Communiqué de presse - Sécurité dans le Quartier Nord et approche judiciaire

Le Procureur du Roi de Bruxelles, Tim De Wolf, et le Chef de Corps de la Zone de Police Bruxelles Nord, Olivier Slosse, ont rencontré les policiers du commissariat situé au sein du quartier de la gare du Nord. Les objectifs de cette rencontre étaient notamment d’avoir un échange concernant la collaboration entre la police et le parquet dans le Quartier Nord, de permettre au personnel de poser leurs questions et de rappeler la priorité donnée par le parquet en ce qui concerne des infractions telles que les violences contre la police, le trafic de stupéfiants et les faits commis à l’aide de violence. Notons que le décès du policier Thomas Monjoie ne remonte qu’au 10 novembre, et que les policiers sont intervenus dans plusieurs situations impliquant des armes blanches depuis ce drame.

La Zone de Police et le parquet de Bruxelles intensifient leur collaboration dans l’objectif de trouver les meilleures réponses judiciaires possibles adaptées au contexte spécifique du Quartier Nord. Ce secteur a connu une hausse de la criminalité enregistrée et des faits de violence, entre personnes, mais aussi envers le personnel des organismes publics et les policiers.

« Cette initiative constitue une étape importante dans l’amélioration de la visibilité de l’action de l’autorité publique. Il s'agit d'une condition préalable essentielle pour rendre possible et soutenir davantage le travail précieux de nombreux acteurs et organisations sur le terrain, afin que ce travail puisse se dérouler en toute sécurité. », dit Olivier Slosse, Chef de Corps de la Zone de Police Bruxelles Nord.

Étant donné le large spectre de problématiques présentes dans le secteur – telles que les personnes en errance ayant différents statuts de séjour, les personnes souffrant de dépendances et de problèmes de santé mentale, les bâtiments squattés, la grande disponibilité de substances psychotropes, …  – des approches sur mesures sont nécessaires. La collaboration entre la zone de police Bruxelles Nord et le Parquet de Bruxelles vise la partie répressive d’une nécessaire approche globale. Il est toutefois important de souligner que pour des publics très précarisés, l’arrestation par la police constitue parfois une amélioration temporaire de leur situation et devient donc un objectif en soi. Sans approche socio-préventive de ces publics, l’action pénale risque d’être décrédibilisée. Il convient donc à tout niveau de responsabilité à assurer que les acteurs de terrain disposent des moyens nécessaires pour la réalisation de leurs missions.

Les communes de Saint-Josse-Ten-Noode et de Schaerbeek et la Zone de Police renforcent également l’approche de police administrative, dans l’objectif de réduire l’impact de certaines activités dans le secteur, surtout en période nocturne. Sont spécifiquement visées les activités commerciales qui impactent l’ordre public dans le quartier. Pour ce qui concerne les squats, un suivi en parallèle sera mis en place puisque les bâtiments squattés exercent une influence considérable sur le sentiment de sécurité des habitants.
Notons finalement que la plateforme de concertation Nord, lancée en septembre 2022 entamera pleinement son travail dans les mois qui suivent ce qui alimentera l’image du quartier et permettra de cibler davantage les activités des acteurs de terrain. 
 
Les violences contre la police, le trafic de stupéfiants et les faits commis à l’aide de violence : une priorité pour le parquet de Bruxelles
 
Le parquet de Bruxelles confirme à nouveau la priorité donnée aux violences contre la police, le trafic de stupéfiants et les faits commis à l’aide de violence. Ses moyens sont limités, mais orientés vers les domaines et les quartiers où c’est le plus nécessaire, et ce en concertation avec les services de police.
Pour peaufiner encore plus l’approche des phénomènes auxquels le quartier Nord est confronté, des magistrats de référence assureront une coordination encore plus approfondie.

« Les services de police pourront toujours compter sur nous pour encore mieux assurer que leur travail ait un impact réel sur le terrain. » dit Tim De Wolf, procureur du Roi de Bruxelles.

Ces mesures ont été communiquées au personnel de la Zone de Police, notamment lors de la visite ce vendredi matin du Procureur du Roi au sein du commissariat 5 – Brabant de la Zone de Police.