Parquet général et auditorat général de Mons - Communiqués de presse

Dans le cadre de l’instruction relative aux circonstances du décès de M. CHOVANEC en février 2018, une reconstitution était prévue pour les 9 et 11 février 2021.

Ce devoir prévoyait des  mesures sanitaires spécifiques qui ne paraissent plus suffisantes compte tenu de la situation sanitaire actuelle. En effet cette reconstitution entraînera des contacts physiques rapprochés sur une période de temps pouvant être longue et à certains moments dans des espaces  extrêmement réduits . La reconstitution mettra en présence entre 120 et 150 personnes durant les deux jours.

Des dernières informations obtenues, la situation sanitaire demeure inquiétante  dans notre pays vu le développement  des variants britannique et sud-africain du covid 19 dont les scientifiques estiment qu’ils sont nettement plus contagieux que le virus original .

Ce vendredi 22 janvier 2021, le comité de concertation gouvernemental a  pris de nouvelles mesures visant à limiter la propagation du virus parmi lesquelles des restrictions de déplacements de et vers l’étranger encore plus draconiennes, ce qui risque de compromettre la participation effective de certaines personnes résidant actuellement en Slovaquie.

Dans ce contexte,  la  reconstitution doit être reportée à une date ultérieure lorsque la situation sanitaire le permettra ce, malgré les nombreux efforts fournis tant par les autorités policières et judiciaires afin de faire en sorte que cette mesure d’instruction se déroule le plus rapidement possible et dans les meilleures conditions.

La protection de la santé publique doit en effet  prévaloir et il convient dès lors d’éviter à tout prix que cette reconstitution soit l’occasion de l’apparition d’un nouveau  cluster avec toutes les conséquences humaines, médicales et sociales que cela entraînerait.

 

Contact presse
Ignacio de la Serna, Procureur général de Mons

 

 

 

Discours prononcé par Monsieur le Procureur général

I. de la Serna Rentrée solennelle  de la Cour d’appel de Mons lors de la rentrée judiciaire du 3 septembre  2018

Regards sur quelques épisodes d’une législature bien mouvementée

En quatre années, le monde judiciaire s’est vu comme jamais auparavant submergé d’une quantité de réformes multiples.

Cette mercuriale s’attache à décrire quelques thèmes clés des réformes dues aux lois pots-pourris dont certaines ont été soumises à la censure de la Cour Constitutionnelle. Elle aborde brièvement les projets de nouvelles codifications heureuses du Code pénal et du Code de l’application des peines. En conclusion,  il est formé de souhait que soit accordé au monde judiciaire un temps de répit afin de pouvoir se recentrer sur des rouages essentiels que sont les moyens humains et informatiques.

Découvrez ici la mercuriale
 

Ce 1er septembre, Ignacio de la Serna, procureur général de Mons, a prononcé sa mercuriale, inaugurant ainsi la nouvelle année judiciaire. Son discours portait sur l'immunité parlementaire et, plus spécifiquement, sur la question de sa pertinence dans notre société contemporaine. Si le système actuel se justifiait pleinement par le passé, il convient aujourd'hui de se demander s'il ne serait pas opportun d'y apporter quelques modifications.

Mercuriale