Actualités

27-11-2020 -

Gisterenavond omstreeks 18u vond een dodelijke aanrijding plaats op de Oudenaardsesteenweg in Erpe-Mere (Erpe).

Een personenwagen VW Golf die in de richting van de Vijfhuizen reed, kwam er frontaal in aanrijding met een personenwagen die uit de tegenovergestelde richting kwam.

De bestuurster van de VW, een 30-jarige vrouw uit Burst, overleefde de klap niet. Ze overleed ter plaatse.

De bestuurder van het andere voertuig, een 80-jarige man uit Erpe, werd gewond overgebracht naar het ziekenhuis, maar verkeerde niet in levensgevaar.

Het parket stelde een verkeersdeskundige aan om de precieze omstandigheden van het ongeval te onderzoeken. Er werd eveneens een wetsarts aangesteld.

Communicatiecel parket Oost-Vlaanderen

27-11-2020 -

In de ochtend van woensdag 25 november 2020 omstreeks 5u15 werd door een postbode in de Notarisstraat in Gent, op de openbare weg, het levenloze lichaam van een vrouw aangetroffen.

Het parket vorderde een onderzoeksrechter en wetsarts en stapte ter plaatse af, samen met de onderzoeksrechter, wetsarts, PD-team en het labo.

Op donderdag 26/11 voerde de wetsarts een autopsie uit op het slachtoffer, een 32-jarige vrouw uit Gent.

Uit het politionele onderzoek en de bevindingen van de wetsarts blijkt dat het slachtoffer overleden is aan de gevolgen van een val. Er zijn geen aanwijzingen van betrokkenheid van derden.

Communicatiecel parket Oost-Vlaanderen

26-11-2020 - Parket Leuven

De recherche van politie Leuven heeft een 30-jarige man uit Sint-Jans-Molenbeek gearresteerd op verdenking van twee overvallen op tankstations in Leuven op 10 en 16 november 2020. De verdachte werd vandaag (donderdag 26 november 2020) voorgeleid bij de onderzoeksrechter en aangehouden.

Op dinsdag 10 november om 19.40 uur werd het tankstation TOTAL aan de Tiensesteenweg overvallen. Een motorrijder, die zijn helm de hele tijd aanhield, kwam de shop binnen en eiste de inhoud van de kassa en de kluis. Hij bedreigde de bediende van de shop met een mes. De overvaller was Franstalig. Hij ging er vandoor met ongeveer €224.

Op maandag 16 november rond 19u werd het tankstation SHELL aan de Aarschotsesteenweg op een gelijkaardige manier overvallen. Opnieuw kwam een motorrijder met helm de shop binnen en eiste het geld uit de kassa en de kluis. Ook deze keer bedreigde de overvaller de bediende met een mes. De dader sprak Nederlands met een accent. Hij ging aan de haal met meer dan €7000.

De verdachte ontkent enige betrokkenheid bij de overvallen.

26-11-2020 - Parket Leuven

De recherche van PZ Aarschot heeft vorige week twee verdachten gearresteerd van een diefstal met geweld op en aanranding van een escortedame in Langdorp op 23 december 2019.

Eén van de mannen had op die dag een afspraakje geregeld met de vrouw in de woning van haar vriend in Langdorp. Toen de vrouw rond middernacht de deur opende, werd ze meteen overmeesterd door twee mannen die gemaskerd en gewapend waren. Onder bedreiging van de wapens, moest het slachtoffer aanwijzen waar haar geld lag. Ze werd tijdens de overval ook aangerand. De daders gingen lopen wanneer ze geluid uit de garage hoorden komen, waar de vriend van de vrouw zich schuilhield. Uit de woning waren volgens de slachtoffers €800 cash geld, een laptop en juwelen verdwenen.

De recherche van PZ Aarschot kwam door uitgebreid onderzoek een 21-jarige Nederlander, die momenteel in Sint-Truiden woont, op het spoor als verdachte. Hij werd geseind door de onderzoeksrechter en politiediensten troffen hem op 16 november 2020 in Hasselt aan. Verder onderzoek leidde naar zijn vermoedelijke kompaan, een 27-jarige man uit Tessenderlo.

Beide mannen werden voorgeleid bij de onderzoeksrechter in Leuven.

De 21-jarige man uit Sint-Truiden werd aangehouden. Hij ontkent betrokkenheid bij de feiten. De raadkamer bevestigde afgelopen vrijdag 20 november 2020 zijn aanhouding.

De 27-jarige verdachte uit Tessenderlo bekende zijn aandeel en werd vrijgelaten onder voorwaarden door de onderzoeksrechter.

26-11-2020 - Parquet de Bruxelles

Dans le cadre d’un dossier d’accident mortel impliquant un jeune roulant sur un scooter et un véhicule de police de la zone Bruxelles Midi, le 10 avril 2020 à Anderlecht, le parquet de Bruxelles souhaite communiquer les éléments suivants :

Suite aux événements tragiques qui s’étaient déroulés le 10 avril 2020, le parquet a ouvert une information judiciaire afin de déterminer les circonstances exactes des faits.

Le 14 avril 2020, un juge d’instruction a été requis du chef d’homicide involontaire.

Il ressort notamment de l’enquête menée en toute indépendance par le juge d’instruction les éléments suivants :

Le 10 avril 2020, vers 21h00, les services de police ont leur attention attirée par deux cyclomoteurs qui circulent à vive allure dans plusieurs rues d’Anderlecht. Alors qu’ils essayent de procéder à leur contrôle, un des cyclomoteurs, accélère et prend la fuite. Une course poursuite est engagée. Arrivés sur la place Docteur De Meersman, le cyclomoteur monte sur la place. La configuration de la place ne permettant pas aux services de police de suivre le cyclomoteur sa position est transmise à d’autres équipes venues en renfort. Un véhicule de police arrive alors en face du cyclomoteur sur le Quai de l’industrie. A ce moment-là, le cyclomoteur suit une camionnette. Au moment où la camionnette croise le véhicule de police, le cyclomoteur déboite de derrière la camionnette et percute de plein fouet l'avant gauche du véhicule de police.

L’expertise automobile a confirmé que :

  • L’accident s'est produit sur la demi-largeur de chaussée réservée aux usagers se dirigeant vers la rue Jules Ruhl; soit la bande de circulation sur laquelle le véhicule de police circulait.
  • Le véhicule de police, scrutant les environs à la recherche du cyclomoteur circulait à faible vitesse et était animé d’une vitesse résiduelle lors de l’impact comprise entre 17km/h et 25km/h.
  • Le cyclomoteur était quant à lui animé d’une vitesse résiduelle lors de l’impact comprise entre 57,6km/h et 70,4km/h. Cette vitesse était supérieure à la vitesse autorisée, inadéquate par rapport à la capacité de freinage d’un cyclomoteur débridé et inadaptée à la configuration des lieux.
  • Ce même expert automobile précise que la victime ne portait pas correctement son casque de protection. Ce constat n’étant, selon l’expert automobile, pas sans influence sur les conséquences dramatiques de cet accident.

L’exploitation des enregistrements des communications radio entre les différents patrouilleurs et le dispatching confirme que les policiers intervenants ont immédiatement appelé les services de secours. Cet élément ressort également des auditions des témoins.

Ces enregistrements audio ne révèlent, par ailleurs aucun élément relatif à une éventuelle concertation entre les policiers.

Suite à l’ensemble des éléments recueillis, le juge d’instruction n’a estimé devoir inculper personne dans le cadre de ce dossier ce qui revient à dire qu’aucun indice sérieux de l’existence d’une infraction pénale n’a été retenu.

Le dossier de la procédure a été renvoyé au parquet de Bruxelles qui a tracé un réquisitoire de non-lieu pour absence de charges suffisantes à l’encontre des protagonistes du dossier et notamment du conducteur du véhicule de police.

Le parquet de Bruxelles souhaite rappeler que les parties peuvent encore solliciter des devoirs complémentaires de la part du juge d’instruction si elles estiment que le dossier est incomplet.

C’est la chambre du conseil du tribunal de première instance de Bruxelles qui devra statuer in fine sur les charges existantes ou non dans le présent dossier.  La date à laquelle cette audience sera fixée sera communiquée dès qu’elle sera connue.

 

Willemien Baert

Substitut du procureur du Roi – Porte-parole

 

25-11-2020 - Parket Antwerpen

Het parket Antwerpen zal op dit moment 122 mensen dagvaarden, omdat ze aanwezig waren op zogenaamde lockdownfeestjes. De dossiers zullen op 14, 15 en 16 december behandeld worden voor de politierechtbank.

Bij de start van de tweede lockdown heeft het parket Antwerpen de aanpak rond mensen die aanwezig zijn op lockdownfeestjes verstrengd. Tegen meerderjarigen werd meteen een klassiek proces-verbaal opgesteld met het oog op een dagvaarding voor de politierechtbank.

Op dit moment zijn er 17 lockdownfeestjes met in totaal 122 beklaagden die gedagvaard zullen worden. Het gaat om feiten in Antwerpen (11), Brasschaat (2), Deurne (1), Ekeren (1), Schoten (1) en Putte (1). Voor de politierechtbank in Antwerpen worden drie themazittingen georganiseerd op 14, 15 en 16 december 2020. Het dossier van Putte zal gedagvaard worden voor de politierechtbank in Mechelen.

Intussen zullen pv’s van recente feiten  in Brasschaat, Turnhout, Mol en de twee feiten van afgelopen nacht in Antwerpen aan het parket worden overgemaakt en administratief worden verwerkt. Ook deze overtreders mogen een dagvaarding in hun bus verwachten.

De beklaagden in deze dossiers riskeren een gevangenisstraf van 8 dagen tot 3 maanden en een geldboete van 208 tot 4.000 euro (al vermenigvuldigd met 8 opdeciemen). Bij veroordeling draait een beklaagde ook op voor de dagvaardings-en gerechtskosten.

Voor de politierechtbank in Antwerpen zijn er in totaal 24 coronazittingen gepland of achter de rug, in Mechelen zijn vier themazittingen geweest en staan er nog drie op de agenda. In Turnhout gaat het om in totaal 8 themazittingen.

25-11-2020 - Parket Leuven

In het kader van een gerechtelijk onderzoek naar feiten van exploitatie van prostitutie, mensenhandel en witwassen, gevoerd door de Federale Gerechtelijke Politie van Leuven, is een tussenkomst geweest op woensdag 21 oktober 2020.  Met bijstand van de lokale politiezone Demerdal, de dienst Vreemdelingenzaken en een cashhond van de Federale Politie heeft de Federale Gerechtelijke Politie huiszoekingen uitgevoerd op vijf adressen in Aarschot en Diest.

 

Het onderzoek startte reeds in 2019 naar aanleiding van informatie over illegale prostitutie door voornamelijk Zuid-Amerikaanse dames, onder meer van de Dominicaanse Republiek, die op malafide wijze in de regio Aarschot en Diest zouden terechtkomen.  Sommige van hen zouden tevens een legaal statuut hebben verkregen door georganiseerde schijnhuwelijken, anderen zouden illegaal via Spanje in België terecht gekomen zijn door middel van werkvergunningen.

 

Centraal in het onderzoek staat het massagesalon ‘Sweet Dreams’ gelegen aan de Halensebaan in Diest en verschillende privé-locaties in Aarschot, waar in precaire werk- en leefomstandigheden, seksuele diensten worden aangeboden.  Uit het onderzoek komt tevens naar voren dat de hoofdverdachte, een 55-jarige vrouw uit Aarschot, de dames tewerk stelt onder verschillende statuten en in strijd met sociale en arbeidsrechterlijke wetgeving en zich verder zou schuldig maken aan het witwassen van de opbrengsten van de activiteiten van de dames die zij tewerkstelt, ten voordele van zichzelf.

 

Bij de huiszoekingen zijn drie verdachten gearresteerd; twee van hen, de vrouwelijke hoofdverdachte van 55 jaar en een andere vrouw van 38 jaar uit Aarschot, zijn voorgeleid bij de onderzoeksrechter en aangehouden. Ze verschenen gisteren, 24 november, voor de tweede keer voor de raadkamer. De verdachte van 55 jaar blijft in voorlopige hechtenis. De vrouw van 38 jaar werd door de raadkamer vrijgesteld onder voorwaarden.

 

De dames die werden aangetroffen, werden verhoord. Twee van hen bleken illegaal en werden bestuurlijk aangehouden.

24-11-2020 - Collège des procureurs généraux

Le ministère public applique une politique stricte en matière de recherche et de poursuite pour lutter contre la violence à l’égard de la police.

Des directives contraignantes et concrètes pour l’ensemble du territoire régissent le traitement judiciaire des cas d’usage de la violence au préjudice de policiers et sont reprises dans une circulaire nationale (circulaire COL 10/2017) du Collège des procureurs généraux.

Les directives de cette circulaire sont désormais encore plus strictes”, déclare le procureur général Johan Delmulle, président du Collège des procureurs généraux. “Ce faisant, le Collège des procureurs généraux veut donner le signal clair que la coupe est maintenant plus que pleine et que s'il est prouvé que des individus ont recouru à la violence à l’égard de fonctionnaires de police, ceux-ci seront punis de manière équitable, mais avec sévérité”.

La circulaire régit également la réaction judiciaire en cas de violence perpétrée par des policiers pendant l’exercice de leur fonction. Ces faits ne peuvent pas non plus être tolérés.

 

Cadre légal – violence à l’égard de la police

Le législateur a donné un signal clair en introduisant une sanction plus sévère lorsqu'une personne inflige intentionnellement des lésions corporelles à un policier dans le cadre de l’exécution de ses missions.

La loi prévoit en effet des majorations de peine pour de tels faits (articles 280 et suivants du Code pénal).

En fonction de l’infraction, les suspects risquent une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 5 ans (voire 20 ans) et une amende allant jusqu’à 4 000 euros.

Politique stricte en matière de poursuite – violence à l’égard de la police

La mission du ministère public est de veiller au respect de la loi. La circulaire nationale prévoit dès lors une réaction judiciaire sévère.

Cette volonté de renforcer la politique de poursuite est apparue à la lumière, entre autres, de la menace terroriste et des cibles potentielles que sont (devenus) les policiers, mais également en réaction à l’augmentation des actes d’agression à l’encontre des policiers.

Les procureurs généraux veillent à l’application et au respect de ces directives nationales, notamment en désignant un magistrat de référence par ressort, qui joue aussi le rôle de point de contact pour les services de police.

Aujourd’hui, le Collège des procureurs généraux a modifié la circulaire et y a inséré des directives contraignantes supplémentaires sur le traitement judiciaire de faits de violence physique grave à l’encontre de fonctionnaires de police.

Qu’est-ce qui change concrètement ?

Directives existantes

Pour chaque fait de violence à l’égard de la police, le ministère public ouvre systématiquement une enquête pénale.

1/ Les faits entraînant soit une incapacité de travail de plus de 4 mois d’un membre des services de police, soit son décès, sont systématiquement portés devant le tribunal.

2/ Les faits de violence physique entraînant une incapacité de travail de 4 mois ou moins, les faits de violence physique sans incapacité de travail, ou les faits de rébellion, d’outrages ou de menaces, sont poursuivis en fonction de leur gravité. Le suspect est cité à comparaître s'il a commis des faits graves ou récurrents. Dans d’autres cas, le ministère public peut opter pour une méthode de traitement alternative, comme la médiation et l’imposition de mesures, une transaction, une probation prétorienne, etc., pour autant que la méthode choisie offre une réponse sérieuse, efficiente et adaptée aux faits commis.

Directives supplémentaires

Le procureur général Johan Delmulle, président du Collège des procureurs généraux, explique “les directives contraignantes suivantes ont été insérées dans la circulaire existante :

  • Quiconque est suspecté de coups ou blessures volontaires infligés sur des fonctionnaires de police et ayant entraîné une maladie ou une incapacité de travail, voire pire, et est privé de liberté, devra désormais en principe toujours comparaître devant le magistrat de parquet et être entendu par ce dernier avant qu’il ne prenne une décision sur sa mise en liberté ou sa mise à disposition au juge d'instruction en vue de son arrestation ultérieure. Le magistrat de parquet peut également décider de mettre immédiatement le suspect à la disposition du juge d'instruction.
  • Un dossier à la charge d’un suspect de coups ou blessures volontaires infligés sur des fonctionnaires de police et ayant entraîné une maladie ou une incapacité de travail, ne pourra plus être classé sans suite pour motifs d’opportunité, sauf dans des circonstances exceptionnelles et après concertation avec le magistrat de référence spécialisé au niveau du parquet général qui veille déjà actuellement au respect de la présente circulaire dans chaque ressort”.

Tolérance zéro – violence à l’égard de la police

En introduisant ces directives supplémentaires, le ministère public consent davantage d’efforts pour infliger des sanctions immédiates. La circulaire COL prévoyait déjà la saisine du tribunal lorsque les faits de violence physique entraînant une incapacité de travail de 4 mois ou moins, les faits de violence physique sans incapacité de travail, ou les faits de rébellion, d’outrages ou de menaces, présentent une certaine gravité, un caractère répétitif ou lorsque l’auteur des faits ne coopère pas à la mesure initialement envisagée par le magistrat. Il convient désormais d’ajouter que, dans pareils cas, l'affaire doit de préférence être portée devant le tribunal avec application de la procédure accélérée. À cet égard, le Collège compte sur le gouvernement pour, le cas échéant, fournir du personnel supplémentaire au ministère public et aux tribunaux afin de rendre cela possible, comme promis dans l'accord gouvernemental et la note politique du ministre de la Justice.

Certains parquets organisent d’ailleurs des audiences thématiques « violence contre la police », dans le cadre desquelles des dossiers/faits relevant de plusieurs affaires sont cités lors d’une même audience. À travers cela, le ministère public souhaite donner le signal clair que de tels faits ne sont pas tolérés et sont toujours assortis de la peine nécessaire et appropriée.

En outre, un dossier à la charge d’un suspect de coups ou blessures volontaires infligés sur des fonctionnaires de police et ayant entraîné une maladie ou une incapacité de travail ne pourra plus être classé sans suite pour des motifs d’opportunité, sauf dans des circonstances exceptionnelles et après concertation avec le magistrat de référence spécialisé au niveau du parquet général qui veille déjà actuellement au respect de la présente circulaire dans chaque ressort.[1]

Le ministère public est parfaitement conscient qu’il a une mission sociétale à assurer, mission à laquelle il se consacre pleinement, dans le cadre de laquelle l’actuel renforcement de l’approche judiciaire en matière de violence contre la police doit être considéré. Dans le même temps, le ministère public est le premier garant de la loi. Dans cette perspective, chaque fait doit être apprécié séparément, en tenant toujours compte de sa gravité, des conséquences, des circonstances spécifiques, du passé judiciaire du suspect, etc. En d’autres termes, le traitement judiciaire de chaque infraction fait l’objet d’un travail sur mesure et est toujours lié aux faits et à la personne. C’est un des piliers de notre droit pénal, applicable également dans le cas présent.

Conformément aux directives nationales existantes, les parquets effectuent les enquêtes relevant de leur compétence en toute objectivité et indépendance. Cela signifie que dans certains cas, des suspects seront en effet immédiatement privés de liberté et déférés devant le magistrat de parquet ou le juge d'instruction (ou le juge de la jeunesse) et resteront placés en détention, mais que dans d’autres cas – également après audition – une enquête complémentaire sera nécessaire pour établir les circonstances exactes ou complètes des faits et pour déterminer qui est responsable de quels faits. La remise en liberté du suspect pour la durée de cette enquête supplémentaire ne signifie pas qu’il restera impuni si les faits et son implication dans ceux-ci sont établis. L’éventuelle sanction intervient à un stade ultérieur, à savoir au moment où l’enquête est clôturée.

Le procureur général Johan Delmulle, président du Collège des procureurs généraux, le souligne :“une libération par le parquet ou par un juge d’instruction au cours de l’enquête n’équivaut donc pas du tout à une impunité”.

Usage de la force par la police

La même circulaire prévoit également le traitement judiciaire des cas d’usage de la force par les services de police.

Les policiers disposent d’un monopole de la contrainte. C’est la mission du ministère public de vérifier si les directives sont correctement appliquées et de s’assurer que l’usage de la force est justifié dans les circonstances données.

Quand un policier fait usage de la force de telle sorte que cela entraîne de graves lésions à une personne, voire son décès, deux enquêtes distinctes sont toujours lancées, à savoir une enquête sur les faits ayant conduit à l'usage de la force et une enquête relative à l’usage même de la force. Les missions d’enquête relatives aux faits commis par les policiers sont d’ailleurs toujours exécutées par un service de police indépendant, généralement le service d’enquête du Comité permanent P.

Selon le procureur général Johan Delmulle, président du Collège des procureurs généraux : “le fait de mener deux enquêtes distinctes, dont une est généralement effectuée par le Comité permanent P, doit garantir une enquête équitable, objective et indépendante, de la part du ministère public et, le cas échéant, du juge d'instruction, sur les deux faits”.

Statistiques relatives à la violence contre la police

Ces 10 dernières années (de 2010 à 2020), le nombre d’affaires de violence contre la police introduites auprès des parquets a diminué de 21 %.

Parallèlement, le nombre de classements sans suite a baissé de 42 %, notamment en raison de la forte diminution (de 49 %) des classements sans suite pour motifs d’opportunité.

En 2019, le ministère public a enregistré 7 083 cas de violence contre la police.

Plus de la moitié de ces dossiers avaient trait à de la rébellion (53 %). D’autres affaires portaient sur des outrages (35 %) et des coups (9 %).

Dans 51 % de ces dossiers, des poursuites ont entre-temps été engagées, soit au moyen d’une citation, soit au moyen d’une autre sanction (transaction, médiation et mesures, probation prétorienne, etc.).

Dans environ 10 % de ces affaires, les enquêtes sont encore en cours.

En 2019, 24 % des dossiers de coups infligés à la police ont été classés sans suite pour des motifs d’opportunité.

 

[1] Il existe deux types de classements sans suite : le classement sans suite pour motifs techniques et le classement sans suite pour motifs d’opportunité :

Un classement sans suite pour motifs techniques s’impose quand le ministère public n’a pas la possibilité d’engager des poursuites, notamment quand l’auteur est inconnu, quand les faits ne sont pas établis, quand les faits sont prescrits, quand le suspect est décédé, etc.

Il peut être procédé à un classement sans suite pour motifs d’opportunité quand les faits sont certes établis, mais que des poursuites ne sont pas jugées opportunes, par exemple parce qu’il s’agit de faits tout à fait mineurs, que le préjudice est peu important voire inexistant, que le dommage a été réparé, en raison de circonstances particulières, du passé judiciaire vierge du suspect, de capacités de recherche insuffisantes, d’autres priorités en matière de recherche et de poursuites, etc.

Une décision de classement sans suite a toujours un caractère provisoire. Tant que l’action publique est recevable, le dossier peut toujours être réouvert et il peut encore être décidé de procéder à des poursuites.

24-11-2020 - Parket Leuven

In de vroege ochtend van zaterdag 21 november brak er brand uit in een chalet in de Broekstraat in Tremelo. De chalet liep grote schade op, het voorste gedeelte brandde volledig uit. Volgens de eerste bevindingen van de branddeskundige en het labo is de brand hoogstwaarschijnlijk aangestoken.

De bewoner was niet thuis op het moment van de brand. Hij verbleef bij zijn vriendin in Boortmeerbeek. Deze vriendin werd kort na de brand gearresteerd in de Kruisstraat in Tremelo nadat ze onverantwoord rijgedrag had gesteld. De 34-jarige vrouw was erg verward. Ze bleek tijdens de voorgaande avond en nacht ruzie te hebben gemaakt met haar vriend, waarbij zij gedreigd zou hebben om de chalet in brand te steken.  In de vroege ochtend is zij dan met de auto weggereden.

Het parket heeft een gerechtelijk onderzoek gevorderd voor de brandstichting bij nacht.  Bij haar verhoor heeft de vrouw de brandstichting toegegeven, zij is op 22 november voorgeleid bij de onderzoeksrechter, die haar heeft aangehouden.  De vrouw verschijnt vrijdag voor de Raadkamer.

21-11-2020 - Parquet de Bruxelles

Ce matin, le 21 novembre, vers 11h20, un policier de la zone Bruxelles-Capitale Ixelles a voulu contrôler une personne qui ne respectait pas les mesures Covid, il ne portait pas de masque. En première instance, le suspect s’est enfui, mais le policier a pu le rattraper dans le hall d’un bâtiment. Là il se fait bousculé. Pendant la bousculade, les deux personnes tombent par terre. Dans la chute, le suspect tombe de tout son poids sur la poitrine du policier, c’est à cet endroit qu’il est blessé. Il subit une incapacité de travail de 8 jours.
Une équipe de police qui est venu en renfort a pu arrêter le suspect.
Un pv est dressé pour faits de rébellion non-armée (pas pour coups et blessures volontaires).

Le suspect a été auditionné et il a été relaxé après son audition. Le Parquet répète que cette libération n’implique pas l’ impunité.
L’enquête suit son cours et une réaction sévère pourra être envisagée quand l’enquête sera terminée.

Dans ce cadre le parquet de Bruxelles voudrait vous rappeler les différentes possibilités quand un suspect est arrêté juste après les faits :

  1. Un suspect peut être libéré par la police après audition. Tel est par exemple le cas lorsqu’il n’y a pas assez d’éléments pour donner suite aux faits à ce stade de l’enquête. L’enquête suit alors son cours.

 

  1. Un suspect peut être mis à disposition du parquet. Dans ce cas, il y a 3 possibilités :

 

a.       Le suspect est auditionné par le procureur du Roi et libéré après l’audition. Plusieurs raisons sont possibles :

i.         il n’y a pas suffisamment de preuves, mais l’enquête sera poursuivie et il est possible qu’une citation suivra à une date ultérieure ;

ii.        un rappel de la loi a été fait au suspect et le procureur décide d’en rester là ;

iii.       une médiation pénale a été démarrée ou une transaction pénale a été proposée.

 

b.       Le suspect est cité à court terme devant le tribunal correctionnel par le biais de la procédure accélérée. Dans ce cas, le dossier est complet et le procureur peut établir sur la base de ce dossier une citation dans laquelle des faits concrets sont mis à charge du suspect. Le suspect quitte le bâtiment du parquet avec une date concrète à laquelle il devra se justifier devant le juge correctionnel.

 

c.       Le parquet peut aussi être d’avis que le dossier contient des éléments justifiant la réquisition d’un juge d’instruction et d’un mandat d’arrêt. Il s’agit d’une part de la gravité des faits et d’autre part du risque de fuite, de récidive ou de collusion. Dans ce cas, le juge d’instruction décidera si un mandat d’arrêt, une libération sous conditions ou une libération tout court est opportun.

Dans le cas où le parquet n’a pas donné une suite immédiatement, il décidera cas par cas, quand l’enquête est terminée et les faits sont prouvés, quelle est la suite pénale le plus opportune. Plusieurs décisions pourraient être pris comme entre autre une médiation pénale, la proposition d’une transaction ou une citation devant le tribunal correctionnel.

 

Willemien Baert

Porte-parole

 

20-11-2020 - Parket Leuven

Eén 18-jarige man uit Landen en twee 17-jarige jongens uit Landen en Halle worden verdacht van een afpersing waarbij geweld werd gepleegd op dinsdag 7 november in de Jan Vranckxweg in Leuven. Het drietal zou rond 18.20 uur twee jongens van aan het station van Leuven hebben gevolgd. Ze zouden de jongens ter hoogte van de Désiré Mellaertsstraat om hun geld en spullen hebben gevraagd. Toen de twee jongens hun niets wilden geven, stapten de verdachten toe op het tweetal en gaf hun slagen in het aangezicht. Eén van de slachtoffers gaf €25 af. Een fietser die toevallig voorbij kwam, kon één van de verdachten staande houden. De twee andere verdachten werden even na de feiten door een ploeg van PZ Leuven onderschept. Ze hadden geld op zak waar bloed aan hing.

De 18-jarige verdachte werd voorgeleid voor de onderzoeksrechter. Hij ontkent enig aandeel in de feiten en werd aangehouden.

Het parket van Leuven vorderde de jeugdrechter voor de 17-jarige verdachte uit Landen. De jongeman uit Halle werd ter beschikking gesteld van het parket van zijn woonplaats. Beide minderjarigen erkennen de feiten.

 

19-11-2020 - Parket Antwerpen

De lokale politie Balen-Dessel-Mol ontdekte op dinsdag 17 november een grootschalige actieve cannabisplantage in  een woonwijk in Mol-Rauw. In totaal werden bijna 1 400 cannabisplanten aangetroffen. Dat leidde tot de arrestatie van 2 verdachten, die intussen werden voorgeleid door het parket en werden aangehouden door de onderzoeksrechter.

In een pand langs de Paviljoenweg in Mol-Rauw trof de lokale politie Balen-Dessel-Mol tijdens een huiszoeking bijna 1 400 cannabisplanten aan, verspreid over 3 professioneel ingerichte actieve kweekruimten. Er werd ook een hoeveelheid harddrugs gevonden.

In de woning waren 2 verdachten aanwezig. Terwijl de politie-inspecteurs ter plaatse waren probeerde één van de verdachten te ontvluchten, maar hij werd spoedig onderschept in de nabije omgeving door de politiediensten. 

Na de huiszoeking werden 2 verdachten opgepakt. Het gaat om een 53-jarige man en een 51-jarige vrouw met Nederlandse nationaliteit. Beide verdachten werden voorgeleid voor de onderzoeksrechter. Ze werden onder aanhoudingsmandaat geplaatst.

Contact : communicatiecel parket Antwerpen

17-11-2020 - Parket Leuven

Op donderdagavond 16 november 2020 rond 19.10 gebeurde er een gewapende overval op het tankstation Shell aan de Aarschotsesteenweg in Wilsele (Leuven). Een man, die een motorhelm droeg, kwam de shop binnen en bedreigde de uitbaatster met een mes. Hij eiste het geld van de kassa en de inhoud van de kluis. Hij laadde het geld in een sporttas en ging er vandoor met de motorfiets. De overvaller zou aan de haal zijn gegaan met enkele duizenden euro’s. Niemand raakte bij de overval gewond. De uitbaatster was wel zwaar onder de indruk van de feiten. De lokale onderzoeksdienst van de Leuvense politie onderzoekt de zaak. Voorlopig is zij nog geen verdachte op het spoor.

16-11-2020 - Parket Oost-Vlaanderen

Op vrijdagnamiddag 13 november 2020 werd de politie van PZ Dendermonde opgeroepen i.v.m. verdachte handelingen in de buurt van de gevangenis van Dendermonde.

Na contact met de gevangenis werd vastgesteld dat er een pakket over de muur van de gevangenis was gegooid. Bij nazicht bleek dat het pakket een hoeveelheid hasj bevatte.

Er konden twee verdachten gevat worden. Het betreft een 25-jarige man en een 19-jarige man, beiden met Algerijnse nationaliteit en zonder gekende woonplaats.

Op vraag van het parket Oost-Vlaanderen werden de twee verdachten op zondag 15 november voorgeleid bij de onderzoeksrechter in Dendermonde. De verdachten werden aangehouden.

 

Communicatiecel parket Oost-Vlaanderen

16-11-2020 - Parquet de Bruxelles

Le 14.11.2020 vers 17h, trois policiers ont été blessés dans le cadre d’un contrôle Covid d’un groupe de personnes à Ixelles. Trois suspects ont été arrêtés.

Les déclarations des trois suspects et des policiers intervenants sur les circonstances de l’intervention divergent. Il existe des images de l’intervention.

L’enquête est en cours et sera poursuivie en priorité afin de faire la lumière sur l’ensemble des circonstances ayant mené aux faits. L’enquête vise d’ailleurs également à identifier d’autres suspects. Dans l’attente de celle-ci les suspects arrêtés ont été relâchés.

Toutefois, cela ne signifie pas qu'ils resteront impunis si l'enquête devait établir leur implication dans ces infractions. A l’issue de l’enquête, le parquet déterminera, selon les directives de politique criminelle en vigueur, quelles suites judiciaires donner aux infractions commises. Pour ce faire, il sera tenu compte de la gravité des infractions et de leur contexte, plus particulièrement du fait que les infractions ont été commises en bande contre la police suite à un contrôle des services de police sur le respect des mesures Corona.

 

Sarah DURANT
Substitut du procureur du Roi – Porte-parole

 

Pages