qu’une citation suivra à une date ultérieure ;

ii.             un rappel de la loi a été fait au suspect et le procureur décide d’en rester là ;

iii.           une médiation pénale a été démarrée ou une transaction pénale a été proposée (il n’a pas été fait usage de ces possibilités dans le cadre des émeutes).

b.            Le suspect est cité à court terme devant le tribunal correctionnel par le biais de la procédure accélérée. Dans ce cas, le dossier est complet et le procureur peut établir sur la base de ce dossier une citation dans laquelle des faits concrets sont mis à charge du suspect. Le suspect quitte le bâtiment du parquet avec une date concrète à laquelle il devra se justifier devant le juge correctionnel.

c.            Le parquet peut aussi être d’avis que le dossier contient des éléments justifiant la réquisition d’un juge d’instruction et d’un mandat d’arrêt. Il s’agit d’une part de la gravité des faits et d’autre part du risque de fuite, de récidive ou de collusion. Dans ce cas, le juge d’instruction décidera si un mandat d’arrêt, une libération sous conditions ou une libération tout court est opportun.

Concrètement, 37 arrestations judiciaires ont été réalisées jusqu’à présent. Je voudrais vous expliquer la suite donnée à ces arrestations par le parquet.

Un juge d’instruction a été requis pour 4 suspects majeurs. Un de ces suspects est toujours arrêté et comparaîtra devant le juge le 6 février 2018. L’instruction se poursuit toujours pour les trois autres, libérés ou non sous des conditions strictes.

La procédure accélérée a été appliquée à 10 personnes. Elles devaient entre autres se justifier devant le juge pour des faits de destruction, de coups et blessures volontaires contre un agent, de vol et de vol avec effraction.  Certains d’entre eux doivent comparaître devant le juge dans le courant du mois février.

Demain, le 2 février 2018, les jugements de la 67e chambre du tribunal correctionnel francophone sont attendus.

En tant que procureur de Bruxelles, je trouve important d’expliquer encore une fois le rôle du parquet. Ce n’est pas parce qu’une personne est libérée dans les 24 heures qu’aucune suite n’est donnée et qu’on n’agit pas strictement. Nous ne sommes pas seulement liés par toutes sortes de procédures que nous suivons rigoureusement, nous disposons aussi de beaucoup de possibilités que nous utilisons au maximum, ainsi qu’il ressort des chiffres. Agir rapidement et enquêter minutieusement nous permet de donner un signal fort. À cet effet, nous coopérons étroitement avec la police, en particulier avec la recherche locale de la police Bruxelles CAPITALE Ixelles. Ce qui nous permets de nous adresser au juge à court terme.

Les mineurs ne s’en tirent pas impunément non plus. Quand ils sont domiciliés dans notre arrondissement, le parquet de Bruxelles est compétent. Nous prenons en compte la gravité des faits, la personne du mineur et le contexte de son éducation afin de prendre une décision.

Pas moins de 16 mineurs ont été déférés au juge de la jeunesse à Bruxelles. Un tiers d’entre eux a été placé dans une IPPJ en régime fermé. Pour les autres, le juge de la jeunesse a ordonné des mesures adaptées.

Ces jeunes ont dû se justifier devant le juge de la jeunesse pour, entre autres, des faits de vol avec effraction, de destruction et de coups et blessures volontaires contre des agents. Ensuite, il appartient au juge de la jeunesse de statuer sur le sort du mineur. Dans tous les dossiers concernant des mineurs, leurs parents sont également auditionnés en tant que personnes civilement responsables. Tant les jeunes que leurs parents doivent être conscients de leur responsabilité dans la société et du fait que des destructions gratuites ne sont pas tolérées.

Le parquet dispose donc d’un large éventail de possibilités. Les magistrats évaluent dossier par dossier quelle est la meilleure réponse. Une approche sur mesure est la meilleure façon de réagir d’une manière appropriée au comportement répréhensible dont les habitants et les commerçants de Bruxelles sont devenus les victimes. Je crois donc fortement que notre approche a été fructueuse

 

 

31-01-2018 - Parket Oost-Vlaanderen

Op maandag 29 januari 2018 vond er een diefstal plaats op de parking van het gemeentehuis langs de Bouchtstraat in Denderleeuw.

Toen het slachtoffer ‘s avonds omstreeks 18 uur met haar voertuig wou vertrekken, stapte een onbekende op haar af en nam plaats in het voertuig. Onder bedreiging van een wapen diende zij haar bezittingen af te geven. Zij diende de persoon ook naar een bestemming te voeren.

Na doorgedreven speurwerk van de rechercheurs van de politie Denderleeuw/Haaltert kon de verdachte worden geïdentificeerd en gevat. Hij werd gisterennamiddag voorgeleid voor de onderzoeksrechter in Dendermonde, die besliste om de man aan te houden.

Annelies Verstraete, persmagistraat PK Oost-Vlaanderen

31-01-2018 - Parket Oost-Vlaanderen

Gisterenavond omstreeks 21u30, ter hoogte van de Oude Vest in Dendermonde, stelde een pizzakoerier de diefstal van zijn voertuig vast (een personenwagen), nadat hij terugkwam van zijn levering.

De verdachte, een 31-jarige vrouw afkomstig van Lebbeke, kon snel worden geïntercepteerd. Zij kon ook onder meer gelinkt worden aan gelijkaardige feiten die plaatsvonden op 12 december 2017 in Lebbeke.

De verdachte werd voor deze feiten gedagvaard in snelrecht en zal zich op 28 februari 2018 moeten verantwoorden voor de correctionele rechtbank in Dendermonde.

Annelies Verstraete, persmagistraat PK Oost-Vlaanderen

31-01-2018 - Parket Oost-Vlaanderen

Gisterennamiddag hadden een gerechtsdeurwaarder en zijn getuige zich bij een 46-jarige man uit Lokeren aangemeld voor een uitvoerend beslag. Al snel werd deze laatste verbaal en fysiek agressief ten aanzien van de gerechtsdeurwaarder en de getuige.

De politie kwam ter plaatse, doch de verdachte kalmeerde niet. Tevens mengden de echtgenote en de aanwezige meerderjarige zoon van de man zich in de discussie en uitten zij bedreigingen en fysiek geweld ten aanzien van de aanwezige agenten. Eén agent geraakte ingevolge slagen gewond.

De 46-jarige man, geen onbekende voor politie en justitie, de 53-jarige vrouw en de 19-jarige zoon, werden allen gedagvaard en zullen zich op 21 februari 2018 moeten verantwoorden voor de correctionele rechtbank in Dendermonde.

Annelies Verstraete, persmagistraat PK Oost-Vlaanderen

31-01-2018 - Parket Oost-Vlaanderen

Afgelopen nacht werd een 38-jarige man op heterdaad betrapt bij een woninginbraak in een appartement in de Malemstraat in Gent. De bewoner op de tweede verdieping werd verontrust door iemand die bonkte op de deuren in het appartementsgebouw waarop hij de politie verwittigde. De politie kwam onmiddellijk ter plaatse en trof de verdachte aan op straat met twee paar gestolen schoenen in zijn bezit. De verdachte werd gearresteerd en wordt vandaag voorgeleid voor de onderzoeksrechter in Gent. Het parket vraagt zijn aanhouding.

Caroline Jonckers, persmagistraat PK Oost-Vlaanderen

Pages